Extension Factory Builder
14/01/2013 à 08:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
test de la pratique démocratique. test de la pratique démocratique. © AFP

La Tunisie célèbre lundi les deux ans de la fuite du président Zine el-Abidine Ben Ali, marquant le début du Printemps arabe, mais l'euphorie du 14 janvier 2011 a laissé place aux tensions sociales et politiques, une menace jihadiste accrue et à une impasse sur la Constitution.

Le président Moncef Marzouki donnera le coup d'envoi des cérémonies du 14 janvier vers 07H00 GMT en hissant le drapeau de son pays place de la Kasbah à Tunis, non loin du siège du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

Peu après, les partenaires sociaux signeront un "pacte social" à l'Assemblée nationale constituante (ANC)alors que le pays voit depuis l'été se multiplier les conflits sociaux dégénérant en violences face au chômage et la misère, causes majeurs de la révolution.

Dernier exemple en date, l'armée a été déployée dimanche à Ben Guerdane (sud) après une semaine d'affrontements entre manifestants et policiers.

A Tunis l'ambiance était plus festive: des concerts et des expositions de rue ont animé tout le week-end l'avenue Habib Bourguiba, haut lieu du soulèvement de l'hiver 2010-2011.

Détracteurs et partisans du pouvoir, islamistes et laïcs, ont prévu de défiler lundi sur cette artère, alors que des heurts les opposent régulièrement.

"Test de la pratique démocratique"

"Les modernistes, les laïques, les religieux (...) vont donc se retrouver côte à côte le temps d'une commémoration", relève dimanche le journal Le Quotidien.

"Dans quelques heures ont saura si les Tunisiens dans leur diversité plurielle pourront cohabiter (...) c'est un véritable test de la pratique démocratique qui aura lieu demain au coeur de la capitale", poursuit-il.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué avoir pris "toutes les précautions et mesures nécessaires" et a appelé toutes les parties à ne pas "nuire à la sécurité et à l'ordre".

Selon un responsable sécuritaire interrogé par l'AFP, les forces de l'ordre craignent aussi des actions d'un groupuscule islamiste armé, alors que la mouvance jihadiste a mené plusieurs attaques, certaines sanglantes, depuis la révolution.

Enfin, une séance extraordinaire de l'ANC est prévue lundi en fin de matinée. Celle-ci est très critiquée en raison de son incapacité, 15 mois après son élection, à achever la rédaction de la Constitution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130114084444 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130114084444 from 172.16.0.100