Extension Factory Builder
31/01/2013 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des enfants prennent un repas dans une école de la région de Zinder au Niger, le 1er juin 2012. Des enfants prennent un repas dans une école de la région de Zinder au Niger, le 1er juin 2012. © AFP

Une nourriture insuffisante ou médiocre n'est pas la seule cause de malnutrition infantile en Afrique sub-saharienne, certaines bactéries intestinales peuvent aussi provoquer ce problème, selon des chercheurs américains dont l'étude est publiée mercredi.

Cette recherche a été menée pendant trois ans au Malawi avec 377 paires de jumeaux dès leur naissance ainsi qu'en parallèle avec des souris de laboratoire.

Elle montre comment un dysfonctionnement de la flore intestinale de ces enfants combiné à une mauvaise alimentation déclenche une forme de malnutrition appelée kwashiorkor.

"Nourrir ces enfants avec des aliments riches en calories et nutriments n'a eu qu'un effet bénéfique temporaire sur leur flore intestinale qui n'a pas été suffisant pour faire totalement disparaître le dysfonctionnement", explique le Dr Jeffrey Gordon, de la faculté de médecine de l'Université Washington à St Louis, le principal auteur de l'étude parue dans la revue américaine Science.

"Nouvelles approches"

"Nos résultats font penser que nous devons recourir à de nouvelles approches pour réparer la flore intestinale de ces enfants pour qu'ils puissent être en bonne santé...", ajoute-t-il;

La malnutrition est répandue au Malawi mais les chercheurs se sont concentrés pour cette étude sur la forme dite de kwashiorkor dont les symptômes sont un gonflement du ventre, des lésions du foie, des ulcérations de la peau et une perte de l'appétit.

Durant cette étude, la moitié des paires de jumeaux est restée en bonne santé tandis que les autres, l’un ou les deux de la paire de jumeaux, présentaient des signes de malnutrition de kwashiorkor.

L’analyse de leur flore intestinale a révélé que les enfants sévèrement dénutris avaient un profil microbien différent même s'il se rapprochait de celui des enfants sans signe de malnutrition.

Après une interruption de ce régime alimentaire thérapeutique et la reprise de l'alimentation traditionnelle du village, leur flore intestinale a retrouvé son état antérieur anormal et leur métabolisme a changé.

Les scientifiques ont longtemps été étonnés par le fait que certains enfants souffrent de malnutrition et pas d'autres, même en consommant la même alimentation dans la même famille, ce qui montre bien que le manque de nourriture n'est pas la seule cause.

Cette découverte est confortée par des études supplémentaires sur des souris montrant que des microbes intestinaux d'enfants dénutris transplantés dans des intestins de ces animaux ont provoqué une forte perte de poids et altéré leur métabolisme quand ils sont nourris avec des aliments similaires à ceux du régime alimentaire du Malawi à savoir pauvre en vitamines et minéraux.

Cette recherche a été financée par la Fondation Bill and Melinda Gates et les Instituts américains de la Santé (NIH).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Afrique Subsaharienne

Afrique du Sud : ce que la justice reproche à Julius Malema

Afrique du Sud : ce que la justice reproche à Julius Malema

Le 30 septembre, le tribunal de Polokwane, dans le nord de l'Afrique du Sud, a décidé de renvoyer au 3 août 2015 le procès pour corruption ouvert à l'encontre de Julius Malema. Que reproche la jus[...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de[...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de[...]

Côte d'Ivoire : pour l'accusation, Blé Goudé est responsable "de certains des pires crimes"

L'audience de confirmation des charges retenues contre Charles Blé Goudé devant la CPI a débuté lundi à la Haye. Elle doit se poursuivre jusqu'à jeudi.[...]

Séance académique

Un après-midi de septembre, quelque part à Kinshasa, une école supérieure de commerce est en effervescence. La raison en est simple : des étudiants doivent défendre leur travail[...]

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine[...]

Nigeria : T.B. Joshua, prophète de malheur

Sous le feu des critiques après l'effondrement d'un bâtiment abritant son Église, l'évangélique nigérian crie au complot.[...]

Niger : mandat d'arrêt contre Hama Amadou

La justice nigérienne a émis un mandat d'arrêt à l'encontre du président de l'Assemblée nationale, Hama Amadou.[...]

Criminalité au Togo : série noire de braquages meurtriers à Lomé

En moins de deux mois, plusieurs braquages sanglants ont secoués Lomé. Ce qui relance la question de l’insécurité grandissante dans la capitale togolaise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers