Extension Factory Builder
11/01/2013 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation du collectif 'Sauvons le Togo', le 25 septembre 2012 à Lomé. Une manifestation du collectif "Sauvons le Togo", le 25 septembre 2012 à Lomé. © AFP

Une vingtaine de manifestants et trois journalistes ont été blessés alors que 18 personnes ont été interpellés lors d'une intervention des forces de l'ordre pour empêcher la tenue d'une manifestation de l'opposition jeudi, a-t-on appris auprès d'un membre du collectif à l'initiative de la manifestation.

« Nous avons enregistré pour le moment une vingtaine de blessés (...),et au moins 18 personnes ont été interpellées », a déclaré à l'AFP Pedro Amuzu, membre du collectif Sauvons le Togo (CST), une coalition de l'opposition et de la société civile qui avait appelé à manifester.

« Trois journalistes ont été également blessés lors des manifestations de ce jeudi », a déclaré à l'AFP le secrétaire général de l'Union des journalistes indépendants du Togo Credo Tetteh.

Le carrefour du marché Bé, dans le centre de Lomé, qui devait être le point de départ de la manifestation, avait été quadrillé par une trentaine de gendarmes et de policiers jeudi matin, dissuadant tout rassemblement.

Des jeunes brûlant des pneus dans les rues autour du carrefour en signe de protestation ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP.

Élections repoussées

Le CST avait appelé à trois jours de manifestations à partir de jeudi avec pour mot d'ordre « Pas de dialogue franc et sincère avec l'opposition, pas d'élections au Togo », à la suite de l'annonce, le 31 décembre, par le président Faure Gnassingbé, de la tenue d'élections législatives et locales à la fin du premier trimestre 2013.

Initialement prévues en octobre, les élections avaient été repoussées, et l'opposition togolaise affirme que les conditions ne sont pas réunies pour permettre la tenue d'un scrutin transparent.

Le gouvernement, qui a fait face à une série de marches de contestation en août et septembre, a interdit toute manifestation dans les lieux à forte activité de la capitale, invoquant des risques pour la sécurité publique. La place Déckon, très fréquentée, où devait s'achever la marche de jeudi, fait partie des endroit interdits.

Poursuite des manifestations

Le ministre de l'Administration territoriale Gilbert Bawara avait prévenu mercredi soir à la télévision nationale que dès lors que le point de chute de la manifestation n'est pas possible, le gouvernement considère que la marche ne peut même pas avoir lieu.

« Les manifestations se poursuivent demain (vendredi) », a assuré M. Amuzu à l'AFP.

Le Togo a été dirigé d'une main de fer par le général Gnassingbé Eyadéma de 1967 à sa mort en 2005. Porté au pouvoir par l'armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005. Il a remporté en 2005 puis 2010 des élections présidentielles dont les résultats ont été contestés par l'opposition.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

Le Togolais Kofi Yamgnane, accusé de trafic d'influence, veut "s'expliquer" devant la justice française

Le rêve présidentiel du Togolais Kofi Yamgnane est-il d'ores et déjà en péril ? Selon le quotidien français "Le Monde", l'ancien ministre risque une mise en examen pour trafic[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Bolloré à Lomé, "l'ami des bons et des mauvais jours"

 L'inauguration du 3e quai du Port autonome de Lomé a eu lieu le 14 octobre, en présence de Vincent Bolloré. L'homme d'affaires français, dont le groupe détient la concession du terminal[...]

Togo : le chef de l'opposition candidat à la présidentielle de 2015

Le chef de l'opposition togolaise, Jean Pierre Fabre, a été investi samedi soir par les militants de son parti pour la présidentielle de 2015, à l'issue d'un congrès à Lomé, a[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers