Extension Factory Builder
03/02/2013 à 11:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali à Tunis, le 26 janvier 2013. Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali à Tunis, le 26 janvier 2013. © AFP

La crise politique en Tunisie s'est approfondie la semaine dernière, faute de compromis entre le parti islamiste Ennahdha (au pouvoir), ses alliés dans le gouvernement et l'opposition sur un remaniement du gouvernement par le Premier ministre islamiste Hamadi Jebali.

"La scène politique ressemble de plus en plus à un mercato, où Ennahda marchande, et prétend vouloir élargir la coalition en refusant de céder les ministères régaliens comme le lui réclament l'opposition et ses partenaires", analyse un diplomate occidental parlant à l'AFP sous couvert d'anonymat.

Mais en voulant conserver les portefeuilles clés, Ennahda "se tire une balle dans le pied", estime un dirigeant du Congrès pour la république (CPR), Adnène Mancer, également porte-parole de la présidence, laissant entendre un risque d'éclatement de la coalition au pouvoir.

Le CPR et Ettakatol, les deux alliés de centre-gauche d'Ennahda dans le gouvernement, ont menacé de claquer la porte de la coalition si le parti islamiste refusait de lâcher les ministères de la Justice et des Affaires étrangères.

Le Premier ministre Hamadi Jebali a mené durant de longues semaines d'intenses consultations au sein de la coalition et avec l'opposition sur un remaniement réclamé et attendu depuis des mois, avant d'annoncer l'échec des pourparlers le 26 janvier dernier.

Depuis, les réunions d'états-major de partis s'éternisent et se succèdent mais il n'en sort que des déclaration d'intention sur le besoin d'un large consensus politique pour sortir de la crise.

Impatience

Tous les partis d'opposition consultés ont refusé de se joindre à une équipe gouvernementale accusée d'avoir échoué à réaliser les objectifs de la révolution, alors que le pays est confronté à des conflits sociaux et à l'insécurité, deux ans après la révolution de 2011.

Parti majoritaire dans le gouvernement et l'Assemblée constituante, Ennahda avait évoqué pour la première fois un remaniement "imminent" lors de son congrès en juillet.

Signe d'impatience, M. Jebali a interrompu sa participation à une réunion d'urgence du conseil de la Choura, instance consultative d'Ennahda, dans la nuit de vendredi à samedi, selon la radio Mosaïque FM.

Il a aussi boycotté samedi une réunion, à l'initiative du président Moncef Marzouki, entre Ennahda et ses alliés pour tenter de dégager une sortie de crise.
M. Jebali, qui fait figure de modéré au sein de sa formation, souhaite confier des ministères clés à des alliés politiques ou à des indépendants, une éventualité rejetée par des ultras de son parti et son chef Rached Ghannouchi.

Signe des clivages internes, son conseiller politique, Lotfi Zitoun, un homme influent, proche de Ghannouchi et très critiqué par la classe politique, a annoncé sa démission vendredi, affirmant qu'Ennahda n'avait rien à gagner dans le remaniement voulu par M. Jebali.

"Feuilleton interminable"

Les ultras d'Ennahda refusent en particulier de voir limoger le ministre des Affaires étrangères Rakik Abdessalem, gendre de Rached Ghannouchi, éclaboussé par des accusations de corruption.

Le limogeage du chef de la diplomatie a été posé par le CPR comme une condition de la poursuite de sa participation au gouvernement, selon un de ses dirigeants, Chokri Yaacoub.

Autre pomme de discorde: le ministère de la Justice. Ettakatol réclame le remplacement de l'islamiste Nourredine Bhiri par un indépendant, à défaut de quoi le parti menace de quitter la coalition, a dit à l'AFP son porte-parole Mohamed Bennour.

Les médias tunisiens ont suivi à la minute les tractations sur le remaniement, qualifiées de "feuilleton interminable". Pour le chef du Front populaire Hamma Hammami, ce blocage "renvoie à une crise au sein de la troïka (coalition au pouvoir) et au sein du parti Ennahda".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130203112457 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130203112457 from 172.16.0.100