Extension Factory Builder
26/01/2013 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Salva Kiir et Omar el-Béchir, en octobre 2011 à Khartoum. Salva Kiir et Omar el-Béchir, en octobre 2011 à Khartoum. © AFP

Le président sud-soudanais Salva Kiir a demandé vendredi au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) de faire appliquer les accords signés avec Khartoum, qu'il a accusé de bloquer leur mise en oeuvre, après un nouvel entretien avec son homologue soudanais à Addis Abeba.

Le président sud-soudanais Salva Kiir a demandé vendredi au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) de faire appliquer les accords signés avec Khartoum, qu'il a accusé de bloquer leur mise en oeuvre, après un nouvel entretien avec son homologue soudanais à Addis Abeba. Salva Kiir et Omar el-Béchir s'étaient auparavant rencontrés pour la troisième fois depuis septembre dans la capitale éthiopienne pour tenter de régler les différends subsistant entre leurs pays et d'amorcer la mise en oeuvre, toujours au point mort, d'accords signés en septembre.

Devant le CPS, le président sud-soudanais a accusé Khartoum d'être responsable du blocage et appelé ses membres à faire respecter les décisions prises, selon le script de son discours, au ton dur, mis à disposition de la presse. La position exprimée par M. Béchir devant le CPS n'a pas été rendue publique.

"Nous avons respecté notre part des accords. Pas le Soudan", a déclaré M. Kiir, "pour qu'il y ait des progrès, le cycle de négociations ne doit pas se poursuivre indéfiniment. Nous devons passer des discours à l'action". Il a notamment accusé le Soudan d'avoir posé de nouvelles conditions pour empêcher la reprise - prévue par les accords de septembre - du passage du pétrole sud-soudanais dans les oléoducs du Nord, qui seuls permettent l'exportation du brut du Soudan du Sud, enclavé, vers les terminaux de la mer Rouge.

Il a également estimé que le différend sur la zone contestée d'Abyei, point de discorde majeur entre les deux pays, "ne nécessite plus d'autres négociations mais l'adoption et la mise en oeuvre rapide de la proposition" élaborée par la médiation "pour le statut final d'Abyei".

Dans un communiqué publié à l'issue de sa réunion, le CPS s'est dit préoccupé par les "divergences" subsistant entre les deux Soudans et "face à l'absence persistante de mise en oeuvre" des accords conclus en septembre. Le Conseil a accusé les deux pays de "conditionner la mise en oeuvre de certains accords sur lesquels leur convergence est totale au règlement de divergences d'interprétation sur d'autres accords".

Le commissaire de l'UA à la Paix et la Sécurité, Ramtane Lamamra, avait dit "espérer des avancées" de cette nouvelle rencontre. "Les avancées peuvent être décisives, elles peuvent être modestes", avait-il reconnu. "L'important c'est de garder le cap puisque chaque fois que les deux chefs d'Etat se sont rencontrés ici à Addis Abeba, il y a eu une décrispation (...) des arbitrages positifs qui ont eu pour effet de donner une chance à la progression des négociations", a-t-il souligné.

"Il faut de la patience, il faut de la persévérance", a-t-il estimé. Interrogé par l'AFP sur le déroulement de son entretien avec Omar el-Béchir, Salva Kiir a simplement répondu: "nous n'avons pas encore terminé".

Selon un membre de la délégation sud-soudanaise, les deux dirigeants devaient discuter de "toutes les questions encore en suspens" depuis "l'Accord de paix global" signé par Juba et Khartoum en 2005, qui a mis fin à des décennies de guerre civile et a débouché en 2011 sur l'indépendance du Soudan du Sud. Mais de nombreuses questions laissées en suspens - tracé de la frontière commune, partage de la manne pétrolière ou statut d'Abyei - continuent d'empoisonner les relations entre les deux pays, et les a conduits au bord de la guerre au printemps 2012.

"Neuf accords ont été signés et il y a une proposition sur Abyei, qui règle tous les problèmes", a estimé vendredi soir le négociateur en chef sud-soudanais, Pagan Amum. Mais le Soudan "crée de nouveaux obstacles, de nouvelles pré-conditions, c'est la seule chose qui empêche la mise en oeuvre" des accords signés, a-t-il affirmé.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Viol collectif au Darfour : Khartoum empêche la Minuad de poursuivre l'enquête

Viol collectif au Darfour : Khartoum empêche la Minuad de poursuivre l'enquête

Enquêtant sur une allégation de viol collectif impliquant l'armée, la Mission de la paix conjointe de l'ONU et de l'UA (Minuad) s'est vue refuser dimanche l'accès à Tabit, un village du Darfour, o[...]

Maroc : Fadila El Gadi, broder avec la tradition

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage[...]

Soudan : Omer Asim, architecte minimaliste

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors[...]

Soudan : un homme abat deux gardes du palais présidentiel à Khartoum

Deux gardes soudanais ont été tués samedi à Khartoum par un homme qui essayait de pénétrer dans le palais présidentiel et qui a ensuite été abattu, a indiqué[...]

Soudan : Omar el-Béchir candidat à sa réélection en 2015

Le président soudanais Omar el-Béchir est candidat à sa réélection pour la présidentielle prévue pour avril 2015. Il a été réélu mardi chef du Parti du[...]

Cinquante nuances de gouvernance, selon l'indice Mo Ibrahim

La Fondation Mo Ibrahim, qui a passé au crible 52 pays africains, peint un tableau contrasté qui invite à la vigilance. Oui, le continent fait des progrès indéniables. Mais, même[...]

Soudan, Qatar, Turquie... : qui arme les islamistes libyens ?

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

La Libye accuse le Soudan "d'armer des groupes terroristes"

Le Soudan est accusé par les autorités libyennes d'avoir livré des armes à des milices islamistes sur la base aéroportuaire de Maitiga, à Tripoli.[...]

Fortune : la philanthropie des milliardaires africains

Ils s'appellent Patrice Motsepe, Mo Ibrahim ou Tony Elumelu... Encouragés par leurs homologues occidentaux, les milliardaires du continent n'hésitent plus à consacrer une partie de leur richesse[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces