Extension Factory Builder
08/12/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré, frère du chef de l'Etat Blaise Compaoré, vote le 2 décembre à Ouagadougou. François Compaoré, frère du chef de l'Etat Blaise Compaoré, vote le 2 décembre à Ouagadougou. © AFP

La tension est montée vendredi au Burkina Faso dans l'attente des résultats des élections législatives à Ouagadougou : le parti du premier opposant, Zéphirin Diabré, a crié à la "fraude" dans la capitale où il affrontait le 2 décembre le frère du chef de l'État, François Compaoré.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) n'a annoncé jeudi que des résultats partiels pour les législatives, montrant que les soutiens du président Blaise Compaoré restent en position de force dans le pays. Mais elle n'a pu fournir les résultats pour la province du Kadiogo, celle de Ouagadougou, officiellement en raison de problèmes de compilation des données.

Devenu le premier parti d'opposition, l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré est monté au créneau, dénonçant la "fraude".

"La Céni ne peut pas prononcer les résultats du Kadiogo parce qu'il y a trop d'irrégularités", a déclaré à l'AFP Nathanaël Ouédraogo, directeur national de campagne du parti. Il a affirmé que les résultats de certains bureaux de vote étaient introuvables et a annoncé le dépôt de recours auprès du Conseil constitutionnel.

L'ex-ministre Zéphirin Diabré ferraillait dans la capitale avec François Compaoré, frère cadet et conseiller du chef de l'Etat auquel il est soupçonné de vouloir succéder en 2015.

La Céni n'a donné aucun délai pour l'annonce des résultats dans cette province stratégique, où étaient appelés aux urnes plus de 720.000 électeurs, sur environ 4,3 millions au "pays des hommes intègres" (Burkina Faso, en langues locales).

Percée de l'UPC

Le responsable de l'UPC s'est cependant félicité de la "bonne percée" du parti dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest. A peine deux ans après avoir fondé l'UPC, Zéphirin Diabré, ancien ministre des Finances de Blaise Compaoré passé à l'opposition, devient le nouveau chef de file incontesté de l'opposition, avec au moins 15 députés sur 127 dans la nouvelle Assemblée, selon les résultats partiels. Les autres formations d'opposition se partagent seulement six sièges.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) du président Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987, conserve la majorité avec 58 sièges. Et grâce à quatre partis alliés, le camp présidentiel garde la majorité absolue, avec un total d'au moins 81 sièges (contre 99 sur 111 députés dans l'Assemblée précédente). Il n'y a donc pas péril en la demeure. Mais l'impression qui domine est celle d'un effritement des soutiens du régime.

"On assiste à un bouleversement, peut-être pas 'tsunamique' mais bien significatif, de l'échiquier politique au Burkina Faso", a commenté vendredi le site d'information Fasozine.

"L'ère du 'Tug-djilli' (tout prendre, en langue locale mooré, ndlr), c'est-à-dire le raz-de-marée électoral auquel nous avait habitués le CDP, est bel et bien révolue", a-t-il assuré.

"Il y a eu une double érosion du parti au pouvoir et de l'opposition classique au profit de l'UPC", a souligné Germain Nama, patron de l'hebdomadaire L'Evénement, interrogé par l'AFP.

Test électoral

Les législatives - couplées à des municipales dont les résultats seront proclamés plus tard - avaient doublement valeur de test.

Il s'agissait d'abord du dernier grand rendez-vous électoral avant 2015, terme normal du dernier mandat de Blaise Compaoré. Le chef de l'Etat garde le mystère sur ses intentions mais une partie de ses partisans le poussent à modifier la Constitution pour qu'il puisse se représenter. Certains le soupçonnent en revanche de vouloir passer le relais à son frère, devenu cette année le nouvel homme fort du CDP.

Ces élections étaient aussi les premières depuis les mutineries du premier semestre 2011 qui ont failli emporter le régime, sur fond de fortes contestations sociales. Les premiers procès de mutins ont commencé fin novembre.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Burkina Faso

Burkina : dialogue majorité-opposition, ça bloque déjà ?

Burkina : dialogue majorité-opposition, ça bloque déjà ?

Présenté comme la négociation de la derrière chance, le dialogue politique entre la majorité et l'opposition au Burkina Faso enregistre son premier revers. En cause, des désaccords de fo[...]

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune[...]

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le métro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a[...]

Hama Arba Diallo, figure de la gauche burkinabè, est décédé

Hama Arba Diallo, député-maire de Dori et figure de l'opposition burkinabè, est décédé dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Il avait 75 ans.[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers