Extension Factory Builder
04/01/2013 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Omar el-Béchir le 12 mars 2012 à Khartoum. Omar el-Béchir le 12 mars 2012 à Khartoum. © AFP

Les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir sont attendus vendredi à Addis Abeba pour un sommet visant à relancer des accords au point mort depuis leur signature en septembre, alors que subsistent de graves différends 18 mois après l'indépendance de Juba.

Ce sommet intervient alors que l'armée sud-soudanaise a de nouveau accusé jeudi les forces soudanaises de l'avoir attaquée près de la frontière entre les deux pays, dans l'Etat sud-soudanais du Bahr el-Ghazal occidental (nord-ouest).

Selon le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Philip Aguer, l'aviation soudanaise a largué des bombes sur la région de Raja, et des combats ont aussi opposé les infanteries des deux pays. "Ils nous ont attaqués mercredi et les combats se sont poursuivis jusque tard dans l'après-midi," a-t-il déclaré.

Interrogé dans la foulée de ces déclarations, le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Benjamin Marial Benjamin, a cependant affirmé que le président Kiir entendait malgré tout se rendre dans la capitale éthiopienne vendredi.

Addis Abeba abrite le siège de l'Union africaine, qui joue les médiateurs dans la crise entre les deux Soudans.

Peu d'informations ont filtré sur l'ordre du jour. Les précédentes rencontres entre les deux hommes ont dans le passé plusieurs fois été reportées. Seules indications: les délégations des deux pays sont déjà arrivées à Addis Abeba et une conférence de presse des chefs d'Etat est programmée en fin d'après-midi.

Ban Ki-moon satisfait

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a accueilli avec satisfaction l'annonce de ce sommet en encourageant les deux dirigeants "à traiter de manière décisive tous les problèmes en suspens", en citant notamment "la sécurité, la délimitation de la frontière et le statut final" de la région contestée d'Abyei.

S'il est maintenu, le sommet sera le premier depuis la signature en septembre par les deux présidents d'accords économiques et de sécurité, toujours pas mis en oeuvre.

En juillet 2011, Juba avait proclamé son indépendance de Khartoum dans le cadre d'un accord de paix signé six ans plus tôt. Cet accord avait mis fin à des décennies de guerres civiles entre Nord et Sud, mais était loin de régler l'ensemble des différends -- notamment pétroliers et territoriaux -- qui opposent Juba et Khartoum.

Zone tampon

En septembre, MM. Béchir et Kiir étaient parvenus à se mettre d'accord sur les modalités de reprise de la production pétrolière du Soudan du Sud, dont l'exportation dépend des oléoducs du nord et dont l'arrêt par Juba depuis janvier 2012 après un différend sur les frais de passage avec Khartoum avait mis les économies des deux pays à genoux.

Les accords prévoyaient également la mise en place d'une zone-tampon démilitarisée à leur frontière commune.

Mais reste notamment une question ultra-sensible à régler : celle d'Abyei, une zone frontalière grande comme le Liban que se disputent les deux pays.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Pourquoi Mohammed VI snobe-t-il Goodluck Jonathan ?

Pourquoi Mohammed VI snobe-t-il Goodluck Jonathan ?

Le ministère marocain des Affaires étrangères a tenu à faire savoir que le roi Mohammed VI a refusé un entretien téléphonique au président nigérian Goodluck Jonathan. [...]

Pour la défense, le procès des pro-Gbagbo est celui de "la politique française en Afrique"

Les avocats de la défense ont terminé vendredi leurs plaidoiries. Selon eux, le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 co-accusé est celui "du néocolonialisme, de la politique[...]

Procès Karim Wade : un vrai-faux "Watergate" à la CREI

Un enregistrement des délibérations secrètes des magistrats jugeant Karim Wade et ses complices secoue le landerneau sénégalais depuis hier. Le technicien qui l'aurait capté risque gros,[...]

Ces brésiliens qui visent l'Afrique

Embraer, Odebrecht, AGN... Les groupes auriverde partent à l'assaut du continent, et pas seulement en zone lusophone. Alors que le Brésil est confronté à un ralentissement économique[...]

L'Appel de Rome est-il utile pour la réconciliation nationale en Centrafrique ?

Les accords de réconciliation nationale se succèdent sans avoir un réel impact sur le processus de retour à la paix et sur la situation humanitaire. Après Libreville, N’Djamena,[...]

Ryszard Kapuscinski, le plus africain des Polonais

Dans le documentaire "L'Afrique vue par Ryszard Kapuscinski", réalisé par Olga Prud'homme-Farges et diffusé mercredi sur Arte, le journaliste polonais se livre. Du Ghana à[...]

Procès des pro-Gbagbo : et si Ouattara accordait l'amnistie ?

Le procès de Simone Gbagbo et de ses co-accusés pour atteinte à la sûreté de l’État touche à sa fin. Et si, une fois le verdict prononcé, Alassane Ouattara graciait [...]

Soudan du sud : le processus de paix en échec

Le Soudan du Sud n’a toujours pas réussi à trouver une solution de sortie de crise. Les discussions vendredi à Addis-Abeba entre les chefs des deux parties opposés, le président Salva Kiir[...]

Au Gabon, Cassandre s'est trompée

Un climat politique tendu, des cours du pétrole en berne, des grèves à répétition : il n'en fallait pas plus pour que certains prédisent une explosion sociale. Mais les nuages se[...]

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Les fonctionnaires togolais poursuivent les mouvements entamés depuis quelques semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Une assemblée générale devrait décider en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130104121452 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130104121452 from 172.16.0.100