Extension Factory Builder
27/04/2013 à 09:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'assemblée constituante tunisienne réunie en session plénière, à Tunis le 14 février 2013. L'assemblée constituante tunisienne réunie en session plénière, à Tunis le 14 février 2013. © AFP

La finalisation du projet de Constitution de la Tunisie prévue samedi a été de nouveau retardée à la demande du groupe d'experts procédant à une révision du texte, a indiqué vendredi à l'AFP Habib Khedher, rapporteur général de la Constitution à l'Assemblée nationale constituante (ANC).

"Les experts ont demandé à prolonger leur travail jusqu'à mercredi, ce qui a provoqué un léger retard dans la finalisation du projet de la Constitution", a expliqué M. Khedher, député du parti islamiste Ennahda au pouvoir. Le groupe d'experts --des juristes et linguistes notamment-- devaient initialement finir leur travail de révision et en discuter avec les députés membres de la commission en charge de la rédaction, avant le 27 avril.

L'Assemblée avait adopté en mars un calendrier non contraignant fixant au 27 avril la date de présentation du projet de Constitution et prévoyant son adoption avant le 8 juillet. Les principaux partis s'étaient donné un an à compter de l'élection le 23 octobre 2011 de l'ANC pour rédiger la nouvelle loi fondamentale et remplacer les textes provisoires régissant le pays à la suite de la révolution qui a chassé l'ancien régime en janvier 2011. Mais les travaux de l'ANC ont progressé lentement faute d'un compromis sur la nature du régime, principal point d'achoppement des négociations.

Le problème Ennahda

Les islamistes réclament un système parlementaire pur, tandis que les autres partis militent pour un régime mixte laisser d'importantes prérogatives au président. Des partis politiques en pourparlers sous l'égide du président Moncef Marzouki ont suspendu vendredi leur dialogue sans parvenir à un consensus sur les prérogatives futures du président et du chef du gouvernement.

Issam Chebbi, député et dirigeant du parti républicain, a annoncé l'échec du dialogue à dégager un consensus, Ennahda, qui persiste à vouloir un régime parlementaire, ayant claqué la porte, a-t-il dit à la presse. Le représentant d'Ennahda aux discussions, Sahbi Attiq, a indiqué de son côté que le parti islamiste devait réunir son Majliss Al-Choura (parlement interne) pour arrêter sa position sur les points de désaccords, sans préciser la date de la réunion. Pour être adopté, le projet de Constitution doit obtenir le soutien des deux tiers des députés de l'ANC dans laquelle Ennahda compte 89 élus sur 217.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport condu[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers