Extension Factory Builder
20/01/2013 à 11:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Barack Obama (g) et sa femme Michelle . Le président Barack Obama (g) et sa femme Michelle . © AFP

Le président, Barack Obama, entame dimanche son second mandat à la tête des États-Unis en prêtant serment lors d'une courte cérémonie à la Maison Blanche, avant les festivités grandioses de lundi auxquelles sont attendues des centaines de milliers de personnes.

"Moi, Barack Hussein Obama, je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des États-Unis": le 44e président américain doit prononcer cette formule rituelle peu avant midi (17H00 GMT) dans le "salon bleu" de la résidence exécutive.

Seule la famille proche de M. Obama et quelques journalistes devraient être présents dans cette pièce relativement exiguë au rez-de-chaussée de la Maison Blanche, pour cette courte cérémonie retransmise en direct par les télévisions.

La Constitution américaine dispose que les mandats présidentiels démarrent à midi le 20 janvier suivant l'élection. Mais lorsque ce jour tombe un dimanche, la tradition veut qu'une prestation de serment se déroule en petit comité.

Les célébrations les plus spectaculaires, ainsi que le très attendu discours d'investiture du président, auront donc lieu lundi. Les Obama ont consacré leur journée de samedi à des actions de bénévolat.

M. Obama, nettement réélu le 6 novembre pour un deuxième et dernier mandat de quatre ans, doit démarrer sa journée de dimanche par un dépôt de gerbe devant la tombe du soldat inconnu au cimetière militaire national d'Arlington.

Il y sera accompagné par son vice-président Joe Biden, qui doit quant à lui prêter serment dès 08H00 (13H00 GMT) dans sa résidence du nord-ouest de Washington, située dans l'enceinte de l'observatoire naval.

Lundi, sa prestation de serment et son discours d'investiture en public sur les marches du Capitole seront suivis d'un grand défilé sur Pennsylvania Avenue, l'artère qui relie le siège du pouvoir législatif à la Maison Blanche.

Journée historique

Peu avant midi lundi, M. Obama, la main droite levée et la gauche posée sur deux Bibles --celle de son lointain prédécesseur Abraham Lincoln, sauveur de l'Union, et celle de Martin Luther King, héraut de la lutte pour les droits civiques-- prêtera serment avant de s'adresser à ses compatriotes.

La première investiture de M. Obama, en janvier 2009, avait donné lieu à une affluence de près de deux millions de personnes sur le "Mall", l'immense esplanade au coeur de Washington. Cette année, les organisateurs tablent sur la moitié ou le tiers de ce chiffre.

Certains discours d'investiture sont restés dans l'histoire, comme ceux de Lincoln et John F. Kennedy. M. Obama entame son second mandat dans des circonstances moins difficiles qu'en 2009, quand la crise économique était à son paroxysme.

Mais d'autres sujets se sont imposés à son agenda depuis sa réélection comme la lutte contre la violence due aux armes à feu après la tuerie d'écoliers de Newtown à la mi-décembre, tandis que le maintien de l'emprise de ses adversaires républicains sur une partie du Congrès augure de nouvelles crises sur les questions budgétaires dans les deux années à venir.

Après le discours, M. Obama et son épouse Michelle parcourront Pennsylvania Avenue sous les vivats de la foule, avant d'assister à l'arrivée d'un grand défilé depuis la tribune installée devant la résidence présidentielle.

Cette journée historique, entamée par une messe dans l'église Saint John's proche de la Maison Blanche, se conclura par les bals d'investiture au palais des Congrès de Washington, où des dizaines de milliers de personnes et un aréopage de vedettes sont attendues, notamment Stevie Wonder, Katy Perry et le groupe de rock Soundgarden.

Des dizaines de milliers de membres des forces de l'ordre sont mobilisés pour sécuriser le centre de la capitale fédérale américaine, transformé en camp retranché. La température ne devrait pas dépasser 5°C et des précipitations sont possibles dans l'après-midi de lundi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Burkina Faso : quand le Balai citoyen interpelle Annick Girardin

Burkina Faso : quand le Balai citoyen interpelle Annick Girardin

Annick Girardin, secrétaire d’État française au Développement et à la Francophonie, a tenu à rencontrer des responsables de la société civile lors de sa visite au Bur[...]

Yémen : les raids aériens de l'Arabie saoudite se poursuivent

Selon des sources concordantes, un raid aérien de la coalition arabe a visé mardi une base militaire à Sanaa. Au même moment 64 personnes, dont des civils, ont été tués dans de[...]

Immigration : l'auteure franco-sénégalaise Fatou Diome dénonce "l'hypocrisie" de l'Union européenne

Invitée vendredi sur le plateau de la chaîne de télévision publique France2, Fatou Diome, femme de lettres franco-sénégalaise, a livré un puissant réquisitoire contre les[...]

États-Unis : état d'urgence et couvre-feu déclarés à Baltimore

Quelques heures après l'instauration de l'état d'urgence à Baltimore par le gouverneur du Maryland, Lary Hogan, la maire a décrété lundi soir un "couvre-feu[...]

Rodrigo Rato, le mauvais élève du FMI

Rodrigo Rato, l'ancien directeur du Fonds monétaire international, est soupçonné de blanchiment. Ça fait un peu désordre.[...]

Quand Alpha Condé briefe Hollande

En visite privée à Paris la semaine du 20 avril, après avoir participé aux assemblées du FMI à Washington, le président guinéen n'a pas perdu son temps.[...]

Odyssées africaines : retour vers le présent

Jusqu'au 17 mai, l'exposition "Odyssées africaines", à Bruxelles, présente des oeuvres de jeunes artistes évoquant la manière dont mémoire et Histoire[...]

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l'"homme noir en colère"

À l’occasion du dîner annuel de l'association des correspondants accrédités à la Maison Blanche, samedi soir à Washington, Barack Obama était confronté à un[...]

Face au trafic des faux médicaments, la mobilisation de tous est indispensable !

Marc Gentilini, de la Fondation Chirac, est délégué général pour l’Accès à une santé et des médicaments de qualité. Bien que source de nombreux[...]

L'option militaire n'est pas une solution à la tragédie en Méditerranée, selon Ban Ki-moon

Le recours à la force n'est pas une solution à la tragédie des migrants en Méditerranée, assure le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un entretien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130120110237 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130120110237 from 172.16.0.100