Extension Factory Builder
17/02/2013 à 16:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militants du parti islamiste Ennahda manifestent à Tunis, le 16 février 2013. Des militants du parti islamiste Ennahda manifestent à Tunis, le 16 février 2013. © AFP

La Tunisie était toujours dans l'incertitude dimanche, avant la reprise lundi des tractations sur la formation d'un gouvernement de technocrates sur fond de bras de fer entre le Premier ministre et son parti islamiste, Ennahda, qui refuse de céder le pouvoir.

Rached Ghannouchi, chef d'Ennahda, l'a proclamé haut et fort samedi devant quelque 15.000 partisans. Le parti n'est pas prêt à céder le pouvoir, a-t-il déclaré, contredisant une nouvelle fois le Premier ministre Hamadi Jebali, numéro 2 du parti qui dirige le gouvernement de coalition. "Rassurez-vous, Ennahda se porte bien (...) et ne cèdera jamais le pouvoir tant qu'il bénéficie de la confiance du peuple et de la légitimité des urnes", a clamé M. Ghannouchi à la fin d'une manifestation de ses partisans sur l'avenue Bourguiba, dans le centre de Tunis.

La manifestation, voulue comme une démonstration de force face aux adversaires d'Ennahda qui lui reprochent d'avoir plongé le pays dans la crise, a finalement réuni moins de monde que les funérailles le 8 février de l'opposant de gauche Chokri Belaïd, assassiné deux jours plus tôt. La rédaction d'une nouvelle Constitution est en panne, l'économie en berne et la montée des salafistes jihadistes fait craindre des violences dans le pays par ailleurs affecté par une grogne sociale généralisée.

Le meurtre de Chokri Belaïd, un assassinat politique sans précédent depuis la révolution, a aggravé la crise latente dans le pays où un remaniement ministériel était en gestation depuis sept mois, sans résultat, Ennahda ne voulant pas céder les ministères régaliens de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice.

"Coup d'État"

M. Ghannouchi a retourné l'accusation contre les adversaires d'Ennahda en affirmant que ce n'est pas sa gestion des affaires qui est à l'origine des difficultés du pays mais les obstructions de l'oppoition. Selon lui, Ennahda est l'objet depuis son arrivée au pouvoir, il y a un peu plus d'un an, d'une "série de complots qui ont culminé avec la proposition d'un gouvernement de technocrates (...) ce qui équivaut à un coup d'Etat contre le gouvernement élu". "Ennahda est la colonne vertébrale de la Tunisie et la briser ou l'exclure porterait atteinte à l'unité nationale du pays", a-t-il martelé. Il a dénoncé des tentatives de diaboliser son parti et de le dépeindre comme "hostile aux libertés, à la démocratie, et aux droits des femmes".

La presse de dimanche a souligné le climat d'incertitude politique, n'excluant pas l'échec de la démarche de M. Jebali qui a mis sa démission dans la balance au cas où sa proposition d'un gouvernement de technocrates n'était pas acceptée par les partis politiques. "Il y a fort à craindre que cette initiative, appuyée par une large partie de la l'opposition et de l'opinion publique, soit enterrée demain, marquant l'entrée du pays dans un nouveau cycle de tiraillements, de tractations et de calculs partisans", écrit le quotidien Le Temps. "On ne voit pas comment (le Premier ministre Hamadi Jebali) pourrait renverser la vapeur et infléchir la position de son parti et de ses alliés", ajoute-t-il.

Revenant sur l'optimisme mesuré affiché par M. Jebali à l'annonce vendredi de la prolongation des discussions avec les principaux partis politiques, La Presse souligne que "les bonnes intentions (de ces partis) doivent être suivies d'actions concrètes et d'une volonté partagée de consentir des concessions de la part des uns et des autres". Une conviction défendue par Essabah, quotidien de langue arabe, qui y voit "une nécessité nationale". "La nature de la crise actuelle et ses retombées possibles nécessitent de rompre avec les calculs partisans et de rechercher le consensus national", souligne le quotidien.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex