Extension Factory Builder
11/01/2013 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation du collectif 'Sauvons le Togo', le 25 septembre 2012 à Lomé. Une manifestation du collectif "Sauvons le Togo", le 25 septembre 2012 à Lomé. © AFP

Une vingtaine de manifestants et trois journalistes ont été blessés alors que 18 personnes ont été interpellés lors d'une intervention des forces de l'ordre pour empêcher la tenue d'une manifestation de l'opposition jeudi, a-t-on appris auprès d'un membre du collectif à l'initiative de la manifestation.

« Nous avons enregistré pour le moment une vingtaine de blessés (...),et au moins 18 personnes ont été interpellées », a déclaré à l'AFP Pedro Amuzu, membre du collectif Sauvons le Togo (CST), une coalition de l'opposition et de la société civile qui avait appelé à manifester.

« Trois journalistes ont été également blessés lors des manifestations de ce jeudi », a déclaré à l'AFP le secrétaire général de l'Union des journalistes indépendants du Togo Credo Tetteh.

Le carrefour du marché Bé, dans le centre de Lomé, qui devait être le point de départ de la manifestation, avait été quadrillé par une trentaine de gendarmes et de policiers jeudi matin, dissuadant tout rassemblement.

Des jeunes brûlant des pneus dans les rues autour du carrefour en signe de protestation ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.

Élections repoussées

Le CST avait appelé à trois jours de manifestations à partir de jeudi avec pour mot d'ordre « Pas de dialogue franc et sincère avec l'opposition, pas d'élections au Togo », à la suite de l'annonce, le 31 décembre, par le président Faure Gnassingbé, de la tenue d'élections législatives et locales à la fin du premier trimestre 2013.

Initialement prévues en octobre, les élections avaient été repoussées, et l'opposition togolaise affirme que les conditions ne sont pas réunies pour permettre la tenue d'un scrutin transparent.

Le gouvernement, qui a fait face à une série de marches de contestation en août et septembre, a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique. La place Déckon, très fréquentée, où devait s'achever la marche de jeudi, fait partie des endroit interdits.

Poursuite des manifestations

Le ministre de l'Administration territoriale Gilbert Bawara avait prévenu mercredi soir à la télévision nationale que dès lors que le point de chute de la manifestation n'est pas possible, le gouvernement considère que la marche ne peut même pas avoir lieu.

« Les manifestations se poursuivent demain (vendredi) », a assuré M. Amuzu à l'AFP.

Le Togo a été dirigé d'une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l'armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005. Il a remporté en 2005 puis 2010 des élections présidentielles dont les résultats ont été contestés par l'opposition.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

Togo : Fabre ne lâche rien

Obstiné, le candidat de l'ANC ne reconnaît toujours pas sa défaite. Et rêve secrètement du statut de chef de l'opposition.[...]

Togo : Faure Gnassingbé, que va-t-il faire de sa victoire ?

Ce n'est pas tout d'être réélu - fût-ce largement. Le président Faure Gnassingbé va devoir faire le ménage dans son parti et jusqu'au sein du gouvernement. L'efficacité[...]

Alberto Olympio : "Je ne suis pas payé pour siphonner les voix de l'opposition togolaise"

De passage à Paris le 14 mai, au lendemain de la présidentielle qui a vu la réélection de Faure Gnassingbé, Alberto Olympio, leader du parti des Togolais (opposition), a répondu sans[...]

Togo : manifestation de l'opposition pour contester les résultats de la présidentielle

Des milliers de partisans de l’opposition ont défilé samedi à Lomé pour protester contre les résultats de la présidentielle du 25 avril, remportée par le président[...]

Polémique : pourquoi le cas Adebayor divise les Togolais

Adulé par une majorité de ses compatriotes, le footballeur international togolais Emmanuel Adebayor se retrouve depuis fin avril en pleine polémique. Il a rendu publics tour à tour son soutien à[...]

Togo : Emmanuel Adebayor lave (encore) son linge sale sur Facebook

Le feuilleton des révélations familiales d’Emmanuel Adebayor s’est poursuivi ce dimanche avec une nouvelle publication du footballeur togolais sur sa page Facebook. Cette fois-ci, c’est Rotimi[...]

Togo : cartographie électorale de la présidentielle du 25 avril

Proclamé vainqueur par la Cour constitutionnelle le 3 mai, Faure Gnassingbé a prêté serment le lendemain pour un troisième quinquennat à la tête du pays. Il a obtenu près de[...]

Togo : quand Emmanuel Adebayor lave son linge sale sur Facebook

Emmanuel Adebayor a réglé mardi soir ses comptes avec plusieurs membres de sa famille, sur Facebook. Un déballage 2.0 destiné à "servir de leçon" aux familles africaines, avance[...]

Togo : dix choses à savoir sur Faure Gnassingbé au lendemain de sa réélection

Faure Gnassingbé, le président togolais sortant, a été proclamé dimanche par la Cour constitutionnelle vainqueur de la présidentielle du 25 avril. Il devance largement son principal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers