Extension Factory Builder
05/01/2013 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les rebelles du M23 assurent la sécurité lors d'une conférence de presse à Bunagana, le 3 janvie Les rebelles du M23 assurent la sécurité lors d'une conférence de presse à Bunagana, le 3 janvie © AFP

La reprise envisagée samedi des discussions entre le gouvernement de République démocratique du Congo et le mouvement rebelle du M23, qui le combat dans l'est du pays, s'annonce difficile, les deux parties affichant des positions bellicistes.

La délégation rebelle est arrivée vendredi à Kampala, alors que la délégation gouvernementale, conduite par le ministre des affaires étrangères, Raymond Tshibanda, était déjà là, a-t-on appris de source officielle à Kampala.

"Nous espérons pouvoir passer aux choses sérieuses demain", a affirmé vendredi le porte-parole du ministère ougandais de la défense, Paddy Ankunda.

Les pourparlers sont orchestrés par l'Ouganda, qui mène une médiation au nom des pays voisins des Grands Lacs. Ils doivent reprendre après deux semaines d'interruption. Les travaux avaient été entamés le 9 décembre dans la capitale ougandaise sous l'égide du président Yoweri Museveni, président de la Conférence internationale de la région des grands lacs, puis avaient été suspendus pour les fêtes le 21 décembre.

Ils n'avaient pas donné beaucoup de résultats : seul le règlement des débats avait été adopté, l'ordre du jour étant toujours en discussion, selon une source diplomatique à Kinshasa.

Depuis, le président congolais Joseph Kabila, dans un message au Parlement puis dans ses voeux à la Nation, a annoncé que sa "priorité" était "la défense, rien que la défense", en appelant les jeunes Congolais à "s'engager nombreux sous le drapeau pour la défense de la patrie".

Menaces

Jeudi, le responsable politique du M23, Jean Marie Runiga, a annoncé que son mouvement continuait à réclamer "des négociations directes avec le gouvernement et qu'il souhaitait la signature d'un cessez-le-feu", ce que refuse le gouvernement.

Il a aussi menacé de reprendre les armes. "Le langage que Kabila comprend, ce sont les armes (...) si c'est dans cette voie-là qu'il veut encore s'engager, cette fois-ci nous irons très loin", a-t-il dit.

Depuis le début de la rencontre, les problèmes de fond n'ont pas été abordées. Le mouvement rebelle réclame des discussions politiques générales alors que le gouvernement veut les limiter à l'application de l'accord du 23 mars 2009, sur laquelle le M23 a fondé au départ sa lutte armée.

Le M23 est formé d'anciens rebelles, d'abord intégrés dans l'armée de RDC aux termes d'un accord signé le 23 mars 2009 avec les autorités de Kinshasa, mais qui ont repris le combat au printemps dans le Nord-Kivu, accusant le gouvernement de ne pas l'avoir respecté.

Les mutins refusaient notamment, au sein de l'armée, toute mutation hors de leur région du Kivu afin de protéger leurs familles et les membres de leur communauté qu'ils estiment en danger. Ils réclamaient aussi de conserver dans l'armée régulière les grades qu'ils avaient dans la rébellion.

Doléances

Ils ont ensuite multiplié leurs doléances, qui touchent désormais à des questions de gouvernance, de bien-être social, de droits de l'homme. Ils ont aussi remis en cause la légitimité du président Joseph Kabila, réélu en 2011 au terme d'élections contestées.

Depuis le début du conflit en mai 2012, le M23 a conquis une partie du Nord Kivu, riche région minière et agricole de l'est de la RDC. Le 20 novembre, il a pris, malgré la présence de troupes des Nations Unies, la capitale régionale, Goma, avant de s'en retirer onze jours plus tard sous la pression des pays de la région.

Selon Kinshasa et l'ONU, le M23 est appuyé par l'Ouganda et le Rwanda, ce que ces deux pays nient.

Le mouvement rebelle s'était engagé à se retirer à 20 kilomètres de la ville mais a en réalité maintenu ses positions à quelques kilomètres autour de Goma, étendant son emprise administrative sur la plus grande partie du Nord-Kivu. Il a même ouvert le feu sur deux hélicoptères des Nations unies qui le survolait. Les forces militaires congolaises ont été limitées à quelques centaines d'hommes cantonnés à l'aéroport.

Une force internationale neutre, décidée en juillet dernier par l'Union africaine, est en cours de constitution avec l'arrivée "incessamment" d'un bataillon tanzanien d'environ 600 hommes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la désolati[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

RDC : les autorités annoncent la fin de l'épidémie d'Ebola dans le pays

Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République[...]

RDC - CPI : comprendre le procès Bemba en 5 questions

Après les déclarations finales mercredi et jeudi de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions[...]

RDC : pour l'accusation, Bemba est "responsable" de la "barbarie" de ses miliciens

Les avocats de Jean-Pierre Bemba tenteront de répondre jeudi aux accusations lancées la veille par le bureau du procureur de la CPI contre l'ancien vice-président congolais, jugé pour trois crimes de[...]

Crimes de guerre en RDC : dix ans de prison pour un ex-rebelle promu général

Un général congolais a été rattrapé par son passé de milicien vendredi à Kinshasa, où la justice l'a condamné à dix ans de prison ferme pour crimes de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers