Extension Factory Builder
26/01/2013 à 19:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les troupes françaises à Sévaré, le 25 janvier. Les troupes françaises à Sévaré, le 25 janvier. © AFP/FRED DUFOUR

La ville de Gao (nord-est du Mali) a été reprise samedi par les armées française et malienne et des "contingents africains, formés de militaires nigériens et tchadiens, arrivent sur zone pour prendre le relais des forces" françaises, a annoncé le ministère de la Défense.

La ville de Gao (nord-est du Mali) a été reprise samedi par les armées française et malienne et des "contingents africains, formés de militaires nigériens et tchadiens, arrivent sur zone pour prendre le relais des forces" françaises, a annoncé le ministère français de la Défense. Dans un communiqué, le ministère a affirmé que "dès ce (samedi) soir, Sadou Diallo, le maire de Gao réfugié à Bamako, a pu regagner sa ville, accompagné par le colonel Dako".

Plus tôt, ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian avait annoncé que des soldats français et maliens avaient pris le contrôle de "la zone de l'aéroport et [du] pont de Gao". Son entourage précisait toutefois que "les combats continu[aient]" dans la zone où "les tensions rest[aient] vives".  Jean-Yves Le Drian avait affirmé que «les terroristes djihadistes qui ont affronté les armées malienne et française ont vu nombre de leurs moyens mobiles et de leurs sites logistiques détruits». Le ministre a de plus tenu à adresser «ses plus vives félicitations aux militaires français ayant rempli ces dernières heures avec succès la mission qui leur a été confiée».

L'Etat-major des armées françaises avait ainsi indiqué que des "éléments terroristes" menaient "sporadiquement" des "opérations de harcèlement". "Il n'y a pas de combat à proprement parler" dans cette région du nord-est malien, avait précisé un porte-parole de l'Etat-major, "mais sporadiquement, des opérations de harcèlement avec des éléments terroristes qui ouvrent le feu sur nos positions après s'être abrités dans des zones urbaines".

Avant l'entrée des troupes, les positions des islamistes à Gao avaient été pilonnées par l'aviation française, notamment par des avions de combat Rafale. L'aéroport de Gao se situe à environ 6 kilomètres à l'est de la ville. Le pont sur le Niger est lui placé à l'entrée sud. Il s'agit d'une des trois principales communes du Nord du Mali, située à 1.200 kilomètres au nord-est de Bamako.

De son côté, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a déclaré samedi à Santiago refuser "les logiques de chantage", alors que le groupe islamiste Mujao a annoncé vouloir négocier la libération d'un otage français enlevé au Mali en novembre 2012.

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a dit samedi à l'AFP vouloir négocier la libération d'un otage français Gilberto Rodriguez Leal, qu'il détient depuis deux mois. Interrogé sur cette demande de négociation lors d'un déplacement au Chili, le Premier ministre a déclaré: "S'agissant de la situation de nos otages, vous n'imaginez pas qu'on va faire des déclarations publiques qui pourront contribuer à mettre en danger leur situation". "La France fera tout pour leur liberté", a-t-il ajouté, évoquant l'ensemble des otages français au Sahel.

Alors qu'on lui demandait s'il ne craignait pas une recrudescence des "négocations-chantage", il a répondu: "On ne rentre pas les logiques de chantage". "Ce n'est pas du tout notre vision des choses, et ce n'est pas la vision ni des Maliens, ni des autorités africaines ni des autres pays de l'Afrique de l'Ouest. On ne peut pas céder au terrorisme, sinon on sait bien que c'est toujours lui qui gagne", a-t-il poursuivi.

Selon M. Ayrault, "il n'y a pas de complaisance, de négociation à imaginer entre un Etat qui a vocation à être un Etat démocratique et les forces terroristes". "Il faut donner au Mali les capacités à pouvoir exercer pleinement sa souveraineté", a-t-il dit également.

Le chef du gouvernement français se trouve dans la capitale chilienne pour assister à un sommet entre l'Union européenne (UE) et la Communauté des Etats latino-américains et des Caraïbes (Celac).
 


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Exclusif - Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d'entraide judiciaire de la France au Mali

Rebondissement dans l'enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupçonnant certains hommes d'affaires maliens d'être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex