Extension Factory Builder
19/01/2013 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 Tunis: sécurité renforcée autour de l'ambassade de France. Tunis: sécurité renforcée autour de l'ambassade de France. © AFP

Un important dispositif sécuritaire a été déployé dans le centre de Tunis, notamment autour de l'ambassade de France, alors que Paris était dénoncé pour son intervention au Mali par un imam salafiste, lors de la prière musulmane hebdomadaire du vendredi.

"La France a suivi le chemin des Etats-Unis pour tuer des musulmans, des musulmans qui n'ont rien d'autre que des tentes pour se protéger au Mali", a affirmé l'imam officiant dans une mosquée à l'Ariana, près de Tunis, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dans un prêche enflammé, il a aussi dénoncé l'Algérie qui a ouvert son espace aérien à la France pour son intervention au Mali face à l'avancée des groupes jihadistes armés qui occupent le nord du Mali depuis plus de neuf mois.

"Nos frères accomplissent le jihad (guerre sainte) au Mali", a répété l'imam.

Et d'ajouter: "il est interdit aux musulmans d'aider les mécréants à tuer des musulmans", a-t-il décrété, mettant en garde l'armée et le gouvernement tunisiens contre toute implication ou collaboration avec la France au Mali.

L'imam dont l'identité n'a pu être précisée appartient au courant salafiste, un courant radical de l'islam sunnite dont les adeptes contrôlent plusieurs mosquées en Tunisie post-révolution.

Aucune violence n'a cependant été enregistrée vendredi dans le centre de Tunis, où l'ambassade de France était placée sous haute protection. Les forces de l'ordre ont bloqué toutes les rues attenantes à l'ambassade, protégée par des fils barbelés à hauteur d'homme, de nombreux véhicules et d'importants effectifs policiers et militaires pour les deux prières de la mi-journée et de l'après-midi, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Ca sera toujours comme ça le vendredi", a affirmé un policier en faction, expliquant que les renforts étaient déployés à l'occasion de la prière hebdomadaire qui donne parfois lieu à des manifestations à la sortie des mosquées.

Appel à la "vigilance

L'ambassade de France avait appelé mercredi les Français "à la vigilance", en raison de l'intervention contre des combattants islamistes au Mali. Elle avait déconseillé tout déplacement dans le grand sud saharien.

L'ambassade des Etats-unis a fait de même, appelant vendredi dans un communiqué ses ressortissants à maintenir un "haut niveau de vigilance et à faire preuve d’une grande prudence".

L’ambassade a évoqué l'arrestation de suspects et la saisie d'une importante quantité d'armes à Médenine (sud) et la prise d'otages en Algérie, et demandé aux ressortissants américains de "signaler toute activité suspecte à la police locale".

La Tunisie s'est inquiétée des "graves répercussions" du conflit armé au Mali sur sa propre sécurité et celle de la région et a condamné la prise d'otages en Algérie, dans un texte publié à l'issue d'une réunion de ses dirigeants politiques et militaires jeudi.

Les autorités ont saisi jeudi une importante quantité d'armes à Médenine dans le sud limitrophe de la Libye, aux portes du Sahara, et avait démantelé en décembre un réseau proche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130119112118 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130119112118 from 172.16.0.100