Extension Factory Builder
11/01/2013 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation du collectif 'Sauvons le Togo', le 25 septembre 2012 à Lomé. Une manifestation du collectif "Sauvons le Togo", le 25 septembre 2012 à Lomé. © AFP

Une vingtaine de manifestants et trois journalistes ont été blessés alors que 18 personnes ont été interpellés lors d'une intervention des forces de l'ordre pour empêcher la tenue d'une manifestation de l'opposition jeudi, a-t-on appris auprès d'un membre du collectif à l'initiative de la manifestation.

« Nous avons enregistré pour le moment une vingtaine de blessés (...),et au moins 18 personnes ont été interpellées », a déclaré à l'AFP Pedro Amuzu, membre du collectif Sauvons le Togo (CST), une coalition de l'opposition et de la société civile qui avait appelé à manifester.

« Trois journalistes ont été également blessés lors des manifestations de ce jeudi », a déclaré à l'AFP le secrétaire général de l'Union des journalistes indépendants du Togo Credo Tetteh.

Le carrefour du marché Bé, dans le centre de Lomé, qui devait être le point de départ de la manifestation, avait été quadrillé par une trentaine de gendarmes et de policiers jeudi matin, dissuadant tout rassemblement.

Des jeunes brûlant des pneus dans les rues autour du carrefour en signe de protestation ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.

Élections repoussées

Le CST avait appelé à trois jours de manifestations à partir de jeudi avec pour mot d'ordre « Pas de dialogue franc et sincère avec l'opposition, pas d'élections au Togo », à la suite de l'annonce, le 31 décembre, par le président Faure Gnassingbé, de la tenue d'élections législatives et locales à la fin du premier trimestre 2013.

Initialement prévues en octobre, les élections avaient été repoussées, et l'opposition togolaise affirme que les conditions ne sont pas réunies pour permettre la tenue d'un scrutin transparent.

Le gouvernement, qui a fait face à une série de marches de contestation en août et septembre, a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique. La place Déckon, très fréquentée, où devait s'achever la marche de jeudi, fait partie des endroit interdits.

Poursuite des manifestations

Le ministre de l'Administration territoriale Gilbert Bawara avait prévenu mercredi soir à la télévision nationale que dès lors que le point de chute de la manifestation n'est pas possible, le gouvernement considère que la marche ne peut même pas avoir lieu.

« Les manifestations se poursuivent demain (vendredi) », a assuré M. Amuzu à l'AFP.

Le Togo a été dirigé d'une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l'armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005. Il a remporté en 2005 puis 2010 des élections présidentielles dont les résultats ont été contestés par l'opposition.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Kofi Yamgnane : en France, "quand on est noir, la moindre erreur est impardonnable"

À l'occasion des municipales françaises, l'ancien maire et député franco-togolais Kofi Yamgnane a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique".[...]

Togo : Faure en pole position pour la présidentielle ?

Sur fond de nette amélioration des relations entre le Togo et la communauté internationale, le président Faure Gnassingbé prépare sereinement les prochaines échéances[...]

Photographie : Henri Cartier-Bresson dessillé par l'Afrique

Le célèbre dandy au Leica, mort en 2004, fait l'objet d'une grande rétrospective au Centre Pompidou. Exposé sous toutes ses facettes, Henri Cartier-Bresson reçut la[...]

Ecobank : la justice togolaise accorde un répit à Thierry Tanoh

Une réunion du conseil d'administration de la banque panafricaine Ecobank, qui devait avoir lieu mardi 24 février, a été annulée suite à une injonction d'un actionnaire[...]

Webdocumentaire : suivez le Togo à la lettre

Partez à la découverte du plus petit pays d'Afrique de l'Ouest, à bord du bus de la Poste, et découvrez ses habitants à travers les lettres qu'ils reçoivent.[...]

Retombées radioactives sans retombées médiatiques

Le vent des années 60 a transporté un nuage radioactif, après un essai nucléaire français en Algérie. Mais qui sème le vent ne récolte pas toujours la tempête.[...]

À Tottenham, la renaissance d'un buteur togolais nommé Adebayor

Frappé par le décès de son frère en juillet, écarté du groupe pro de Tottenham en septembre, Emmanuel Adebayor a repris des couleurs depuis le remplacement de l'entraîneur[...]

Ecobank : les adjoints de Tanoh demandent son départ

Selon Reuters, Albert Essien, numéro deux d'Ecobank, a demandé dans un email co-signé par trois autres dirigeants du groupe bancaire le départ de Thierry Tanoh. Les directeurs exécutifs ne[...]

Nucléaire : révélations sur les retombées radioactives de la bombe A française en Afrique

Des documents récemment déclassifiés par le ministère français de la Défense apportent un éclairage nouveau sur l'étendue des retombées radioactives des essais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers