Extension Factory Builder
31/01/2013 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des enfants prennent un repas dans une école de la région de Zinder au Niger, le 1er juin 2012. Des enfants prennent un repas dans une école de la région de Zinder au Niger, le 1er juin 2012. © AFP

Une nourriture insuffisante ou médiocre n'est pas la seule cause de malnutrition infantile en Afrique sub-saharienne, certaines bactéries intestinales peuvent aussi provoquer ce problème, selon des chercheurs américains dont l'étude est publiée mercredi.

Cette recherche a été menée pendant trois ans au Malawi avec 377 paires de jumeaux dès leur naissance ainsi qu'en parallèle avec des souris de laboratoire.

Elle montre comment un dysfonctionnement de la flore intestinale de ces enfants combiné à une mauvaise alimentation déclenche une forme de malnutrition appelée kwashiorkor.

"Nourrir ces enfants avec des aliments riches en calories et nutriments n'a eu qu'un effet bénéfique temporaire sur leur flore intestinale qui n'a pas été suffisant pour faire totalement disparaître le dysfonctionnement", explique le Dr Jeffrey Gordon, de la faculté de médecine de l'Université Washington à St Louis, le principal auteur de l'étude parue dans la revue américaine Science.

"Nouvelles approches"

"Nos résultats font penser que nous devons recourir à de nouvelles approches pour réparer la flore intestinale de ces enfants pour qu'ils puissent être en bonne santé...", ajoute-t-il;

La malnutrition est répandue au Malawi mais les chercheurs se sont concentrés pour cette étude sur la forme dite de kwashiorkor dont les symptômes sont un gonflement du ventre, des lésions du foie, des ulcérations de la peau et une perte de l'appétit.

Durant cette étude, la moitié des paires de jumeaux est restée en bonne santé tandis que les autres, l’un ou les deux de la paire de jumeaux, présentaient des signes de malnutrition de kwashiorkor.

L’analyse de leur flore intestinale a révélé que les enfants sévèrement dénutris avaient un profil microbien différent même s'il se rapprochait de celui des enfants sans signe de malnutrition.

Après une interruption de ce régime alimentaire thérapeutique et la reprise de l'alimentation traditionnelle du village, leur flore intestinale a retrouvé son état antérieur anormal et leur métabolisme a changé.

Les scientifiques ont longtemps été étonnés par le fait que certains enfants souffrent de malnutrition et pas d'autres, même en consommant la même alimentation dans la même famille, ce qui montre bien que le manque de nourriture n'est pas la seule cause.

Cette découverte est confortée par des études supplémentaires sur des souris montrant que des microbes intestinaux d'enfants dénutris transplantés dans des intestins de ces animaux ont provoqué une forte perte de poids et altéré leur métabolisme quand ils sont nourris avec des aliments similaires à ceux du régime alimentaire du Malawi à savoir pauvre en vitamines et minéraux.

Cette recherche a été financée par la Fondation Bill and Melinda Gates et les Instituts américains de la Santé (NIH).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Afrique Subsaharienne

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo, ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques so[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

Théâtre : Étienne Minoungou sur le ring avec Muhammad Ali

Pour Étienne Minoungou, le directeur des Récréâtrales, qui se tiennent du 25 octobre au 2 novembre à Ouagadougou, l'art est un combat. Sur scène, il incarne le plus[...]

Pourquoi le Niger a acheté un avion de renseignement à 10 millions d'euros

Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi avoir fait l'acquisition d'un avion de renseignement pour lutter contre les groupes armés islamistes le long de ses frontières avec le Mali et la Libye. Quelles en[...]

Centrafrique : l'attaque d'un groupe armé dans le Centre fait au moins 30 morts

Des éléments armés assimilés aux Peuls et aux ex-Séléka ont attaqué un village de la région Balaka, centre de la Centrafrique, rapporte jeudi la Minusca, la mission de l'ONU[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas[...]

Nigeria : une explosion dans une gare routière fait au moins 5 morts

Une forte explosion mercredi dans une gare routière d'un État du nord du Nigeria précédemment ciblé par Boko Haram a fait au moins cinq morts.[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

Guinée équatoriale : le président Obiang accorde l'amnistie générale aux opposants en exil

Teodoro Obiang Nguema a accordé une amnistie générale aux opposants en exil dans la perspective d'un dialogue national en novembre, selon un décret présidentiel lu à la [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers