Extension Factory Builder
05/01/2013 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les rebelles du M23 assurent la sécurité lors d'une conférence de presse à Bunagana, le 3 janvie Les rebelles du M23 assurent la sécurité lors d'une conférence de presse à Bunagana, le 3 janvie © AFP

La reprise envisagée samedi des discussions entre le gouvernement de République démocratique du Congo et le mouvement rebelle du M23, qui le combat dans l'est du pays, s'annonce difficile, les deux parties affichant des positions bellicistes.

La délégation rebelle est arrivée vendredi à Kampala, alors que la délégation gouvernementale, conduite par le ministre des affaires étrangères, Raymond Tshibanda, était déjà là, a-t-on appris de source officielle à Kampala.

"Nous espérons pouvoir passer aux choses sérieuses demain", a affirmé vendredi le porte-parole du ministère ougandais de la défense, Paddy Ankunda.

Les pourparlers sont orchestrés par l'Ouganda, qui mène une médiation au nom des pays voisins des Grands Lacs. Ils doivent reprendre après deux semaines d'interruption. Les travaux avaient été entamés le 9 décembre dans la capitale ougandaise sous l'égide du président Yoweri Museveni, président de la Conférence internationale de la région des grands lacs, puis avaient été suspendus pour les fêtes le 21 décembre.

Ils n'avaient pas donné beaucoup de résultats : seul le règlement des débats avait été adopté, l'ordre du jour étant toujours en discussion, selon une source diplomatique à Kinshasa.

Depuis, le président congolais Joseph Kabila, dans un message au Parlement puis dans ses voeux à la Nation, a annoncé que sa "priorité" était "la défense, rien que la défense", en appelant les jeunes Congolais à "s'engager nombreux sous le drapeau pour la défense de la patrie".

Menaces

Jeudi, le responsable politique du M23, Jean Marie Runiga, a annoncé que son mouvement continuait à réclamer "des négociations directes avec le gouvernement et qu'il souhaitait la signature d'un cessez-le-feu", ce que refuse le gouvernement.

Il a aussi menacé de reprendre les armes. "Le langage que Kabila comprend, ce sont les armes (...) si c'est dans cette voie-là qu'il veut encore s'engager, cette fois-ci nous irons très loin", a-t-il dit.

Depuis le début de la rencontre, les problèmes de fond n'ont pas été abordées. Le mouvement rebelle réclame des discussions politiques générales alors que le gouvernement veut les limiter à l'application de l'accord du 23 mars 2009, sur laquelle le M23 a fondé au départ sa lutte armée.

Le M23 est formé d'anciens rebelles, d'abord intégrés dans l'armée de RDC aux termes d'un accord signé le 23 mars 2009 avec les autorités de Kinshasa, mais qui ont repris le combat au printemps dans le Nord-Kivu, accusant le gouvernement de ne pas l'avoir respecté.

Les mutins refusaient notamment, au sein de l'armée, toute mutation hors de leur région du Kivu afin de protéger leurs familles et les membres de leur communauté qu'ils estiment en danger. Ils réclamaient aussi de conserver dans l'armée régulière les grades qu'ils avaient dans la rébellion.

Doléances

Ils ont ensuite multiplié leurs doléances, qui touchent désormais à des questions de gouvernance, de bien-être social, de droits de l'homme. Ils ont aussi remis en cause la légitimité du président Joseph Kabila, réélu en 2011 au terme d'élections contestées.

Depuis le début du conflit en mai 2012, le M23 a conquis une partie du Nord Kivu, riche région minière et agricole de l'est de la RDC. Le 20 novembre, il a pris, malgré la présence de troupes des Nations Unies, la capitale régionale, Goma, avant de s'en retirer onze jours plus tard sous la pression des pays de la région.

Selon Kinshasa et l'ONU, le M23 est appuyé par l'Ouganda et le Rwanda, ce que ces deux pays nient.

Le mouvement rebelle s'était engagé à se retirer à 20 kilomètres de la ville mais a en réalité maintenu ses positions à quelques kilomètres autour de Goma, étendant son emprise administrative sur la plus grande partie du Nord-Kivu. Il a même ouvert le feu sur deux hélicoptères des Nations unies qui le survolait. Les forces militaires congolaises ont été limitées à quelques centaines d'hommes cantonnés à l'aéroport.

Une force internationale neutre, décidée en juillet dernier par l'Union africaine, est en cours de constitution avec l'arrivée "incessamment" d'un bataillon tanzanien d'environ 600 hommes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : accusé de 'trafic d'armes', le général Gabriel Amisi 'blanchi'

RDC : accusé de "trafic d'armes", le général Gabriel Amisi "blanchi"

Le Conseil supérieur de la défense a annoncé jeudi avoir "blanchi" le général Gabriel Amisi, ex-chef d'état-major des forces terrestres de l'armée congolaise. L'officier &[...]

Football : le Belge d'origine congolaise Romelu Lukaku à Everton pour cinq ans

Malgré une prestation en demi-teinte avec les Diables rouges lors de la phase finale de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l'attaquant belge d'origine congolaise Romelu Lukaku devrait signer pour cinq ans à[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et l'Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de[...]

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour "manquements graves"

 Ahmed Kalej Nkand a été démis de son poste d’administrateur directeur général de la Gécamines, en RD Congo, en raison "de manquements graves dans l’exercice de ses[...]

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui [...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers