Extension Factory Builder
01/05/2013 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des éléphants dans la réserve d'Amboseli, au Kenya, le 30 décembre 2012. Des éléphants dans la réserve d'Amboseli, au Kenya, le 30 décembre 2012. © AFP

Le Mozambique abritait environ 15 000 éléphants il y a cinq ans. Mais ils pourraient disparaître dans les dix ans si aucune mesure sérieuse n'est prise pour combattre les braconniers, préviennent des défenseurs de l'environnement qui estiment que l'Afrique du Sud voisine pourrait être touchée ensuite.

Le Mozambique abritait environ 15.000 éléphants il y a cinq ans. Mais ils pourraient disparaître dans les dix ans si aucune mesure sérieuse n'est prise pour combattre les braconniers, préviennent des défenseurs de l'environnement qui estiment que l'Afrique du Sud voisine pourrait être touchée ensuite. Un comptage aérien effectué en 2011 a dénombré 2.667 carcasses dans la réserve de Niassa, à la frontière tanzanienne dans l'extrême nord du pays. Des animaux tués dans les deux années précédentes.

Les braconniers en tuent environ 1.000 par an, selon les estimations. "Il y a davantage d'éléphants tués que de naissances", se désole Carlos Lopes Pereira, consultant pour l'ONG Wildlife Conservation Society (WCS).
"Si on continue à ce rythme, il se pourrait que nous n'ayons plus d'éléphants dans huit ans", estime cet expert.

Le Mozambique, dévasté par une guerre civile qui a pris fin en 1992, reste l'un des pays les plus pauvres d'Afrique malgré la découverte récente d'énormes réserves de gaz et de charbon. Le budget de l'Etat ne suffit pas pour répondre aux besoins de base de la population, et la protection de la nature n'est en rien une priorité.

Les rangers dans les parcs sont peu nombreux et mal armés de fusils à réarmement manuel datant de la Seconde Guerre mondiale, face à des braconniers équipés d'armes puissantes et récentes et de véhicules qui permettent des chasses à grande échelle.

"Ils sont capables de tuer plusieurs animaux en même temps", constate M. Lopes Pereira. Les braconniers, qui connaissent les moeurs des éléphants, tuent d'abord la matriarche de la horde. Privés de leur guide, les autres animaux s'affolent et tournent sur place, permettant aux chasseurs d'en abattre jusqu'à cinq ou six au même endroit. Et les conservateurs des parcs voient la mortalité augmenter parmi les jeunes éléphants orphelins, victimes notamment d'attaques de lions.

Les autorités mozambicaines affirment que les tueurs viennent de la corne de l'Afrique, suivant en cela une tradition très ancienne: "Historiquement, les braconniers descendent de Somalie, en passant par le Kenya", explique Francisco Pariela, directeur national de la protection de la nature. Ils recrutent et paient des Mozambicains pour les informer des mouvements des troupeaux: "Des fonctionnaires de l'Etat sont impliqués, de même que des habitants de la zone."

La Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES) a relevé dans un rapport publié au début de l'année que "le continent africain n'a jamais connu autant de braconnage d'éléphants". Elle estime que près de 25.000 pachydermes ont été tués pour leurs défenses pendant la seule année 2011. Le trafic de l'ivoire a doublé depuis 2007 et a plus que triplé au cours des quinze dernières années. Il alimente principalement l'Asie et le Moyen-Orient, où les défenses sont sculptées ou réduites en poudre pour la médecine traditionnelle.

Et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et des groupes de défense de l'environnement constatent que les pachydermes du sud et de l'est du continent, qui était jusqu'à présent relativement épargnés, sont maintenant menacés. Le Mozambique est particulièrement vulnérable. Le braconnage y est considéré comme un simple délit. "Nous pouvons seulement donner des amendes aux gens, et pas les mettre en prison", regrette M. Pariela.

"Nous en avons arrêté beaucoup, mais les braconniers ne craignent rien. Ils paient une amende et s'en vont libres." "Le gouvernement ne prend pas au sérieux ce problème du braconnage. Il est incapable de prendre des mesures fermes", accuse Carlos Serra, le directeur du lobby Centro Vivo Terro.

En outre, les policiers ne sont pas tous innocents. "Certaines des armes utilisées (par les braconniers) appartiennent à la police. Tout le monde le sait", selon lui. Le Mozambique a été montré du doigt pour son piètre bilan en matière de protection de la faune. En 2012, le Fonds mondial pour la nature (WWF) l'a placé avec le Laos et le Vietnam parmi les pays qui font le moins d'efforts pour contrôler le commerce illégal de parties animales.

Son rôle de plaque tournante du trafic a émergé récemment, les braconniers descendant vers le sud après avoir quasiment vidé de ses éléphants l'Afrique centrale et occidentale. Lopes Pereira craint que les braconniers ne se tournent ensuite vers le célèbre parc national Kruger, en Afrique du Sud. Cette vaste réserve frontalière du Mozambique --où ce sont actuellement les rhinocéros qui sont massacrés, pour leurs cornes-- abrite quelque 12.000 éléphants.

"Le commerce de l'ivoire est complètement hors de contrôle. Le braconnage pour l'ivoire s'aggrave de jour en jour et aura une incidence sur l'Afrique du Sud, s'il n'est pas arrêté au Mozambique", avertit-il.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

La prudence est de mise au Mozambique. Le gouvernement a annoncé mercredi que des observateurs militaires étrangers allaient être déployés afin de s'assurer que la période post-éle[...]

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Afonso Dhlakama, le chef du parti d'opposition Renamo au Mozambique, estime que les élections de mercredi n'ont pas été honnêtes, mais a promis samedi de ne pas recourir à la violence.[...]

Mozambique : la Renamo rejette les résultats partiels des élections présidentielle et législatives

Au vu des résultats très partiels des élections présidentielle et législatives du 15 octobre, la Renamo a annoncé jeudi qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire du candidat du[...]

Mozambique : avec "Txeka", les blogueurs se mobilisent pour la transparence des élections

Mercredi 15 octobre, les électeurs mozambicains se sont rendus aux urnes pour choisir leur président et leurs assemblées nationale et provinciales. Sur l’exemple kényan d’Ushahidi, le[...]

Présidentielle au Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, en tête

Pas de surprise au Mozambique. Après un décompte très partiel, le candidat du pouvoir arrive en tête avec plus de 60% des voix.[...]

Mozambique : la fin du déminage... si loin, si proche

Vingt ans de guerre d’indépendance puis seize ans de guerre civile ont fait du Mozambique l’un des pays les plus minés de la planète. Alors que les élections générales se sont[...]

Présidentielle au Mozambique : et si rien n'était joué d'avance pour le Frelimo ?

Le président Guebuza devra céder sa place à l'issue de l'élection du 15 octobre. Mais la bataille s'annonce serrée pour son dauphin, Filipe Nyusi, et pour le Frelimo, au pouvoir[...]

Sida : démarrage difficile pour l'usine publique d'antirétroviraux au Mozambique

En 2012, les gouvernements mozambicain et brésilien inauguraient en grande pompe la première industrie pharmaceutique publique d’Afrique. Deux ans après, la production de médicaments[...]

Élections au Mozambique : une fin de campagne entre ferveur et suspicions

Quelque 11 millions de Mozambicains sont appelés aux urnes, mercredi, pour les élections présidentielle, législatives et provinciales. En dépit d’un retour spectaculaire d’Afonso[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers