Extension Factory Builder
05/01/2013 à 11:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président sud-soudanais Salva Kiir (g), le médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki (d). Le président sud-soudanais Salva Kiir (g), le médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki (d). © AFP

Les présidents soudanais, Omar el-Béchir, et sud-soudanais, Salva Kiir, se sont rencontrés samedi à Addis Abeba sous l'égide de l'Union africaine, pour la première fois depuis que les deux chefs d'Etat rivaux ont signé en septembre d'une série d'accords restés lettre morte.

Mis à jour à 16h30.

Samedi, une première réunion s'est tenue en présence du médiateur de l'UA, l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, et du Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn.

Auparavant, MM. el-Béchir, Kiir, Mbeki et Hailemariam avaient été vus assis ensemble, en train de parler et de rire.

Les ministres de la Défense et des délégations des deux pays avaient également fait le déplacement en Ethiopie pour ce nouveau sommet sensible, 18 mois après l'indépendance de Juba.

Le Soudan du Sud est devenu indépendant en juillet 2011 en vertu d'un accord de paix ayant mis fin à une longue guerre civile (1983-2005, deux millions de morts). Mais les questions restées en suspens enveniment les relations entre les deux pays et des combats au printemps les avaient conduits au bord d'un nouveau conflit.

Pour ces nouveaux pourparlers orchestrés par l'UA, les dirigeants des deux Soudans étaient arrivés vendredi en fin d'après-midi dans la capitale éthiopienne et avaient d'abord entamé des discussions, chacun leur tour, avec les médiateurs, selon des diplomates et une journaliste de l'AFP. La réunion de samedi devait se prolonger dans l'après-midi.

Les deux dirigeants sont censés quitter Addis Abeba dans la soirée. Mais des sources diplomatiques estiment que les discussions pourraient se prolonger dimanche si un accord n'est pas trouvé.

Production pétrolière

Ce sommet, qui se déroule au palais présidentiel éthiopien, intervient alors que l'armée sud-soudanaise a de nouveau accusé jeudi les forces soudanaises de l'avoir attaquée dans l'Etat sud-soudanais du Bahr el-Ghazal occidental (nord-ouest).

Le négociateur principal de Juba, Pagan Amum, a qualifié de "malheureuses" les attaques au sol et les bombardements aériens mercredi et a souligné que le climat des pourparlers en avait pâti.

Les contentieux entre les deux pays portent notamment sur le partage des ressources pétrolières, le statut des ressortissants de chaque Etat sur le territoire de l'autre, le tracé frontalier et l'avenir de la zone frontalière d'Abyei.

Avant les pourparlers, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Norvège avaient publié un communiqué commun demandant aux armées des deux pays de "se retirer immédiatement" de la zone frontalière. La reprise de la production de pétrole est "particulièrement importante pour les deux économies et ne devrait pas être retardée par les négociations portant sur d'autres questions", avaient-ils relevé.

Abyei

Les accords que MM. el-Béchir et Kiir avaient signé il y a trois mois n'ont toujours pas été mis en oeuvre. Ils s'étaient ainsi mis d'accord sur les modalités de reprise de la production pétrolière du Soudan du Sud, dont l'exportation dépend des oléoducs du Nord et dont l'arrêt par Juba depuis janvier 2012, après un désaccord avec Khartoum, a mis les économies des deux pays à genoux.

Ils avaient aussi décidé la mise en place d'une zone-tampon démilitarisée à leur frontière commune. Mais la production pétrolière n'a toujours pas repris et la délimitation de la zone-tampon continue de poser problème.

Les positions restent également figées sur Abyei, une zone grande comme le Liban, riche en pétrole et revendiquée par les deux pays. En mai 2011, l'armée soudanaise avait envahi cette région, contraignant les quelque 100.000 habitants à fuir, avant de l'occuper pendant un an. A présent, la zone d'Abyei est contrôlée par des casques bleus éthiopiens.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Guinée-Mali : Avec un autre critère que le tirage au sort, qui serait qualifié ?

Guinée-Mali : Avec un autre critère que le tirage au sort, qui serait qualifié ?

À égalité parfaite dans le groupe D après leur match nul mercredi (1-1), la Guinée et le Mali seront départagés par un tirage au sort lors d'une cérémonie officielle[...]

CAN 2015 : La Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront départag&[...]

Mali : une dizaine de morts dans une attaque contre des rebelles de l'Azawad

Dernier incident en date dans la région de Tabankort, une attaque faisant une dizaine de mort a été lancée dans la nuit de mardi à mercredi par un groupe armé progouvernemental contre de[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour déclencher la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

César : le film "Timbuktu" nommé dans huit catégories

Le drame franco-mauritanien Timbuktu a été nommé dans huit catégories pour la 40è cérémonie des César qui se tiendra le 20 février à Paris.[...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcé en faveur d'une solution politique au détriment [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque d'"i[...]

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Les relations entre la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba-Panza et le président congolais Denis Sassou Nguesso (DSN), médiateur officiel pour la Centrafrique, sont aujourd'hui glac[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur situation. [...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

Afrique du Sud : le striptease annoncé de Julius Malema

Pour le leader populiste sud-africain Julius Malema, c’est "tenue d'ouvrier ou tenue d’Adam". Puisque le parlement lui interdit le port d’un vêtement d’ouvrier au sein de l’hé[...]

RDC : et maintenant, le recensement ?

Compter les habitants du pays avant de les appeler aux urnes ? Le projet, titanesque, menaçait le respect du calendrier électoral. Les autorités ont fait machine arrière, mais un recensement demeure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130105113503 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130105113503 from 172.16.0.100