Extension Factory Builder
17/02/2013 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président tchadien Idriss Deby (g) lors d'une réunion sur le Mali, le 19 janvier 2013. Le président tchadien Idriss Deby (g) lors d'une réunion sur le Mali, le 19 janvier 2013. © AFP

Les dirigeants des pays sahélo-sahariens réunis samedi à N'Djaména ont appelé à poursuivre les efforts visant à soutenir "le processus politique, diplomatique et militaire" pour "parvenir à une stabilité définitive au Mali", en guerre contre des groupes islamistes armés.

Les chefs d'Etat et de gouvernement "lancent un appel à tous les membres de la CEN-SAD (Communauté des Etats sahélo-sahariens) afin de continuer à apporter leur appui au processus politique, diplomatique et militaire en cours en vue de parvenir à une stabilité définitive au Mali", selon le communiqué final de la CEN-SAD, qui regroupe 28 pays.

Au terme du sommet extraordinaire de la CEN-SAD, les pays sahélo-sahariens ont annoncé une contribution de 500 millions de Francs CFA (760.000 euros) à la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), force ouest-africaine mandatée pour aider les Maliens à reprendre le contrôle du nord du pays tombé en 2012 aux mains de groupes islamistes armés. Dix chefs d'Etat participaient à cette rencontre, parmi lesquels le Malien Dioncounda Traoré, l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Burkinabè Blaise Compaoré et le Soudanais Omar el-Béchir.

La Cour pénale internationale, qui recherche Béchir pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide au Darfour (ouest du Soudan), a lancé samedi un appel au Tchad pour faire arrêter le président soudanais. Mais depuis le rapprochement politique amorcé en janvier 2010 entre le Tchad et le Soudan, N'Djamena a régulièrement ignoré les appels de la CPI en vue de l'arrestation d'Omar el-Béchir, qui s'est notamment rendu au Tchad pour le précédent sommet de la CEN-SAD en 2010.

Conseil permanent de paix et de sécurité

Les participants ont également exprimé leur "grande préoccupation sur la question du terrorisme, phénomène qui menace tout l'espace CEN-SAD et qui doit être éradiqué collectivement par les Etats". Le chef de l'Etat tchadien Idriss Déby Itno et Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique de Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), ont plaidé pour une mobilisation collective destinée à faire face aux crises sécuritaires qui secouent la zone sahélo-saharienne.

Le Tchad, qui ne fait pas partie de la Misma, a promis l'envoi au Mali de 2.000 soldats. "Le cas malien doit nous interpeller tous et nous inciter à accélérer les mesures qui s'imposent pour l'avenir, c'est-à-dire l'activation des forces africaines en attente", a indiqué le président Déby. L'Union africaine a décidé la création dans les grandes régions du continent de forces armées en attente pour s'interposer dans les conflits, mais leur mise en place n'est pas encore effective. Les dirigeants réunis à N'Djaména ont également exprimé leur gratitude envers la France, engagée militairement au Mali depuis le 11 janvier, qui a "stoppé l'avancée de groupes terroristes vers le sud du Mali et créé les conditions d'une reconquête des territoires occupés", selon le communiqué. Les forces africaines comptent actuellement environ 4.300 hommes sur le terrain, dont quelque 1.800 Tchadiens.

La menace jihadiste reste bien présente dans le nord du Mali notamment à Gao, ville reprise aux islamistes le 26 janvier, devenue entre-temps le théâtre des premiers attentats suicides de l'histoire du Mali et de violents combats de rue avec des combattants jihadistes infiltrés dans la ville. Au cours de ce sommet, les participants ont aussi "adopté le traité révisé de la communauté" CEN-SAD, qui prévoit notamment la création d'un Conseil permanent de paix et de sécurité.

Le conflit au Mali, la crise qui a conduit à la formation d'un gouvernement d'union nationale avec les rebelles du Séléka en Centrafrique, et les menaces terroristes qui pèsent sur plusieurs pays de la région incitent aujourd'hui les pays sahélo-sahariens à parler d'une même voix sur les questions sécuritaires. La CEN-SAD a été créée en Libye le 4 février 1998 à l'initiative de l'ancien guide Mouammar Kadhafi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces