Extension Factory Builder
13/06/2013 à 09:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Françoise Larrive devant la photo des otages le13 mai 2013 à Marseille. Françoise Larrive devant la photo des otages le13 mai 2013 à Marseille. © AFP

Les familles de Thierry Dol, Marc Féret, Daniel Larribe et Pierre Legrand, capturés à Arlit au Niger le 16 septembre 2010 et détenus depuis au Sahel par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) s'apprêtent à franchir ce jeudi le cap des mille jours de détention de leur proches, entre douleur et colère.

"Pendant deux ans, on nous a demandé de respecter une certaine discrétion", explique Christine Cauhapé, soeur de Marc Féret originaire d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). "Mais quand on a vu que ni l'Etat, ni les entreprises n'arrivaient à les sortir de là, on s'est dit qu'ils risquaient de mourir dans l'anonymat". "Je pense que d'autres personnes à notre place, au bout d'un an, se seraient peut-être déjà manifestées", ajoute-t-elle.

Les familles n'ont repris leur liberté de parole qu'en septembre 2012, contactant les médias, organisant des manifestations, la mise en place de banderoles, avec l'espoir d'accélérer les choses.

"Nous sommes exaspérés par cette situation et les familles, toutes, connaissent une profonde lassitude", souligne René Robert, grand-père du plus jeune des otages, Pierre Legrand, originaire de Loire-Atlantique.

Chez sa fille, Pascale Robert, la mère de Pierre Legrand, c'est la douleur qui domine. Cette frêle et discrète femme aux cheveux grisonnants est profondément meurtrie par l'image de son fils, affaibli, apparue dans la dernière preuve de vie donnée par les ravisseurs le 8 septembre 2012 et qui demandait, dans cette vidéo: "Est-ce que vous m'avez oublié?"

"C'est très difficile, indescriptible, on s'y fait pas; plus le temps passe et plus c'est pénible, c'est insupportable, insupportable!", martèle-t-elle.

Seule compensation, avec les proches des autres otages, en dépit de l'éloignement géographique, "on est devenus une famille", explique Mme Robert, qui est en contact régulier avec Françoise Larribe, épouse de Daniel Larribe, elle-même prise en otage avant d'être libérée après cinq mois et demi de captivité, et Marie-Jo Dol, la mère de Thierry Dol, originaire de Martinique.

"Solidarité"

"Ce que je retiens c'est le formidable élan de solidarité" que suscite ce drame, souligne également Françoise Larribe qui vit dans le Gard. "Aujourd'hui on a grand espoir que les contacts aient repris avec les ravisseurs... on y croit très fort", a déclaré sa fille Marion Larribe sur RTL, refusant d'imaginer qu'un nouveau 16 septembre viennent clore une troisième année sans son père.

Pour tenir, certaines familles s'appuient sur la religion. C'est le cas, selon le sénateur-maire du François en Martinique, Maurice Antiste, des parents de Thierry Dol qui semblent portés par "une grande force spirituelle". A Nantes, l'église protestante organise une veillée de prière oecuménique le 17 juin.

Mais les familles sont "très inquiètes sur la capacité physique" de leur proches à résister, explique Jean-Louis Normandin, ancien otage au Liban et président d'Otages du monde: "il fait 50 degrés en ce moment là-bas, c'est très dur". "Mille jours, c'est énorme; dans l'histoire des prises d'otage c'est arrivé rarement".

"Je pense que le temps des otages est compté; je pense que leur vie est sacrément mise en danger après l'intervention au Mali, avec la chaleur, les conditions dans lesquelles ils doivent être détenus...", soupire Christine Cauhapé.

Reproche récurrent, le manque d'information. Si les familles ont bien un interlocuteur dédié au Quai d'Orsay, il n'a, selon elles, rien à dire. "On est en droit d'avoir quand même un minimum d'information parce que là, on n'en a aucune et ça fait très peur...", soupire Mme Robert.

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a réaffirmé mercredi sur France 2 que "toutes les forces de l'Etat sont mobilisées". "Mais je reste très, très discret car tout ce qui peut être dit, malheureusement, peut être aussi utilisé contre les otages", a-t-il ajouté.

Chez Areva, exploitant de la mine d'uranium d'Arlit, on réaffirme "préoccupation" et "mobilisation", aux côtés des autorités françaises comme des familles. En Martinique où vit la famille de Thierry Dol, dès mercredi soir et jeudi, une série de manifestations, en blanc, marqueront "1.000 jours, 1.000 personnes, 1.000 bougies". En métropole, le 22 juin à 11H00, des manifestations simultanées auront lieu à Paris, Aix-en-Provence, Saint-Céré (Lot), Valence (Drôme), Nantes, Nîmes (Gard) et Orléans (Loiret).

Ces actions sont répertoriées sur le site http://www.otagesniger.fr/, où figure aussi le manifeste que les comités entendent faire signer pour faire pression sur les pouvoirs publics.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des Éta[...]

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de "Charlie Hebdo", en seulement trois mois

Comme une ONG sérieuse, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a publié un rapport trimestriel de ses activités, incluant notamment l'attaque en France contre le journal "Charlie[...]

France : le corps d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, rapatrié à Paris

Le corps du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité en septembre par des jihadistes algériens, a été rapatrié en France, onze jours après sa[...]

Daesh : revers à Kobané, coup d'arrêt à l'expansion jihadiste en Syrie

Après quatre mois de violents combats, l'État islamique (EI) a été chassé de la ville syrienne de Kobané par les forces kurdes. C'est la plus importante défaite du groupe jihadiste[...]

"Danser les ombres" de Laurent Gaudé : Haïti entre la vie et la mort

L'histoire du dernier roman de Laurent Gaudé, "Danser les ombres", se situe à Haïti, au moment du tremblement de terre de janvier 2010.[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Pape François : révolution au Vatican...

Le pape François a déclenché dans l'Église catholique une vague de réformes qui, par leur ampleur, évoquent la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev ou le New Deal[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130613093737 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130613093737 from 172.16.0.100