Extension Factory Builder
11/01/2013 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation du collectif 'Sauvons le Togo', le 25 septembre 2012 à Lomé. Une manifestation du collectif "Sauvons le Togo", le 25 septembre 2012 à Lomé. © AFP

Une vingtaine de manifestants et trois journalistes ont été blessés alors que 18 personnes ont été interpellés lors d'une intervention des forces de l'ordre pour empêcher la tenue d'une manifestation de l'opposition jeudi, a-t-on appris auprès d'un membre du collectif à l'initiative de la manifestation.

« Nous avons enregistré pour le moment une vingtaine de blessés (...),et au moins 18 personnes ont été interpellées », a déclaré à l'AFP Pedro Amuzu, membre du collectif Sauvons le Togo (CST), une coalition de l'opposition et de la société civile qui avait appelé à manifester.

« Trois journalistes ont été également blessés lors des manifestations de ce jeudi », a déclaré à l'AFP le secrétaire général de l'Union des journalistes indépendants du Togo Credo Tetteh.

Le carrefour du marché Bé, dans le centre de Lomé, qui devait être le point de départ de la manifestation, avait été quadrillé par une trentaine de gendarmes et de policiers jeudi matin, dissuadant tout rassemblement.

Des jeunes brûlant des pneus dans les rues autour du carrefour en signe de protestation ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.

Élections repoussées

Le CST avait appelé à trois jours de manifestations à partir de jeudi avec pour mot d'ordre « Pas de dialogue franc et sincère avec l'opposition, pas d'élections au Togo », à la suite de l'annonce, le 31 décembre, par le président Faure Gnassingbé, de la tenue d'élections législatives et locales à la fin du premier trimestre 2013.

Initialement prévues en octobre, les élections avaient été repoussées, et l'opposition togolaise affirme que les conditions ne sont pas réunies pour permettre la tenue d'un scrutin transparent.

Le gouvernement, qui a fait face à une série de marches de contestation en août et septembre, a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique. La place Déckon, très fréquentée, où devait s'achever la marche de jeudi, fait partie des endroit interdits.

Poursuite des manifestations

Le ministre de l'Administration territoriale Gilbert Bawara avait prévenu mercredi soir à la télévision nationale que dès lors que le point de chute de la manifestation n'est pas possible, le gouvernement considère que la marche ne peut même pas avoir lieu.

« Les manifestations se poursuivent demain (vendredi) », a assuré M. Amuzu à l'AFP.

Le Togo a été dirigé d'une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l'armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005. Il a remporté en 2005 puis 2010 des élections présidentielles dont les résultats ont été contestés par l'opposition.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Présidentielle togolaise : autour de Fabre, l'opposition dans les starting-blocks

Présidentielle togolaise : autour de Fabre, l'opposition dans les starting-blocks

Depuis 2013, Jean-Pierre Fabre apparaît comme le principal adversaire de Faure Gnassingbé. Mais saura-t-il fédérer autour de lui l'ensemble de l'opposition ?[...]

Togo : le match des affiches de campagne

La campagne pour l’élection présidentielle du 25 avril a démarré vendredi au Togo. Tous les candidats ont lancé dès le premier jour leurs machines de séduction des[...]

Togo : l'OIF veille sur la présidentielle, Lomé se méfie de l'UE...

Si l'OIF continue d'aider la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à "consolider" les listes électorales, la coopération de l'UE avec le Togo au sujet de la prochaine[...]

Togo : trois clés pour comprendre les frictions autour du fichier électoral

Les Togolais sont habitués aux contestations de résultats électoraux par l'opposition. Mais, dans le cadre de la présidentielle prévue pour le 25 avril, la classe politique se déchire[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Togo : l'élection présidentielle reportée au 25 avril

Le Conseil des ministres a décidé vendredi de reporter l’élection présidentielle togolaise au 25 avril. Le président en exercice de la Cedeao, le Ghanéen John Dramani Mahama, avait[...]

Grèves au Togo : 22 blessés dans des affrontements entre forces de l'ordre et élèves à Gleï

Plusieurs personnes ont été blessés mercredi à Gleï (160 km au nord de Lomé) dans de violents affrontements entre gendarmes et manifestants - essentiellement des élèves - qui[...]

Togo : vers un report de l'élection présidentielle ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a proposé mardi que la présidentielle togolaise soit reportée de 10 jours. Initialement prévu le 15 avril, le[...]

Togo : Gogué, Taama et Traoré... Qui sont les trois outsiders de la présidentielle ?

Cinq candidats s’affronteront dans les urnes le 15 avril pour l’élection présidentielle au Togo. Si le président sortant Faure Gnassingbé et son principal opposant Jean-Pierre Fabre font[...]

Togo : la campagne présidentielle s'empare du web

Les Togolais iront voter le 15 avril. Les cinq candidats en lice pour la présidentielle affûtent leurs programmes, leurs argumentaires et leur image. Cette année, pour la première fois, c'est aussi sur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130111093653 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130111093653 from 172.16.0.100