Extension Factory Builder
31/01/2013 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des enfants prennent un repas dans une école de la région de Zinder au Niger, le 1er juin 2012. Des enfants prennent un repas dans une école de la région de Zinder au Niger, le 1er juin 2012. © AFP

Une nourriture insuffisante ou médiocre n'est pas la seule cause de malnutrition infantile en Afrique sub-saharienne, certaines bactéries intestinales peuvent aussi provoquer ce problème, selon des chercheurs américains dont l'étude est publiée mercredi.

Cette recherche a été menée pendant trois ans au Malawi avec 377 paires de jumeaux dès leur naissance ainsi qu'en parallèle avec des souris de laboratoire.

Elle montre comment un dysfonctionnement de la flore intestinale de ces enfants combiné à une mauvaise alimentation déclenche une forme de malnutrition appelée kwashiorkor.

"Nourrir ces enfants avec des aliments riches en calories et nutriments n'a eu qu'un effet bénéfique temporaire sur leur flore intestinale qui n'a pas été suffisant pour faire totalement disparaître le dysfonctionnement", explique le Dr Jeffrey Gordon, de la faculté de médecine de l'Université Washington à St Louis, le principal auteur de l'étude parue dans la revue américaine Science.

"Nouvelles approches"

"Nos résultats font penser que nous devons recourir à de nouvelles approches pour réparer la flore intestinale de ces enfants pour qu'ils puissent être en bonne santé...", ajoute-t-il;

La malnutrition est répandue au Malawi mais les chercheurs se sont concentrés pour cette étude sur la forme dite de kwashiorkor dont les symptômes sont un gonflement du ventre, des lésions du foie, des ulcérations de la peau et une perte de l'appétit.

Durant cette étude, la moitié des paires de jumeaux est restée en bonne santé tandis que les autres, l’un ou les deux de la paire de jumeaux, présentaient des signes de malnutrition de kwashiorkor.

L’analyse de leur flore intestinale a révélé que les enfants sévèrement dénutris avaient un profil microbien différent même s'il se rapprochait de celui des enfants sans signe de malnutrition.

Après une interruption de ce régime alimentaire thérapeutique et la reprise de l'alimentation traditionnelle du village, leur flore intestinale a retrouvé son état antérieur anormal et leur métabolisme a changé.

Les scientifiques ont longtemps été étonnés par le fait que certains enfants souffrent de malnutrition et pas d'autres, même en consommant la même alimentation dans la même famille, ce qui montre bien que le manque de nourriture n'est pas la seule cause.

Cette découverte est confortée par des études supplémentaires sur des souris montrant que des microbes intestinaux d'enfants dénutris transplantés dans des intestins de ces animaux ont provoqué une forte perte de poids et altéré leur métabolisme quand ils sont nourris avec des aliments similaires à ceux du régime alimentaire du Malawi à savoir pauvre en vitamines et minéraux.

Cette recherche a été financée par la Fondation Bill and Melinda Gates et les Instituts américains de la Santé (NIH).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Afrique Subsaharienne

RDC : trois immeubles de Diomi Ndongala 'confisqués', son avocat dénonce 'l'instrumentalisation de la justice'

RDC : trois immeubles de Diomi Ndongala "confisqués", son avocat dénonce "l'instrumentalisation de la justice"

Dans une affaire qui l'oppose à la Banque internationale pour l'Afrique au Congo (Biac), Diomi Ndongala a vu vendredi trois de ses immeubles de Kinshasa être saisis par la justice. Une "expropriation" qui vi[...]

Ebola : des vaccins seront testés dans les pays d'Afrique les plus touchés

Des vaccins contre la fièvre Ebola seront testés, si possible en décembre, dans les trois principaux pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie selon l'OMS, alors qu'au Mali, la[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Nigeria : la soeur de la ministre du Pétrole enlevée par des hommes armés

La sœur de la ministre du pétrole du Nigeria a été enlevée par des hommes armés dans la plaque tournante pétrolière de Port-Harcourt, dans le Delta du Niger, au sud du pays.[...]

Qui est vraiment Filipe Nyusi, le prochain président du Mozambique ?

D'après les décomptes finaux des votes publiés hier, jeudi 23 octobre, Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, remporterait dès le premier tour la présidentielle du 15 octobre au[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

Ebola : des possibles tests de vaccins dès décembre en Afrique, selon l'OMS

Des tests de vaccins anti-Ebola pourraient être menés dès décembre, selon une annonce de l'Organisation mondiale de la Santé, vendredi.[...]

Nigeria - Boko Haram : peut-on encore espérer quelque chose du cessez-le-feu ?

Le 17 octobre, un accord de cessez-le-feu avec Boko Haram, incluant la libération des 200 lycéennes enlevées il y a six mois, était annoncé par les autorités tchadiennes et[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

RDC : retour à Kinshasa du proche de Bemba, Fidèle Babala

Libéré mardi par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de subornation de témoins, le secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers