Extension Factory Builder
19/01/2013 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 Tunis: sécurité renforcée autour de l'ambassade de France. Tunis: sécurité renforcée autour de l'ambassade de France. © AFP

Un important dispositif sécuritaire a été déployé dans le centre de Tunis, notamment autour de l'ambassade de France, alors que Paris était dénoncé pour son intervention au Mali par un imam salafiste, lors de la prière musulmane hebdomadaire du vendredi.

"La France a suivi le chemin des Etats-Unis pour tuer des musulmans, des musulmans qui n'ont rien d'autre que des tentes pour se protéger au Mali", a affirmé l'imam officiant dans une mosquée à l'Ariana, près de Tunis, a constaté un journaliste de l'AFP.

Dans un prêche enflammé, il a aussi dénoncé l'Algérie qui a ouvert son espace aérien à la France pour son intervention au Mali face à l'avancée des groupes jihadistes armés qui occupent le nord du Mali depuis plus de neuf mois.

"Nos frères accomplissent le jihad (guerre sainte) au Mali", a répété l'imam.

Et d'ajouter: "il est interdit aux musulmans d'aider les mécréants à tuer des musulmans", a-t-il décrété, mettant en garde l'armée et le gouvernement tunisiens contre toute implication ou collaboration avec la France au Mali.

L'imam dont l'identité n'a pu être précisée appartient au courant salafiste, un courant radical de l'islam sunnite dont les adeptes contrôlent plusieurs mosquées en Tunisie post-révolution.

Aucune violence n'a cependant été enregistrée vendredi dans le centre de Tunis, où l'ambassade de France était placée sous haute protection. Les forces de l'ordre ont bloqué toutes les rues attenantes à l'ambassade, protégée par des fils barbelés à hauteur d'homme, de nombreux véhicules et d'importants effectifs policiers et militaires pour les deux prières de la mi-journée et de l'après-midi, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Ca sera toujours comme ça le vendredi", a affirmé un policier en faction, expliquant que les renforts étaient déployés à l'occasion de la prière hebdomadaire qui donne parfois lieu à des manifestations à la sortie des mosquées.

Appel à la "vigilance

L'ambassade de France avait appelé mercredi les Français "à la vigilance", en raison de l'intervention contre des combattants islamistes au Mali. Elle avait déconseillé tout déplacement dans le grand sud saharien.

L'ambassade des Etats-unis a fait de même, appelant vendredi dans un communiqué ses ressortissants à maintenir un "haut niveau de vigilance et à faire preuve d’une grande prudence".

L’ambassade a évoqué l'arrestation de suspects et la saisie d'une importante quantité d'armes à Médenine (sud) et la prise d'otages en Algérie, et demandé aux ressortissants américains de "signaler toute activité suspecte à la police locale".

La Tunisie s'est inquiétée des "graves répercussions" du conflit armé au Mali sur sa propre sécurité et celle de la région et a condamné la prise d'otages en Algérie, dans un texte publié à l'issue d'une réunion de ses dirigeants politiques et militaires jeudi.

Les autorités ont saisi jeudi une importante quantité d'armes à Médenine dans le sud limitrophe de la Libye, aux portes du Sahara, et avait démantelé en décembre un réseau proche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex