Extension Factory Builder
14/01/2013 à 08:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
test de la pratique démocratique. test de la pratique démocratique. © AFP

La Tunisie célèbre lundi les deux ans de la fuite du président Zine el-Abidine Ben Ali, marquant le début du Printemps arabe, mais l'euphorie du 14 janvier 2011 a laissé place aux tensions sociales et politiques, une menace jihadiste accrue et à une impasse sur la Constitution.

Le président Moncef Marzouki donnera le coup d'envoi des cérémonies du 14 janvier vers 07H00 GMT en hissant le drapeau de son pays place de la Kasbah à Tunis, non loin du siège du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

Peu après, les partenaires sociaux signeront un "pacte social" à l'Assemblée nationale constituante (ANC)alors que le pays voit depuis l'été se multiplier les conflits sociaux dégénérant en violences face au chômage et la misère, causes majeurs de la révolution.

Dernier exemple en date, l'armée a été déployée dimanche à Ben Guerdane (sud) après une semaine d'affrontements entre manifestants et policiers.

A Tunis l'ambiance était plus festive: des concerts et des expositions de rue ont animé tout le week-end l'avenue Habib Bourguiba, haut lieu du soulèvement de l'hiver 2010-2011.

Détracteurs et partisans du pouvoir, islamistes et laïcs, ont prévu de défiler lundi sur cette artère, alors que des heurts les opposent régulièrement.

"Test de la pratique démocratique"

"Les modernistes, les laïques, les religieux (...) vont donc se retrouver côte à côte le temps d'une commémoration", relève dimanche le journal Le Quotidien.

"Dans quelques heures ont saura si les Tunisiens dans leur diversité plurielle pourront cohabiter (...) c'est un véritable test de la pratique démocratique qui aura lieu demain au coeur de la capitale", poursuit-il.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué avoir pris "toutes les précautions et mesures nécessaires" et a appelé toutes les parties à ne pas "nuire à la sécurité et à l'ordre".

Selon un responsable sécuritaire interrogé par l'AFP, les forces de l'ordre craignent aussi des actions d'un groupuscule islamiste armé, alors que la mouvance jihadiste a mené plusieurs attaques, certaines sanglantes, depuis la révolution.

Enfin, une séance extraordinaire de l'ANC est prévue lundi en fin de matinée. Celle-ci est très critiquée en raison de son incapacité, 15 mois après son élection, à achever la rédaction de la Constitution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers