Extension Factory Builder
04/01/2013 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Omar el-Béchir le 12 mars 2012 à Khartoum. Omar el-Béchir le 12 mars 2012 à Khartoum. © AFP

Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir sont attendus vendredi à Addis Abeba pour un sommet visant à relancer des accords au point mort depuis leur signature en septembre, alors que subsistent de graves différends 18 mois après l'indépendance de Juba.

Ce sommet intervient alors que l'armée sud-soudanaise a de nouveau accusé jeudi les forces soudanaises de l'avoir attaquée près de la frontière entre les deux pays, dans l'Etat sud-soudanais du Bahr el-Ghazal occidental (nord-ouest).

Selon le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Philip Aguer, l'aviation soudanaise a largué des bombes sur la région de Raja, et des combats ont aussi opposé les infanteries des deux pays. "Ils nous ont attaqués mercredi et les combats se sont poursuivis jusque tard dans l'après-midi," a-t-il déclaré.

Interrogé dans la foulée de ces déclarations, le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Benjamin Marial Benjamin, a cependant affirmé que le président Kiir entendait malgré tout se rendre dans la capitale éthiopienne vendredi.

Addis Abeba abrite le siège de l'Union africaine, qui joue les médiateurs dans la crise entre les deux Soudans.

Peu d'informations ont filtré sur l'ordre du jour. Les précédentes rencontres entre les deux hommes ont dans le passé plusieurs fois été reportées. Seules indications: les délégations des deux pays sont déjà arrivées à Addis Abeba et une conférence de presse des chefs d'Etat est programmée en fin d'après-midi.

Ban Ki-moon satisfait

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a accueilli avec satisfaction l'annonce de ce sommet en encourageant les deux dirigeants "à traiter de manière décisive tous les problèmes en suspens", en citant notamment "la sécurité, la délimitation de la frontière et le statut final" de la région contestée d'Abyei.

S'il est maintenu, le sommet sera le premier depuis la signature en septembre par les deux présidents d'accords économiques et de sécurité, toujours pas mis en oeuvre.

En juillet 2011, Juba avait proclamé son indépendance de Khartoum dans le cadre d'un accord de paix signé six ans plus tôt. Cet accord avait mis fin à des décennies de guerres civiles entre Nord et Sud, mais était loin de régler l'ensemble des différends -- notamment pétroliers et territoriaux -- qui opposent Juba et Khartoum.

Zone tampon

En septembre, MM. Béchir et Kiir étaient parvenus à se mettre d'accord sur les modalités de reprise de la production pétrolière du Soudan du Sud, dont l'exportation dépend des oléoducs du nord et dont l'arrêt par Juba depuis janvier 2012 après un différend sur les frais de passage avec Khartoum avait mis les économies des deux pays à genoux.

Les accords prévoyaient également la mise en place d'une zone-tampon démilitarisée à leur frontière commune.

Mais reste notamment une question ultra-sensible à régler : celle d'Abyei, une zone frontalière grande comme le Liban que se disputent les deux pays.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

'La trinité bantoue' : Max Lobe chez les Helvètes

"La trinité bantoue" : Max Lobe chez les Helvètes

En suivant les tribulations d'un sympathique antihéros, le jeune auteur camerounais Max Lobe ausculte avec empathie la société suisse... et son propre pays d'origine.[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

#Tumechoka ou quand les Kényans sont "fatigués" des attaques des Shebab

Des centaines de manifestants kényans ont occupé mardi l'avenue Harambee, à Nairobi, où se trouve le principal complexe gouvernemental. Une mobilisation relayée sur les réseaux sociaux[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Centrafrique : pourquoi les experts de l'ONU veulent sanctionner Michel Djotodia

Les experts des Nations unies sur la Centrafrique ont demandé au Conseil de sécurité de sanctionner une dizaine de personnalités dont l'ancien président Michel Djotodia. Tous verraient alors[...]

Nigeria : un double attentat fait plus de 45 morts dans un marché de Maiduguri

Selon des témoins, un double attentat à la bombe a frappé, mardi, un marché populaire de Maiduguri, capitale de l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria. Le premier bilan fait état de[...]

Gouvernement burkinabè : démission d'Adama Sagnon, compromis dans l'affaire Zongo

Sous pression de la société civile depuis hier, Adama Sagnon a démissioné mardi de son poste de ministre de la Culture dans le gouvernement de la transition. Ancien procureur sous la présidence[...]

Armée ivoirienne : la grogne des grognards

D'anciens rebelles intégrés à l'armée, réclamant le paiement d'arriérés de solde, ont lancé un mouvement de protestation. Un message que le gouvernement a reçu[...]

Gabon : Pierre Péan, le scandale de trop

Filiation douteuse, diplômes truqués, malversations, instigation d'assassinats... Dans son dernier livre, Pierre péan fait d'Ali Bongo Ondimba le diable en personne. Mais l'outrance est parfois mauvaise[...]

Burkina Faso : Isaac Zida, toujours en première ligne

Peut-être le puissant général Diendéré tire-t-il des ficelles en coulisses. Mais le 31 octobre, c'est bien le lieutenant-colonel Zida qui a remplacé Compaoré au sommet[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers