Extension Factory Builder
20/01/2013 à 10:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats maliens à Niono, le 19 janvier 2013. Des soldats maliens à Niono, le 19 janvier 2013. © AFP

Les dirigeants ouest-africains réunis samedi à Abidjan ont appelé l'ONU à fournir "immédiatement" son appui logistique et financier à l'envoi "sans plus tarder" de la force militaire régionale au Mali, la France leur demandant en même temps de se déployer "le plus vite possible".

Dans le même temps, Londres et Washington se sont dit déterminés à lutter contre les agissements d'Al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), mais ont exclu d'envoyer des troupes dans la région.

La France a elle déjà déployé 2.000 soldats au Mali, un chiffre qui va rapidement atteindre et peut-être même dépasser 2.500 hommes, et le président François Hollande a expliqué que la France resterait au Mali "le temps nécessaire pour que le terrorisme soit vaincu dans cette partie de l'Afrique".

A Abidjan, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a demandé à l'ONU "de fournir immédiatement l'appui logistique et financier pour le déploiement de la Misma" (Mission internationale de soutien au Mali), à l'issue d'un sommet extraordinaire consacré au Mali.

Les Etats membres de la Cédéao ont été appelés à fournir "sans plus tarder" les troupes promises à cette force d'intervention.

En ouvrant le sommet, le président ivoirien Alassane Ouattara avait plaidé pour "un engagement plus large (...) autour de la France et de l'Afrique dans la guerre totale et multiforme contre le terrorisme au Mali".

La force régionale, baptisée Mission internationale de soutien au Mali (Misma), a reçu mandat de l'ONU pour aider le Mali à reprendre le contrôle du nord du pays, occupé depuis plus de neuf mois par des groupes armés islamistes qui y ont multiplié les exactions.

L'opération française "n'a pas vocation à se substituer à l'action de la Misma" qui doit se déployer "le plus vite possible", a dit le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, présent au sommet.

Mais il a aussi insisté sur l'importance de la conférence des donateurs, prévue le 29 janvier à Addis Abeba, alors que l'incertitude règne sur la capacité des pays africains à financer leur déploiement militaire. "Il est essentiel que le maximum de pays dans le monde apportent leurs contributions" pour financer la Misma et l'armée malienne, a-t-il dit.

"Nous n'envisageons pas d'envoyer de soldats sur le terrain", a déclaré à Londres le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta lors d'une conférence de presse avec son homologue britannique Philipp Hammond, qui a lui aussi dit que son gouvernement n'a "pas prévu d'envoyer des soldats britanniques au Mali".

"Guerre contre l'Internationale islamiste"

Quelque 2.000 membres de la Misma doivent être déployés d'ici au 26 janvier. Une centaine de soldats togolais et nigérians sont déjà arrivés à Bamako, et une trentaine de Béninois sont en route.

Huit pays ouest-africains - Nigeria, Togo, Bénin, Sénégal, Niger, Guinée, Ghana et Burkina Faso - ainsi que le Tchad ont annoncé leur contribution à la Misma qui comprendra quelque 5.800 soldats pour prendre le relais de la France.

Paris poursuit son intervention aux côtés d'une armée malienne sous-équipée. Les autorités maliennes ont annoncé avoir repris jeudi Konna (centre) tombée le 10 janvier aux mains des islamistes, précipitant l'intervention française.

La chute de Konna lors de cette offensive surprise avait déclenché dès le 11 janvier l'intervention de la France qui redoutait une percée des jihadistes vers le sud et Bamako.

Dans la région de Diabali(ouest), le colonel malien commandant ce secteur, a affirmé samedi à l'AFP que les islamistes avaient "fui" la ville qu'ils avaient prise lundi et que l'armée malienne s'apprêtait à y faire son entrée.

Le président malien par intérim Dioncounda Traoré a promis samedi de "gagner la guerre" contre "l'Internationale islamiste", au cours d'un discours martial prononcé à la veille de la fête de l'armée malienne.

"Cette guerre, nous la gagnerons ensemble au nom de la civilisation et de la démocratie. Tous ensembles vers Gao, Tombouctou et Kidal!", les trois villes du nord du Mali qui ont été occupées pendant neuf mois par les groupes islamistes armés, a-t-il promis, saluant "les troupes françaises qui se battent à nos côtés dans les airs et sur terre".

En Algérie, 23 personnes, algériens et étrangers, ont été tuées au cours de l'attaque suivie d'une prise d'otages dans un site gazier du Sahara algérien, à In Amenas, à 1.300 km au sud-est d'Alger, selon un bilan provisoire officiel.

Les ravisseurs demandaient à la France de "négocier" la fin de la guerre au Mali. Paris, Washington et Bucarest ont confirmé la mort d'un de leurs ressortissants.

François Hollande a estimé que les évènements algériens justifiaient plus encore l'intervention de la France au Mali. "S'il y avait besoin de justifier l'action que nous engageons contre le terrorisme, nous aurions là un argument supplémentaire".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers