Extension Factory Builder
03/02/2013 à 10:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les joueurs de l'équipe malienne fêtent leur victoire contre l'Afrique du Sud, le 2 févrrier 2013 Les joueurs de l'équipe malienne fêtent leur victoire contre l'Afrique du Sud, le 2 févrrier 2013 © AFP

Dans la capitale Bamako comme à Gao, grande ville du Nord toute juste libérée des islamistes, les Maliens ont fêté, dans une ambiance de liesse populaire, la qualification du Mali pour les demi-finales de la Coupe d'Afrique des Nations 2013, après la victoire contre l'Afrique du Sud.

"Vive les Aigles, vive les Aigles": des groupes de jeunes se sont rassemblés dans les rues de Bamako pour célébrer l'événement et entonner des slogans à la gloire du Mali et de son gardien de but, Soumbeyla Diakité, héroïque lors de la séance victorieuse des tirs aux buts.

Quelques heures plus tôt, les "Vive la France" résonnaient dans la capitale à l'occasion de la visite du président français François Hollande, qui avait lancé le 11 janvier l'opération militaire, en appui à l'armée malienne, contre les groupes jihadistes occupant le nord du Mali depuis 2012.

Dans le quartier de Samé (nord-ouest de Bamako), la famille Traoré a mis le son de son magnétophone à fond pour célébrer en musique la qualification, pour la seconde fois d'affilée, aux demi-finales de la CAN, aux dépens du pays organisateur.

"J'ai commandé de la viande grillée pour fêter cette victoire. Tu vois, les enfants sont aux anges. Cette victoire, principalement due au gardien de but, va aider le Mali à retrouver la paix", a confié Mamadou Traoré, un ouvrier.

Parades à motos

Soumbeyla Diakité, qui remplaçait le gardien titulaire, suspendu, a arrêté deux tirs aux buts sud-africains, assurant la victoire de son équipe à Durban (1-1 a.p., 3 t.a.b. à 1).

Des groupes de jeunes manifestaient bruyamment leur joie samedi soir dans les principales artères de la capitale, pendant que d'autres faisaient pétarader leurs motos, en dépit de l'état d'urgence officiellement en vigueur.

Le président Dioncounda Traoré a félicité son équipe, dans un communiqué lu à la télévision publique: "Vous avez joué avec le coeur. En mon nom et en celui du peuple malien, je vous félicite pour cette victoire qui remplit de joie le pays, de Kidal à Sikasso et de Kayes à Gao".

Gao, la plus grande ville du nord du Mali, a été reprise le 26 janvier par les soldats français et maliens aux jihadistes qui y ont multiplié les exactions. La victoire des Aigles a aussi provoqué sur place une clameur de joie, ainsi qu'un concert de casseroles. Des jeunes de Gao ont même bravé le couvre-feu, valable de 20H00 à 06H00 (locales et GMT), pour parader à motos en ville.

"Fier d'être Malien"

"Vive le Mali!", s'époumonaient des garçons assis devant un petit téléviseur installé près d'une échoppe. Quelques soldats maliens qui montaient la garde devant un hôtel ont même sauté de joie à l'instant de la délivrance.

Kidal, dans l'extrême Nord-Est, est la dernière ville encore sous le contrôle de groupes armés, des dissidents islamistes et des rebelles touareg. Mais les Français y tiennent l'aéroport et des soldats tchadiens ont patrouillé ces derniers jours en ville.

Le sélectionneur des Aigles, le Français Patrice Carteron, avait expliqué vendredi que ses joueurs souhaitaient contribuer à leur manière à la renaissance de leur pays, qui commence à peine à redresser la tête. "Cette victoire signifie beaucoup. Vous voyez le drapeau malien qui ne flotte pas qu'au nord et au sud du Mali, mais aussi à l'extérieur du Mali. Il n'y a que le football qui peut apporter ça. Le Mali a la tête haute aujourd'hui et on est fier d'être malien. Tout le Mali doit être fier et nous, on l'est", a estimé à Durban après la victoire le capitaine de l'équipe, Seydou Keita.

Dans le vaste Nord du pays qu'ils contrôlaient, les islamistes avaient notamment banni le football. Le Mali affrontera mercredi le vainqueur du match entre la Côte d'Ivoire et le Nigeria, disputé dimanche.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Modibo Keïta, premier président de la République du Mali, aurait été centenaire le 4 juin 2015. Retour sur la vie de ce leader panafricain qui a marqué l'histoire de son pays et du continent[...]

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois[...]

Terrorisme : quand Hollande joue les cow-boys au Mali

Au Mali, le président français n'hésite plus à ordonner des assassinats ciblés contre les chefs jihadistes. Une "neutralisation" sans autre forme de procès.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers