Extension Factory Builder
16/12/2012 à 11:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une installation de sept grandes silhouettes, illuminations de Noël, à Abidjan. Une installation de sept grandes silhouettes, illuminations de Noël, à Abidjan. © AFP

Elles sont sept. Sept grandes silhouettes de métal soudain éclairées pour le coup d'envoi des illuminations de Noël à Abidjan. Sept comme les sept femmes tuées à ce rond-point du quartier d'Abobo, victimes et symboles de la sanglante crise ivoirienne de 2010-2011.

Plusieurs centaines de personnes s'étaient réunies vendredi soir à l'entrée de ce quartier très populaire, fief du président Alassane Ouattara et l'un des épicentres de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts dans le pays.

Disposées sur un haut podium, les sept silhouettes à l'armature métallique font plus de deux mètres chacune. L'une est à terre, deux sont accroupies et quatre debout, parmi lesquelles l'une se tient la tête des deux mains, en signe de stupeur ou d'horreur.

A ce rond-point baptisé "Anador" étaient tombées le 3 mars 2011 sept femmes qui participaient à une manifestation réclamant le départ du président Laurent Gbagbo, qui refusait de céder le pouvoir. Sept femmes tombées sous les balles de l'armée, ont aussitôt rapporté les témoins et l'ONU, même si le camp Gbagbo le niera toujours face à l'indignation internationale, et criera à la manipulation.

Mais vendredi soir les visages s'éclairent subitement, les applaudissements fusent, les cris de joie: le Premier ministre Daniel Kablan Duncan et le maire d'Abobo, Adama Toungara, par ailleurs ministre de l'Energie, viennent de mettre en marche les illuminations.

"Abobo-la-guerre"

Les nombreuses petites lampes à lueur bleutée fixées à l'armature des sept femmes de métal s'éclairent. De l'autre côté de la rue, une grande colombe flamboie aussi. Comme brille le message de bienvenue "Abobo, ville de solidarité et de générosité", qui semble vouloir effacer le tenace surnom "Abobo-la-guerre".

"Abobo qui a tant souffert, Abobo qui a tant pleuré, Abobo qui a tant perdu, Abobo brille et renaît", s'enflamme le maire.

Mais pour les passants, les nombreuses femmes et les nuées d'enfants, l'heure est moins au souvenir qu'à la joie. Le spectacle est inédit dans ce quartier délaissé depuis des années par les autorités, et d'où partit durant la crise une guérilla dénommée "commando invisible", qui fit subir au régime Gbagbo ses premiers revers avant la chute finale.

"C'est beau à voir", s'enchante Drissa, qui revient en tenue de sport de son collège, accompagné d'amis. "Ca me rappelle Paris, la France", souffle une jeune fille, Ténin.

On prend des photos avec les téléphones portables, on admire les guirlandes ou les fleurs lumineuses qui doivent briller tous les soirs pendant un mois, comme dans d'autres quartiers de la capitale économique où les illuminations sont inaugurées ce week-end.

"Dieu a permis que cette année on puisse sortir pour vivre ce beau moment", sourit Salimata Camara. Mais il en faut plus, pour cette mère de famille: "on demande au gouvernement de tout faire pour que la paix soit toujours là et de nous aider, car la vie est dure".

"Dure", la vie? Chômage massif des jeunes, cherté de la vie, insalubrité: Abobo concentre les difficultés vécues par nombre d'habitants à Abidjan, qui tardent à sentir les retombées de la relance économique. Et le quartier, repaire d'ex-combattants en déshérence, demeure dangereux. En octobre, une opération d'assainissement a tourné à la bataille rangée entre jeunes en armes et forces de l'ordre.

Quant à la paix, elle dépend largement d'une réconciliation entre le pouvoir et le camp Gbagbo, chantée par tous mais toujours bloquée. Les victimes des deux bords réclament justice. Cependant des hiérarques du parti de l'ex-président viennent d'être reçus par le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, intronisé médiateur: un miracle de Noël viendra-t-il de Dakar?
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour... Le dernier déplacement aux États-Unis du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers