Extension Factory Builder
14/01/2013 à 08:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
test de la pratique démocratique. test de la pratique démocratique. © AFP

La Tunisie célèbre lundi les deux ans de la fuite du président Zine el-Abidine Ben Ali, marquant le début du Printemps arabe, mais l'euphorie du 14 janvier 2011 a laissé place aux tensions sociales et politiques, une menace jihadiste accrue et à une impasse sur la Constitution.

Le président Moncef Marzouki donnera le coup d'envoi des cérémonies du 14 janvier vers 07H00 GMT en hissant le drapeau de son pays place de la Kasbah à Tunis, non loin du siège du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

Peu après, les partenaires sociaux signeront un "pacte social" à l'Assemblée nationale constituante (ANC)alors que le pays voit depuis l'été se multiplier les conflits sociaux dégénérant en violences face au chômage et la misère, causes majeurs de la révolution.

Dernier exemple en date, l'armée a été déployée dimanche à Ben Guerdane (sud) après une semaine d'affrontements entre manifestants et policiers.

A Tunis l'ambiance était plus festive: des concerts et des expositions de rue ont animé tout le week-end l'avenue Habib Bourguiba, haut lieu du soulèvement de l'hiver 2010-2011.

Détracteurs et partisans du pouvoir, islamistes et laïcs, ont prévu de défiler lundi sur cette artère, alors que des heurts les opposent régulièrement.

"Test de la pratique démocratique"

"Les modernistes, les laïques, les religieux (...) vont donc se retrouver côte à côte le temps d'une commémoration", relève dimanche le journal Le Quotidien.

"Dans quelques heures ont saura si les Tunisiens dans leur diversité plurielle pourront cohabiter (...) c'est un véritable test de la pratique démocratique qui aura lieu demain au coeur de la capitale", poursuit-il.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué avoir pris "toutes les précautions et mesures nécessaires" et a appelé toutes les parties à ne pas "nuire à la sécurité et à l'ordre".

Selon un responsable sécuritaire interrogé par l'AFP, les forces de l'ordre craignent aussi des actions d'un groupuscule islamiste armé, alors que la mouvance jihadiste a mené plusieurs attaques, certaines sanglantes, depuis la révolution.

Enfin, une séance extraordinaire de l'ANC est prévue lundi en fin de matinée. Celle-ci est très critiquée en raison de son incapacité, 15 mois après son élection, à achever la rédaction de la Constitution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Électrochoc

Treize ans après l'attentat contre la synagogue de la Ghriba, à Djerba (19 morts, dont 14 touristes, lire pp. 10-14), la tragique attaque contre le Musée du Bardo, à Tunis, ce[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130114084444 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130114084444 from 172.16.0.100