Extension Factory Builder
17/01/2013 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Edouard Guillaud le 12 janvier 2013 à Paris Edouard Guillaud le 12 janvier 2013 à Paris © AFP

Les insurgés islamistes somaliens Shebab ont annoncé jeudi 17 janvier dans un communiqué, publié sur leur compte Twitter, la mort de l'otage français Denis Allex. Ce dernier était détenu en Somalie depuis 2009, et que Paris considère comme mort depuis l'échec samedi d'une opération de sauvetage.

« 16h30 GMT, mercredi 16 janvier 2013, Denis Allex est exécuté » annonce un message des shebab, posté jeudi sur leur compte tweeter et authentifié au téléphone auprès de l'AFP par un responsable du mouvement islamiste.

L'otage a été exécuté à Bulomarer, localité du sud de la Somalie, a ajouté ce responsable, qui s'exprimait au téléphone sous couvert de l'anonymat. C'est dans cette même localité qu'une cinquantaine de commandos français avaient tenté, en vain, une opération pour libérer l'otage dans la nuit de vendredi à samedi.

« Des documents audio et vidéo sont disponibles et seront rendus publics quand nous le déciderons », a ajouté le responsable islamiste, interrogé par l'AFP sur l'existence de preuves de la réalité de l'exécution annoncée.« Il a été condamné et ce verdict ne sera pas modifié, pour les shebab cet homme doit mourir », a déclaré sans autre détail de son côté un responsable shebab interrogé par l'AFP au téléphone depuis Nairobi.

"manipulation médiatique"

Le chef d'état-major des armées Edouard Guillaud a accusé les insurgés islamistes somaliens shebab de pratiquer la « manipulation médiatique » en annonçant leur décision d'exécuter l'otage français Denis Allex, vraisemblablement mort depuis cinq jours.

« Nous soupçonnons, et nous n'avons, je crois, pas tort de le faire, les shebab somaliens de pratiquer de la manipulation médiatique, nous n'avons aucun élément depuis le raid de vendredi soir sur le fait que Denis Allex soit vivant, nous pensons qu'il est vraisemblablement mort », a déclaré mercredi l'amiral Guillaud sur Europe 1.

Les shebab avaient annoncé mercredi par le même canal avoir  « décidé unanimement d'exécuter » leur otage, alors que les autorités françaises les accusent de se livrer depuis plusieurs jours à une « manipulation médiatique ».

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé, dès l'annonce samedi de l'opération française infructueuse, que l'otage français avait alors selon toute vraisemblance été « exécuté par ses geôliers ».

Denis Allex - très vraisemblablement un pseudonyme - était un agent des services français de renseignement extérieur (DGSE). Il a été enlevé en juillet 2009 dans la capitale Mogadiscio, où il était officiellement en mission pour former des éléments de la police et de la garde présidentielle somaliennes.

Il était marié et père de trois enfants. En juillet, son épouse lui avait adressé un unique et émouvant message public: « je veux te rassurer, te dire que nous allons bien. Les enfants sont solides (...), ils pensent beaucoup à toi ».

"Erreur abyssale"

Dans leur communiqué publié mercredi, les shebab expliquaient qu'« avec sa tentative de sauvetage, la France (avait) volontairement signé l'arrêt de mort d'Allex », assurant que celui-ci était « encore en vie et à l'abri », samedi à l'issue de l'opération commando ayant échoué à le libérer, qu'ils qualifiaient d'« erreur abyssale ».

« Vu la persécution croissante par la France des musulmans à travers le monde, sa politique d'oppression de l'islam sur son sol (et) les opérations militaires françaises dans la guerre contre la charia en Afghanistan et plus récemment au Mali (...) les shebab ont décidé à l'unanimité d'exécuter l'agent français de renseignement Denis Allex », poursuivaient alors les islamistes dans leur communiqué.

La France est intervenue militairement au Mali, avec plus de 800 soldats français d'ores et déjà déployés, pour repousser les insurgés islamistes qui contrôlent depuis l'an dernier le nord du pays.

L'intervention militaire française au Mali a débuté en même temps que la tentative de libération de l'otage en Somalie, mais Paris assure que les deux opérations n'ont aucun lien.

Mardi, les shebab avaient publié sur twitter des photos du cadavre d'un homme blanc, présenté comme le chef du commando français tué dans l'opération ratée pour libérer Denis Allex.

Aucune image de Denis Allex, vivant ou mort, n'a revanche été publiée depuis le raid.

Captivité la plus longue derrirère Bettancourt

La captivité de Denis Allex était la plus longue d'un otage français à l'étranger, derrière celle de la Franco-colombienne Ingrid Betancourt, détenue plus de six ans par les guérilleros colombiens.

Pendant toute la durée de cette détention dans des conditions très dures, les services français sont restés pleinement mobilisés, déployant dès le printemps 2010 une équipe sur l'aéroport de Mogadiscio, dans une capitale somalienne alors tenue en grande partie par les islamistes. « Cette prise d'otage est la plus difficile à laquelle j'ai jamais été confrontée », expliquait alors à l'AFP un responsable en charge du dossier, précisant que l'otage était aux mains de la fraction la plus extrémiste des shebab.

Le 4 octobre, Denis Allex était apparu, pâle et yeux cernés, dans une vidéo de ses ravisseurs dans laquelle il lisait un texte pour presser M. Hollande d'oeuvrer à sa libération.

Depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio par une force de l'Union africaine (UA), en août 2011, les shebab ont accumulé les revers militaires face à une coalition d'armées régionales mieux équipées et ont dû abandonner la totalité de leurs bastions. Ils contrôlent néanmoins encore de larges zones rurales du sud et du centre de la Somalie, pays pauvre de la Corne de l'Afrique, privé d'Etat de droit depuis le début de la guerre civile en 1991, et où de nouvelles institutions mises en place en septembre dernier tentent depuis d'affirmer leur autorité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Somalie

L'ONU lève ses sanctions contre un ancien chef de guerre somalien

L'ONU lève ses sanctions contre un ancien chef de guerre somalien

Les Nations unies ont levé leurs sanctions contre l'ancien chef de guerre somalien Mohamed Said Atom, qui s'était allié aux insurgés islamistes shebab avant de s'en éloigner il y a six mois.[...]

Somalie : les députés déposent le Premier ministre

Les députés somaliens ont débarqué samedi le Premier ministre Abdiweli Sheikh Ahmed, adoptant à une large majorité une motion de défiance contre lui alors qu'il était en[...]

Somalie : double attentat dans le centre du pays, au moins neuf tués

Un double attentat-suicide a fait au moins 9 morts vendredi à Baidoa, ville du centre de la Somalie.[...]

Somalie : deux blessés graves dans un attentat à la bombe à Mogadiscio

Un attentat commis à l'aide d'une bombe fixée à une voiture a fait deux blessés graves dimanche dans le centre de la capitale somalienne, Mogadiscio, a déclaré la police.[...]

Somalie : les shebab attaquent une île stratégique dans le Sud-Ouest

Les shebab somaliens ont lancé samedi une grande offensive contre l'île stratégique de Khuda, située dans le sud-ouest des côtes somaliennes, selon des témoins.[...]

Somalie : les tensions entre le président et son Premier ministre menacent la paix

L'ONU et l'Union européenne (UE) ont fait part lundi de leur inquiétude liée aux "divergences" publiques entre le président somalien, Hassan Sheikh Mohamud, et son Premier ministre Abdiweli[...]

Somalie : l'Amisom juge déséquilibré un rapport de HRW

La Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a jugé déséquilibré un rapport de Human Rights Watch qui accuse ses soldats de viols et d'exploitation de femmes et de jeunes filles sur leurs bases[...]

Somalie : Ban Ki-moon en visite à Mogadiscio, ravagée par le terrorisme

Pour la première fois en trois ans, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, est en visite mercredi à Mogadiscio, en Somalie, où il rencontre le président Hassan Sheikh[...]

Somalie : l'explosion d'une voiture piégée fait au moins cinq morts à Mogadiscio

L'explosion d'une voiture piégée à Mogadiscio a fait au moins cinq morts mercredi soir.[...]

Somalie : la prise de Barawe, nouveau coup dur pour les Shebab

Les opérations de sécurisation de la ville portuaire de Barawe, évacuée il y a quelques jours par les combattants shebab, se poursuivaient mardi.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers