Extension Factory Builder
03/01/2013 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président burkinabè Blaise Compaoré le 11 novembre 2012 à Abuja. Le président burkinabè Blaise Compaoré le 11 novembre 2012 à Abuja. © AFP

Le président burkinabè Blaise Compaoré a formé mercredi 2 janvier un nouveau gouvernement après les législatives du 2 décembre et y garde le portefeuille de la Défense qu'il s'était attribué pendant les mutineries de 2011.

Dans le nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Luc Adolphe Tiao, reconduit lundi, M. Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987, a conservé le ministère de la Défense et maintenu plusieurs de ses proches.

Le ministre des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, personnage-clé de la médiation menée par le président burkinabè dans la crise au Mali voisin, garde ainsi son poste.

Il en est de même pour le ministre de l'Economie Lucien Marie Noël Bembamba, beau-frère de M. Compaoré au gouvernement depuis 2007. Jérôme Bougouma, neveu du chef de l'Etat, reste ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité.

La nouvelle équipe, qui compte 32 membres (contre 30 pour la précédente), voit l'arrivée de 13 nouveaux ministres et le départ de 11 autres.

Évictions

La surprise est l'éviction des deux représentants du principal parti allié de M. Compaoré depuis 2005, l'Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA). Ce parti est devenu aux dernières législatives la troisième force politique du pays (18 sièges), derrière le parti de l'opposant Zéphirin Diabré, un ex-ministre de M. Compaoré.

Les négociations avec l'ADF/RDA "n'ont pas abouti", a expliqué le porte-parole du gouvernement Alain Edouard Traoré, après avoir lu la liste du nouveau gouvernement. Mais le Premier ministre "poursuit" les discussions avec ce parti, a-t-il souligné.

Alain Zoubga, ancien proche du président passé dans l'opposition il y a environ deux décennies, fait son retour comme ministre de l'Action sociale et de la solidarité nationale.

Le ministère de l'Agriculture devient aussi celui de la sécurité alimentaire dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, régulièrement confronté à des crises alimentaires, comme en 2011.

Les législatives et les municipales du 2 décembre, très largement remportées par le camp au pouvoir, étaient les premiers scrutins depuis la vague de mutineries qui a failli emporter le régime au premier semestre 2011.

Il s'agissait aussi des derniers grands rendez-vous avant 2015, terme normal du dernier mandat du président Compaoré, 61 ans, qui entretient le mystère sur ses intentions.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

La situation restait confuse jeudi en fin de journée au Burkina Faso. L’armée semblait avoir pris le contrôle de la situation en annonçant la dissolution du gouvernement et en instaurant une transi[...]

Exclusif : la lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré

Dans une lettre datée du 7 octobre, le chef de l'État français, François Hollande, mettait en garde Blaise Compaoré. Il lui expliquait comment le Burkina pourrait "être un[...]

Burkina : Blaise Compaoré assure vouloir remettre le pouvoir à l'issue d'une transition

En prenant d'assaut l'Assemblée nationale, jeudi matin, à Ouagadougou, les manifestants ont eu raison du vote du projet de loi sur la modification de la Constitution burkinabè, qui doit permettre à[...]

Ebola - CAN 2015 : Keita, Chermiti, Ndinga, N'Ganga... l'idée d'un report fait son chemin

Si l’avenir de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) se jouera dans les prochains jours, les joueurs potentiellement concernés par la compétition commencent à s’exprimer. Et ceux que Jeune[...]

Burkina - En direct : situation toujours confuse à Ouagadougou, tractations en cours

Les députés burkinabè devaient voter ce jeudi, à partir de 10 heures (heure locale), le projet de loi sur la modification de la Constitution, qui permettrait à Blaise Compaoré de se[...]

Burkina : journée sous haute tension avec l'examen du projet de révision de la Constitution

Les députés burkinabè doivent se prononcer ce jeudi sur le projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président Blaise Compaoré de se représenter en 2015. À[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Burkina : Compaoré ou l'art de l'esquive

Ses adversaires, qui le soupçonnaient de vouloir modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat, pensaient qu'il allait recourir à un référendum. Le président[...]

Burkina : un appel à la grève après les manifestations d'hier

Après la manifestation d'ampleur rassemblée par l'opposition hier à Ouagadougou et dans d'autres villes du pays, c'est au tour des syndicats d'appeler aujourd'hui à la grève.[...]

Burkina Faso : plusieurs blessés lors de la manifestation contre la révision constitutionnelle

Des centaines de milliers de Burkinabè sont descendus dans la rue mardi pour dénoncer un projet de révision constitutionnelle permettant le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré. Des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers