Extension Factory Builder
19/06/2013 à 09:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ni Benzema (g.) ni Ribéry n'étaient présents mardi devant le tribunal correctionnel. Ni Benzema (g.) ni Ribéry n'étaient présents mardi devant le tribunal correctionnel. © AFP

Le procès de "l'affaire Zahia" a tourné court mardi 18 juin, le tribunal correctionnel de Paris ayant jugé recevable une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) concernant le texte santionnant le recours aux services d'une prostituée mineure.

Le procès de "l'affaire Zahia" a tourné court mardi, le tribunal correctionnel de Paris ayant jugé recevable une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) concernant le texte santionnant le recours aux services d'une prostituée mineure.

C'est sur la base de ce texte que sont poursuivis les footballeurs Karim Benzéma et Franck Ribéry, ainsi que le beau-frère de ce dernier.

Dans cette affaire qui avait éclaté avant la coupe du Monde 2010, les deux joueurs sont poursuivi pour avoir eu recours au service de la désormais célèbre Zahia alors qu'elle était mineure.

Franck Ribéry, 30 ans, est accusé d'avoir eu des relations sexuelles tarifées en 2009 avec elle, notamment dans un hôtel de Munich (Allemagne), mais a contesté l'avoir rétribuée.

Pendant l'enquête, Ribéry a même contesté avoir su qu'il s'agissait d'une prostituée.

De son côté, Karim Benzema, 25 ans, est soupçonné d'avoir eu une relation sexuelle, qu'il conteste, avec Zahia dans un hôtel parisien après une soirée pour la remise des Oscars du football en 2008.

Pendant l'enquête, la jeune femme a expliqué avoir menti sur son âge en affirmant qu'elle était majeure.

Le parquet avait requis un non-lieu concernant Ribéry, son beau-frère qui était présent à Munich et Benzema, mais le juge les a renvoyés devant le tribunal.

Le recours a une prostituée mineure est puni d'une peine maximale de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Pour le parquet, ils ne savaient pas que Zahia était mineure. A l'inverse, le juge d'instruction estime qu'ils ne pouvaient l'ignorer.

En soulevant cette QPC, Me Brusa a estimé que l'article 225-12-1 du code pénal n'est pas assez précis. Selon lui, il fait peser sur le mis en cause la présomption absolue qu'il aurait connaissance de la minorité de la personne se livrant à la prostitution.

Il a salué "une victoire", qui signifie que "la question mérite une réflexion juridique", a-t-il ajouté.

Tout en estimant qu'un texte plus clair n'aurait pas permis au juge d'instruction de rédiger une telle ordonnance de renvoi devant le tribunal, le conseil de Karim Benzema, Me Sylvain Cormier, ne s'était pas associé à cette QPC car son client souhaitait être jugé de suite.

"C'est une attente supplémentaire qui lui est infligée", a-t-il déploré.

Le juge d'instruction avait estimé que les prévenus devaient nécessairement penser qu'une prostituée mineure ne pouvait que dissimuler son âge, sauf à risquer de réduire à néant son activité.

"On en est là" à cause de ce "dérapage qui était peut-être prévisible", a estimé Me Cormier.

La Cour de cassation a trois mois pour dire si elle transmet ou non cette QPC au Conseil constitutionnel, lequel a également trois mois pour trancher.

Le tribunal a fixé de nouvelles dates d'audience à partir du 20 janvier 2014.

Mardi, ni Benzema ni Ribéry n'étaient présents devant le tribunal correctionnel, pas plus que Zahia, aujourd'hui âgée de 21 ans et qui depuis cette affaire qui l'a soudainement fait accéder à la notoriété, Zahia s'est lancée dans la création de lingerie et va ouvrir une "pâtisserie-boudoir éphémère".

La jeune femme s'était constituée partie civile pour avoir accès au dossier et ne "souhaitait pas qu'on puisse dire n'importe quoi sur elle", selon son avocat Me Daniel Vaconsin, mais elle s'est depuis désistée.

Les noms des deux internationaux français étaient apparus alors que la police enquêtait sur des soupçons de proxénétisme autour du Zaman Café, un cabaret oriental proche des Champs-Elysées, qui a depuis fait l'objet d'une fermeture administrative.

Selon l'accusation, l'établissement de nuit prospérait grâce à sa clientèle féminine très majoritairement composé de prostituées.

Parmi les cinq autres personnes poursuivies quant à elles pour proxénétisme aggravé -un délit passible 10 ans de prison- figurent deux frères qui géraient le Zaman Café et un ancien candidat de l'émission "La nouvelle star", accusé d'avoir joué un rôle d'entremetteur rétribué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

DVD 

Documentaire : "I Am Ali", l'album de famille

Quarante ans après le combat opposant le boxeur à Foreman, à Kinshasa, un documentaire intimiste brosse un portrait sensible de l'homme qu'il fut, vu par les siens.[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le[...]

Les sons de la semaine #22 : Petite Noir, Swamp Dogg, Mad Lenoir...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire ![...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Présentation[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces