Extension Factory Builder
20/01/2013 à 11:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Barack Obama (g) et sa femme Michelle . Le président Barack Obama (g) et sa femme Michelle . © AFP

Le président, Barack Obama, entame dimanche son second mandat à la tête des États-Unis en prêtant serment lors d'une courte cérémonie à la Maison Blanche, avant les festivités grandioses de lundi auxquelles sont attendues des centaines de milliers de personnes.

"Moi, Barack Hussein Obama, je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des États-Unis": le 44e président américain doit prononcer cette formule rituelle peu avant midi (17H00 GMT) dans le "salon bleu" de la résidence exécutive.

Seule la famille proche de M. Obama et quelques journalistes devraient être présents dans cette pièce relativement exiguë au rez-de-chaussée de la Maison Blanche, pour cette courte cérémonie retransmise en direct par les télévisions.

La Constitution américaine dispose que les mandats présidentiels démarrent à midi le 20 janvier suivant l'élection. Mais lorsque ce jour tombe un dimanche, la tradition veut qu'une prestation de serment se déroule en petit comité.

Les célébrations les plus spectaculaires, ainsi que le très attendu discours d'investiture du président, auront donc lieu lundi. Les Obama ont consacré leur journée de samedi à des actions de bénévolat.

M. Obama, nettement réélu le 6 novembre pour un deuxième et dernier mandat de quatre ans, doit démarrer sa journée de dimanche par un dépôt de gerbe devant la tombe du soldat inconnu au cimetière militaire national d'Arlington.

Il y sera accompagné par son vice-président Joe Biden, qui doit quant à lui prêter serment dès 08H00 (13H00 GMT) dans sa résidence du nord-ouest de Washington, située dans l'enceinte de l'observatoire naval.

Lundi, sa prestation de serment et son discours d'investiture en public sur les marches du Capitole seront suivis d'un grand défilé sur Pennsylvania Avenue, l'artère qui relie le siège du pouvoir législatif à la Maison Blanche.

Journée historique

Peu avant midi lundi, M. Obama, la main droite levée et la gauche posée sur deux Bibles --celle de son lointain prédécesseur Abraham Lincoln, sauveur de l'Union, et celle de Martin Luther King, héraut de la lutte pour les droits civiques-- prêtera serment avant de s'adresser à ses compatriotes.

La première investiture de M. Obama, en janvier 2009, avait donné lieu à une affluence de près de deux millions de personnes sur le "Mall", l'immense esplanade au coeur de Washington. Cette année, les organisateurs tablent sur la moitié ou le tiers de ce chiffre.

Certains discours d'investiture sont restés dans l'histoire, comme ceux de Lincoln et John F. Kennedy. M. Obama entame son second mandat dans des circonstances moins difficiles qu'en 2009, quand la crise économique était à son paroxysme.

Mais d'autres sujets se sont imposés à son agenda depuis sa réélection comme la lutte contre la violence due aux armes à feu après la tuerie d'écoliers de Newtown à la mi-décembre, tandis que le maintien de l'emprise de ses adversaires républicains sur une partie du Congrès augure de nouvelles crises sur les questions budgétaires dans les deux années à venir.

Après le discours, M. Obama et son épouse Michelle parcourront Pennsylvania Avenue sous les vivats de la foule, avant d'assister à l'arrivée d'un grand défilé depuis la tribune installée devant la résidence présidentielle.

Cette journée historique, entamée par une messe dans l'église Saint John's proche de la Maison Blanche, se conclura par les bals d'investiture au palais des Congrès de Washington, où des dizaines de milliers de personnes et un aréopage de vedettes sont attendues, notamment Stevie Wonder, Katy Perry et le groupe de rock Soundgarden.

Des dizaines de milliers de membres des forces de l'ordre sont mobilisés pour sécuriser le centre de la capitale fédérale américaine, transformé en camp retranché. La température ne devrait pas dépasser 5°C et des précipitations sont possibles dans l'après-midi de lundi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours affichait le drapeau de l'EI sur Facebook

France : l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours affichait le drapeau de l'EI sur Facebook

Jeune homme au physique athlétique, l'agresseur des policiers de Joué-lès-Tours abattu samedi par les forces de l'ordre, s'était récemment converti à l'islam, affichant sur son compte Face[...]

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers