Extension Factory Builder
06/02/2013 à 21:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la Centrafrique François Bozizé, le 8 janvier 2013. Le président de la Centrafrique François Bozizé, le 8 janvier 2013. © Sia Kambou/AFP

La coalition rebelle Séléka a finalement décidé de participer au gouvernement d'union nationale en Centrafrique, formé après les accords de paix qui ont mis fin le mois dernier à son offensive contre le pouvoir du président François Bozizé, a déclaré mercredi un de ses dirigeants, le général Mohamed Moussa Dhaffane.

Il a fait cette déclaration à l'AFP à Bangui, au terme d'une réunion interne de la Séléka, peu après avoir d'abord annoncé que les rebelles suspendaient leur participation au gouvernement formé dimanche dernier.

"Nous avons finalement décidé de prendre notre service au gouvernement. On avait pensé suspendre notre participation mais finalement on a pensé que c'était un piège du président Bozizé", a-t-il affirmé.

Les accords de paix signé le 11 janvier à Libreville, au Gabon, prévoyaient la formation d'un gouvernement d'union nationale avec notamment la participation des rebelles et de l'opposition centrafricaine.

Depuis l'annonce de la composition de la nouvelle équipe dirigée par l'opposant Nicolas Tiangaye, la rébellion hésitait sur l'attitude à adopter.

Jouer le jeu

Elle accuse notamment le président Bozizé de ne pas avoir joué le jeu en ayant réussi à obtenir des ministres délégués fragilisant le pouvoir de chaque ministre.

Le général Dhaffane avait annoncé dans un premier temps que la Séléka suspendait sa participation au gouvernement et qu'il avait requis un arbitrage du médiateur dans la crise, le président congolais Denis Sassou. Il avait souligné que la Séléka ne "fermait pas la porte" mais réclamait "un ajustement technique", c'est à dire un remaniement.

Après une réunion interne, mercredi en fin d'après-midi, la rébellion a finalement décidé de participer au gouvernement. "Il (Bozizé) cherche à nous diviser", a expliqué le général Dhaffane.

La rébellion avait failli renverser le président Bozizé après son offensive entamée le 10 décembre et qui l'avait amenée aux portes de Bangui. Elle a obtenu le poste clé de la Défense dans le nouveau gouvernement. Le porte-feuille est détenu par le président du Séléka, Michel Djotodia, également nommé premier vice-Premier ministre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Après le cessez-le-feu entre groupes armés centrafricains conclu à Brazzaville le 23 juillet, reste à mettre en musique cet accord pour éviter qu'il ne reste lettre morte.[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, la grande majorité des groupes armés de la crise centrafricaine était[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers