Extension Factory Builder
06/01/2013 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bachar al-Assad lors de son discours télévisé, le 6 janvier. Bachar al-Assad lors de son discours télévisé, le 6 janvier. © Capture d'écran/AFP

Le président syrien, Bachar al-Assad, a prononcé dimanche son premier discours public en sept mois. Il a affirmé que le conflit en Syrie n'opposait pas son régime à l'opposition, mais le pays à ses ennemis, qui souhaitent selon lui sa partition.

Bachar al-Assad a appelé au "dialogue national" après la fin des opérations militaires, précisant toutefois n'avoir pas trouvé de partenaire pour une solution politique.

Le président syrien a affirmé  que le conflit meurtrier en Syrie n'opposait pas son régime à l'opposition, mais la Syrie à ses ennemis, qui souhaitent, selon lui, la "partition du pays".

Dans son premier discours public en sept mois, M. Assad a affirmé que le conflit qui a fait, selon l'ONU, plus de 60 000 morts, n'opposait pas le pouvoir et l'opposition, mais "la patrie et ses ennemis", "le peuple et ses assassins", ajoutant que certains voulaient la partition de la Syrie.

Applaudissements nourris

Le président syrien parlait sous les applaudissements nourris d'une foule réunie dans la Maison de la culture et des arts dans le centre de Damas. Des centaines de personnes ont scandé à son arrivée "Par notre âme et par notre sang, nous nous sacrifierons pour toi".

Le discours du chef d'Etat, contesté depuis près de deux ans par une révolte populaire devenue guerre civile, était retransmis en direct par la chaîne de télévision officielle.

Depuis le début du conflit en mars 2011, le régime de Damas assimile rebelles et opposants à des "terroristes" armés et financés par l'étranger, dénonçant un "complot" contre la Syrie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète d[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Arabie saoudite : qui était le roi Abdallah ?

Souffrant d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 90 ans. Retour sur la vie de ce monarque et acteur clé de la complexe géopolitique[...]

Arabie Saoudite : #JeSuisRaif Badawi, un hashtag contre l'obscurantisme

Avec #JeSuisRaif, une mobilisation d'ampleur en faveur de la libération du blogueur saoudien Raif Badawi s'est engagée sur internet. Décryptage de cette mobilisation en ligne.[...]

Yémen : que contient l'accord entre le président et les miliciens chiites qui occupent Sanaa ?

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi et les miliciens chiites ont conclu mercredi soir un accord qui prévoit le retrait des rebelles des secteurs clés de la capitale, en échange de concessions sur le[...]

Yémen : qui sont les Houthi, les miliciens chiites qui ont pris le contrôle de Sanaa ?

Les miliciens chiites houthi se sont emparés mardi du palais présidentiel à Sanaa, la capitale du Yémen. Menés par Abdel Malek al-Houthi, ils menacent désormais le sud du pays.[...]

François Hollande : "Les musulmans sont les premières victimes du fanatisme" dans le monde

Le président français a prononcé jeudi matin un discours lors de l’ouverture d’un forum consacré aux "Renouveaux du monde arabe", à l’Institut du monde arabe (IMA),[...]

Arabie saoudite : "Je suis Raef Badaoui", trois questions sur une injustice

Condamné en mai 2014 pour avoir critiqué les autorités religieuses d'Arabie saoudite, Raef Badaoui a été fouetté en public le 9 janvier. Une flagellation qui sera renouvelée chaque[...]

Cinéma : une femme sous les bombes

Eau argentée, le documentaire du Syrien Ossama Mohammed, doit beaucoup aux images tournées à Homs par sa coréalisatrice, Wiam Simav Bedirxan. Rencontre à Paris.[...]

Israël ne permettra pas que ses soldats soient "traînés" devant la CPI

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu dimanche qu'Israël s'opposerait à toute poursuite de ses soldats par la Cour pénale internationale (CPI), à laquelle les Palestiniens viennent de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130106114749 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130106114749 from 172.16.0.100