Extension Factory Builder
23/12/2012 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre kényan Raila Odinga, à gauche, et le vice-Premier ministre Uhuru Kenyatta. Le Premier ministre kényan Raila Odinga, à gauche, et le vice-Premier ministre Uhuru Kenyatta. © AFP

Le Premier ministre kényan Raila Odinga, candidat malheureux à la présidentielle kényane fin 2007, retentera sa chance en mars face au vice-Premier ministre Uhuru Kenyatta, inculpé par la justice internationale pour son rôle présumé dans les violences nées du dernier scrutin.

Les deux hommes, tous deux acteurs majeurs de la crise de 2007, ont été officiellement désignés candidats samedi par leurs coalitions électorales respectives - Coalition pour la réforme et la démocratie (CORD) pour M. Odinga, Jubilé pour M. Kenyatta - pour ce scrutin à haut risque. "Je m'engage auprès du peuple kényan et de la Coalition pour la réforme et la démocratie (CORD) en acceptant la nomination à la candidature présidentielle", a déclaré le Premier ministre, au cours d'un meeting dans la capitale kényane Nairobi. "J'ai été mandaté (...) pour être candidat à l'élection générale du 4 mars et je ne vous laisserai jamais tomber," a répondu peu après le vice-Premier ministre, lors d'un autre rassemblement dans la très touristique ville côtière de Mombasa, deuxième ville du pays et point stratégique du combat électoral.

La précédente présidentielle avait été perdue par M. Odinga contre le président sortant de l'époque, Mwai Kibaki, soutenu par Uhuru Kenyatta. Le résultat du scrutin, très contesté, avait débouché sur les pires violences ethniques de l'histoire du Kenya indépendant. Plus de 1.000 personnes avaient été tuées et des centaines de milliers d'autres déplacées. Sous la pression internationale, Raila Odinga avait fini par être nommé Premier ministre d'un gouvernement de large coalition.

La Cour pénale internationale s'était, elle, saisie du cas de plusieurs responsables kényans soupçonnés d'avoir provoqué ou alimenté les violences et avait fini par en inculper quatre, dont Uhuru Kenyatta et celui qui briguera à ses côtés le poste de vice-président, l'ex-ministre William Ruto. M. Ruto était en 2007, allié à M. Odinga mais les deux hommes se sont depuis brouillés. Les procès devant la CPI doivent débuter le 10 avril et devrait coïncider avec le scrutin présidentiel, dont le premier tour aura lieu le 4 mars et le second un mois plus tard.

Familles de pouvoir

Raila Odinga, 67 ans, et Uhuru Kenyatta, 51 ans, sont tous deux des poids lourds de la politique kényane, qui ont enchaîné les postes aux seins de partis, les postes d'élus ou ministériels. Tous deux sont aussi les descendants de deux figures historiques de l'indépendance kényane. Uhuru Kenyatta, l'un des principaux leaders de la plus nombreuse communauté du Kenya (les Kikuyu), assis, avec sa famille, sur un empire financier, est le fils du "père" de l'indépendance, Jomo Kenyatta, et doit son ascension politique à l'ex-président et autocrate Daniel arap Moi (1978-2002). Son inculpation devant la CPI pour crimes contre l'humanité l'avait contrait à abandonner, en janvier, son portefeuille de ministre des Finances. Le procureur de la CPI accuse M. Kenyatta d'avoir mobilisé un gang criminel, les Mungiki, pour attaquer des partisans de M. Odinga il y a cinq ans.

Homme d'affaires prospère, amateur de grosses cylindrées américaines, ancien communiste et ex-prisonnier politique, Raila Odinga avait pour père Oginga Odinga. Lui aussi militant indépendantiste, Odinga père avait dans un premier temps occupé le poste de vice-président auprès du premier président du Kenya indépendant, Jomo Kenyatta, avant d'incarner l'opposition à son régime. La famille Odinga est issue de la communauté luo.

Samedi à la tribune, Uhuru Kenyatta s'est dit prêt à former le prochain gouvernement kényan et a appelé à "éviter la politique tribale". "Car nous avons tous besoin de paix," a-t-il déclaré. "Le Kenya pourrait mieux se porter, nous amènerons le Kenya au niveau supérieur", avait un peu plus tôt lancé Raila Odinga.

L'élection présidentielle, pour laquelle un peu plus de 14 millions de votants se sont enregistrés, se prépare dans un climat tendu: qu'ils soient liés directement ou non au scrutin, les attaques à la bombe ou à la grenade contre les forces de l'ordre, les bars ou les églises, mais aussi les conflits ethniques pour le partage de pâturages et points d'eau se multiplient à travers le pays. Et observateurs et acteurs de la société civile kényane craignent que le scrutin ne donne lieu, à son tour, à de nouvelles violences à grande échelle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Kenya

Vidéo : les députés kényans en viennent aux mains lors du vote d'une loi antiterroriste

Vidéo : les députés kényans en viennent aux mains lors du vote d'une loi antiterroriste

Le vote d'une loi sécuritaire très controversée jeudi par l'Assemblée nationale kényane s'est déroulé dans un chaos indescriptible. Les membres de l'opposition dénoncent un c[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Au Kenya, des "Jeux Olympiques masaï" pour sauver les derniers lions

Bondissant dans les airs, brandissant leurs lances en guise de javelots, les chasseurs de lions du Kenya ont rivalisé d'adresse samedi lors de "Jeux Olympiques masaï" organisés pour sauver ces fauves[...]

Kenya : le gouvernement a-t-il mis sur pied des escadrons de la mort contre des islamistes ?

Furieux, le gouvernement kényan a ordonné mardi 9 décembre une enquête sur les personnes impliquées dans un reportage de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira accusant la[...]

Kenya : la CPI abandonne les poursuites contre le président Kenyatta

La Cour pénale internationale (CPI) a décidé vendredi d'abandonner ses poursuites contre le président kényan, Uhuru Kenyatta.[...]

Rwanda - Me Cantier : "J'ignore qui a enlevé Émile Gafirita"

Me François Cantier, avocat du Rwandais Émile Gafirita, répond aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de l'enlèvement de son client, au Kenya, mi-novembre. L'ancien sous-officier devait[...]

CPI : les juges perdent patience dans l'affaire Kenyatta

Les juges de la CPI ont donné mercredi une semaine à la procureur Fatou Bensouda pour qu'elle démontre avoir rassemblé des preuves supplémentaires contre le président kényan Uhuru[...]

Uhuru Kenyatta : le Kenya "ne reculera pas" face aux "animaux enragés" Shebab

Le gouvernement kényan n'a pas tardé à réagir après l'attaque des Shebab ayant fait 36 morts près de Mandera dans la nuit de lundi à mardi. Le ministre de l'Intérieur a[...]

Kenya : des hommes armés tuent au moins 36 personnes dans le Nord-Est

Au moins 36 personnes ont été tuées par des hommes armés mardi matin dans le nord-est du Kenya. L'attaque a été revendiquée par les Shebab somaliens.[...]

Ces futurs ports qui vont changer la donne en Afrique

Entre sites traditionnels et plateformes de transbordement, un nouveau réseau d'interfaces émerge. Leur but : connecter l'intérieur des terres à la mer.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers