Extension Factory Builder
16/02/2013 à 10:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Leon Mugesera qui avait fui au Canada arrive le 24 janvier 2012 à Kigali après son extradition. Leon Mugesera qui avait fui au Canada arrive le 24 janvier 2012 à Kigali après son extradition. © AFP

L'ex-homme politique rwandais Leon Mugesera, extradé du Canada et jugé à Kigali pour incitation au génocide des tutsis au Rwanda en 1994, a rejeté vendredi toutes les accusations formulées contre lui.

"Je rejette formellement et catégoriquement toutes les accusations portées contre moi. Je nie avoir été impliqué dans les tueries, de manière directe ou indirecte", a déclaré M. Mugesera, linguiste de formation, né en 1954. "Je n'ai jamais incité les gens à commettre le génocide. Je ne suis au courant d'aucun plan ou dispositif sur le génocide et il n'y a jamais eu aucun document prouvant qu'il y avait un projet de tuer les gens", a-t-il ajouté. "Je n'ai jamais été partie à un plan préparant des meurtres (...) l'accusation m'accuse de conspiration. Elle devrait faire comparaître la personne avec qui j'ai comploté", a-t-il poursuivi.

Le parquet attribue à M. Mugesera un discours violemment anti-tutsi prononcé en 1992 lors d'un rassemblement du parti du président hutu de l'époque Juvénal Habyarimana dont il était membre, estimant qu'il s'agit d'un des éléments ayant amorcé le génocide. Les Tutsi y étaient traités de "cafards" et les Hutu encouragés à les tuer. L'assassinat en avril 1994 du président Habyarimana, dont l'avion a été abattu par un missile à Kigali, allait déclencher le génocide d'environ 800.000 personnes, essentiellement membres de la minorité tutsie, tuées en quelques semaines, selon l'ONU.

Lors d'une récente audience, M. Mugesera a contesté l'authenticité de l'enregistrement du discours présenté par l'accusation, y dénonçant des "anomalies". "Je me souviens que l'horreur qui s'est abattue sur le Rwanda a été déclenchée par le tir ayant abattu l'avion du président Juvenal Habyarimana, le 6 avril 1994. J'étais au Canada ce jour-là et je l'ai vu à la télévision comme n'importe qui. Je n'ai pas tiré les missiles qui ont abattu l'avion", a également souligné vendredi M. Mugesera.

Réclamé depuis 1995 par Kigali, M. Mugesera était installé depuis 1993 avec son épouse et ses enfants au Canada, où il a multiplié durant plus de 15 ans les recours judiciaires, sans pouvoir finalement empêcher son extradition vers le Rwanda en janvier 2012. Il a depuis obtenu plusieurs reports de son procès en soulevant de nombreuses questions de procédure.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces