Extension Factory Builder
06/02/2013 à 21:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la Centrafrique François Bozizé, le 8 janvier 2013. Le président de la Centrafrique François Bozizé, le 8 janvier 2013. © Sia Kambou/AFP

La coalition rebelle Séléka a finalement décidé de participer au gouvernement d'union nationale en Centrafrique, formé après les accords de paix qui ont mis fin le mois dernier à son offensive contre le pouvoir du président François Bozizé, a déclaré mercredi un de ses dirigeants, le général Mohamed Moussa Dhaffane.

Il a fait cette déclaration à l'AFP à Bangui, au terme d'une réunion interne de la Séléka, peu après avoir d'abord annoncé que les rebelles suspendaient leur participation au gouvernement formé dimanche dernier.

"Nous avons finalement décidé de prendre notre service au gouvernement. On avait pensé suspendre notre participation mais finalement on a pensé que c'était un piège du président Bozizé", a-t-il affirmé.

Les accords de paix signé le 11 janvier à Libreville, au Gabon, prévoyaient la formation d'un gouvernement d'union nationale avec notamment la participation des rebelles et de l'opposition centrafricaine.

Depuis l'annonce de la composition de la nouvelle équipe dirigée par l'opposant Nicolas Tiangaye, la rébellion hésitait sur l'attitude à adopter.

Jouer le jeu

Elle accuse notamment le président Bozizé de ne pas avoir joué le jeu en ayant réussi à obtenir des ministres délégués fragilisant le pouvoir de chaque ministre.

Le général Dhaffane avait annoncé dans un premier temps que la Séléka suspendait sa participation au gouvernement et qu'il avait requis un arbitrage du médiateur dans la crise, le président congolais Denis Sassou. Il avait souligné que la Séléka ne "fermait pas la porte" mais réclamait "un ajustement technique", c'est à dire un remaniement.

Après une réunion interne, mercredi en fin d'après-midi, la rébellion a finalement décidé de participer au gouvernement. "Il (Bozizé) cherche à nous diviser", a expliqué le général Dhaffane.

La rébellion avait failli renverser le président Bozizé après son offensive entamée le 10 décembre et qui l'avait amenée aux portes de Bangui. Elle a obtenu le poste clé de la Défense dans le nouveau gouvernement. Le porte-feuille est détenu par le président du Séléka, Michel Djotodia, également nommé premier vice-Premier ministre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Une délégation de la médiation internationale dans la crise centrafricaine était en visite à Bangui, samedi, pour rencontrer autorités et groupes armés afin de "ramener le ca[...]

Centrafrique - Anicet Dologuélé : "Samba-Panza n'est pas à l'écoute"

Pour l'ex-Premier ministre et futur candidat à l'élection présidentielle centrafricaine Anicet Dologuélé, le gouvernement centrafricain pèche par manque de transparence dans sa[...]

Centrafrique : six miliciens anti-balaka tués dans des affrontements avec la Minusca

Six miliciens anti-balaka ont été tués mercredi à Bangui dans un échange de tirs avec les forces internationales, a déclaré la Minusca jeudi.[...]

Centrafrique : quatre morts après de nouvelles violences à Bangui

Une attaque de miliciens anti-balaka mardi dans un quartier de Bangui a fait au moins quatre morts.[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza dénonce "une tentative de coup d'État institutionnel"

La présidente centrafricaine de la transition, Catherine Samba-Panza, a estimé mardi que les violences qui secouent Bangui depuis un peu moins d'une semaine s'apparentent à "une tentative de coup[...]

Centrafrique : un prêtre polonais enlevé dans l'Ouest

Des hommes armés fidèles au rebelle Abdoulaye Miskine ont enlevé un missionnaire polonais résidant à Baboua, dans l'ouest de la Centrafrique. Ils demandent la libération du leur chef[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza va rencontrer "les forces vives de la Nation"

Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition centrafricaine, entame mardi une série de rencontres avec les "forces vives de la Nation". Objectif : mettre fin au désordre que connaît[...]

Centrafrique : calme précaire à Bangui après plusieurs jours de violences

Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé dimanche soir la population à reprendre ses activités.[...]

Centrafrique : relative accalmie à Bangui, les anti-balaka appellent à la trêve

Un calme relatif régnait dimanche matin à Bangui, au lendemain de la rencontre entre la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, et des responsables des miliciens anti-balaka, ces[...]

Centrafrique : un semblant de calme à Bangui, la présidente reçoit les anti-balaka

Un semblant de calme était revenu samedi à Bangui après quatre jours de violents affrontements, alors qu'une rencontre entre la présidente de la transition Catherine Samba Panza et des responsables[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers