Extension Factory Builder
04/01/2013 à 09:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius accueille Françoise Larribe et sa fille Marion le 3 janvier 2013 au Quai d'Orsay. Laurent Fabius accueille Françoise Larribe et sa fille Marion le 3 janvier 2013 au Quai d'Orsay. © AFP

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a reçu jeudi les familles de quatre otages français enlevés il y a plus de deux ans dans le nord du Niger et a affirmé qu'ils étaient "vivants et en bonne santé", malgré des conditions de détention "très dures".

« J'ai confirmé aux familles que leurs proches étaient vivants et en bonne santé, même si leurs conditions de détention sont évidemment très dures », a déclaré Laurent Fabius, dans un communiqué publié à l'issue de la rencontre jeudi soir au Quai d'Orsay.

Cette entrevue, selon le ministre, avait pour objet « de présenter aux familles la situation et nos efforts pour aboutir à la libération de leurs proches, et de répondre à leurs questions ». Les familles des cinq autres otages français détenus en Afrique seront à leur tour reçues vendredi et le 10 janvier par le ministre.

À propos de Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Ferret, collaborateurs du groupe nucléaire public Areva et de son sous-traitant Satom enlevés le 16 septembre 2010 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sur le site d'extraction d'uranium d'Arlit (nord du Niger), le ministre a précisé qu'« ils sont correctement nourris et peuvent avoir accès à un médecin».

« J'ai également informé les familles que nous avons à nouveau pu faire passer aux otages des produits d'hygiène et des médicaments. Les courriers préparés par les familles leur ont bien été transmis comme les fois précédentes », a ajouté Laurent Fabius.

Discrétion

Le ministre a fait part de la « détermination » des autorités et des entreprises françaises « à obtenir la libération » des otages et leur retour en France « aussi vite que possible ».

« Beaucoup de ces informations sont confidentielles et n'ont donc pas à être rendues publiques. Aussi frustrant que cela puisse être, le traitement des affaires d'enlèvement exige en effet la plus grande discrétion, dans un souci d'efficacité et dans l'intérêt même des otages », a-t-il rappelé.

Fin décembre, la soeur de Marc Ferret, Françoise, avait déploré le manque d'informations sur des négociations en cours pour leur libération et estimé que ces salariés d'entreprises françaises « n'auraient jamais dû se retrouver otage si toutes les précautions avaient été prises ».

Début décembre, Clément Legrand, le frère de Pierre Legrand, s'était adressé directement aux ravisseurs dans une vidéo en leur faisant part de l'incompréhension des familles devant le blocage de la situation.

Blocage

« Je partage l'angoisse et l'impatience des familles dans ces moments si difficiles. Je leur ai dit à nouveau notre soutien, notre solidarité, notre admiration pour le courage dont elles font preuve », a déclaré M. Fabius.

Il a rappelé que le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères était entièrement mobilisé et disponible pour recevoir les familles « aussi souvent qu'elles le demandent ». « Elles y ont un correspondant qu'elles peuvent joindre à toute heure du jour et de la nuit. Si les familles ne peuvent pas se déplacer jusqu'à Paris, des agents du ministère peuvent se rendre chez elles », a-t-il assuré.

Le mois dernier, Aqmi a accusé le gouvernement français de bloquer les négociations, affirmant que les otages étaient « jusqu'à présent vivants ». Le lendemain, le 26 décembre, Paris a exigé « la libération sains et saufs » des Français. Neuf Français sont actuellement retenus en otages à l'étranger, tous sur le sol africain. Parmi eux, au moins six sont détenus par Aqmi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes nig&[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Niger : deuil national de trois jours après les manifestations meurtrières anti-"Charlie Hebdo"

Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement nigérien à compter de ce lundi en mémoire des dix personnes tuées lors des manifestations des 16[...]

Niger : 45 églises incendiées dans les émeutes anti-"Charlie Hebdo" à Niamey

Selon la police nationale nigérienne, quarante-cinq églises ont été incendiées samedi, à Niamey, durant les manifestations contre la caricature de Mahomet publiée en une de[...]

Niger : pourquoi les manifestations anti-"Charlie Hebdo" ont été si violentes

Les violentes émeutes contre la une de "Charlie Hebdo" ont fait dix morts au Niger. À la colère contre l'hebdomadaire français, villipendé par des islamistes pour avoir[...]

Niger : tirs de gaz lacrymogènes à Niamey pour disperser une manifestation interdite de l'opposition

La police nigérienne a tiré des gaz lacrymogènes dimanche pour disperser un petit groupe de manifestants de l'opposition réunis à Niamey malgré l'interdiction de leur marche par les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130104093316 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130104093316 from 172.16.0.100