Extension Factory Builder
09/12/2012 à 10:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré dépose son bulletin dans l'urne lors des élections générales à Ouagadougou. Blaise Compaoré dépose son bulletin dans l'urne lors des élections générales à Ouagadougou. © AFP

Le parti du président burkinabè Blaise Compaoré, qui a conservé la majorité absolue à l'issue des législatives du 2 décembre, a remporté aussi une très large victoire aux municipales le même jour, a annoncé samedi la commission électorale.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de M. Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987, a obtenu 12.340 conseillers municipaux, soit plus de 66% des 18.645 sièges à pourvoir, selon les résultats provisoires proclamés par Me Barthélémy Kéré, président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

En seconde position est arrivé un parti de la majorité présidentielle, l'ADF-RDA (Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain), avec 1.746 conseillers.

L'Union pour le changement (UPC) de Zéphirin Diabré, première force d'opposition dans la nouvelle Assemblée nationale, est à la troisième place avec 1.615 conseillers.

Le taux de participation a été très légèrement moins élevé qu'aux législatives, à 75,3%, lors de ces municipales pour lesquelles étaient appelés aux urnes quelque 4,3 millions d'électeurs.

"Fraudes" à Ouagadougou

Après la proclamation des résultats définitifs, les conseillers municipaux désigneront les maires des 367 communes du pays. Le parti présidentiel dirigeait déjà l'immense majorité des 351 municipalités, le nombre de mairies durant la mandature précédente.

Le camp Compaoré a perdu du terrain aux législatives mais gardé la majorité absolue, avec 97 députés sur 127. L'UPC de l'ex-ministre Diabré s'est imposée en tête de l'opposition avec 19 députés, mais a dénoncé des "fraudes" à Ouagadougou.

Les législatives et municipales étaient le dernier grand rendez-vous électoral avant 2015, terme normal du dernier mandat de Blaise Compaoré, dont la succession hante le débat politique. Ces scrutins étaient aussi les premiers depuis les mutineries du premier semestre 2011 qui ont failli emporter le régime.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Ruffink - 10/12/2012 à 03h:12

Bravo Blaise. [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina : l'exhumation du corps supposé de Thomas Sankara débutera le 25 mai à Ouagadougou

Burkina : l'exhumation du corps supposé de Thomas Sankara débutera le 25 mai à Ouagadougou

Promises par les autorités de transition, les opérations d'exhumation des corps supposés de Thomas Sankara et de ses douze camarades assassinés le 15 octobre 1987 débuteront le lundi 25 mai au ci[...]

Burkina : quel avenir pour le RSP ?

Au lendemain du coup de sang du régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre Isaac Zida, le Premier ministre de transition, le 4 février, Michel Kafando avait annoncé la[...]

Burkina - CDP : les orphelins de Blaise Compaoré relèvent la tête

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) tenait son premier grand rassemblement depuis la chute de son leader. Objectif : se remettre en ordre de bataille avant les scrutins d'octobre.[...]

Burkina Faso : que sait-on de l'enlèvement d'un Roumain par Al-Mourabitoune ?

Le rapt de Iulian Gherghut, un officier de sécurité roumain enlevé le 4 avril à Tambao, dans le nord du Burkina Faso, a été revendiqué par Adnan Abou Walid Sahraoui, un cadre du[...]

Burkina Faso : la veuve de l'ex-président Thomas Sankara entendue par la justice

Rentrée au pays il y a cinq jours pour la deuxième fois depuis l’assassinat de son mari, Mariam Sankara a été entendue lundi par la justice burkinabè qui a ouvert une enquête sur les[...]

Burkina Faso : Me Bénéwendé Sankara désigné candidat des "sankaristes" à la présidentielle

L’avocat et homme politique Bénéwendé Sankara a été désigné dimanche lors d’un congrès, candidat des "sankaristes" à l’élection[...]

Burkina : Kafando viendra bien à Paris

 Pour la première fois en tant que président de la transition burkinabè, Michel Kafando aurait dû se rendre à Paris les 4 et 5 mai, mais sa visite a été reportée en[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Burkina Faso : Sankara, Rabhi et l'agroécologie

Dans les années 1980, le président du Faso croyait à l'autosuffisance alimentaire. Il avait demandé l'aide d'un Français encore peu connu qui rêvait, lui, de révolutionner le[...]

Mariam Sankara : "J'ai confiance dans la justice burkinabè maintenant"

Après 27 années d'exil, Mariam Sankara revient au Burkina Faso le 14 mai avec l'espoir que toute la lumière soit faite sur l'assassinat de son époux, en 1987. À la veille de ce retour historique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers