Extension Factory Builder
08/12/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré, frère du chef de l'Etat Blaise Compaoré, vote le 2 décembre à Ouagadougou. François Compaoré, frère du chef de l'Etat Blaise Compaoré, vote le 2 décembre à Ouagadougou. © AFP

La tension est montée vendredi au Burkina Faso dans l'attente des résultats des élections législatives à Ouagadougou : le parti du premier opposant, Zéphirin Diabré, a crié à la "fraude" dans la capitale où il affrontait le 2 décembre le frère du chef de l'État, François Compaoré.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) n'a annoncé jeudi que des résultats partiels pour les législatives, montrant que les soutiens du président Blaise Compaoré restent en position de force dans le pays. Mais elle n'a pu fournir les résultats pour la province du Kadiogo, celle de Ouagadougou, officiellement en raison de problèmes de compilation des données.

Devenu le premier parti d'opposition, l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré est monté au créneau, dénonçant la "fraude".

"La Céni ne peut pas prononcer les résultats du Kadiogo parce qu'il y a trop d'irrégularités", a déclaré à l'AFP Nathanaël Ouédraogo, directeur national de campagne du parti. Il a affirmé que les résultats de certains bureaux de vote étaient introuvables et a annoncé le dépôt de recours auprès du Conseil constitutionnel.

L'ex-ministre Zéphirin Diabré ferraillait dans la capitale avec François Compaoré, frère cadet et conseiller du chef de l'Etat auquel il est soupçonné de vouloir succéder en 2015.

La Céni n'a donné aucun délai pour l'annonce des résultats dans cette province stratégique, où étaient appelés aux urnes plus de 720.000 électeurs, sur environ 4,3 millions au "pays des hommes intègres" (Burkina Faso, en langues locales).

Percée de l'UPC

Le responsable de l'UPC s'est cependant félicité de la "bonne percée" du parti dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest. A peine deux ans après avoir fondé l'UPC, Zéphirin Diabré, ancien ministre des Finances de Blaise Compaoré passé à l'opposition, devient le nouveau chef de file incontesté de l'opposition, avec au moins 15 députés sur 127 dans la nouvelle Assemblée, selon les résultats partiels. Les autres formations d'opposition se partagent seulement six sièges.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) du président Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987, conserve la majorité avec 58 sièges. Et grâce à quatre partis alliés, le camp présidentiel garde la majorité absolue, avec un total d'au moins 81 sièges (contre 99 sur 111 députés dans l'Assemblée précédente). Il n'y a donc pas péril en la demeure. Mais l'impression qui domine est celle d'un effritement des soutiens du régime.

"On assiste à un bouleversement, peut-être pas 'tsunamique' mais bien significatif, de l'échiquier politique au Burkina Faso", a commenté vendredi le site d'information Fasozine.

"L'ère du 'Tug-djilli' (tout prendre, en langue locale mooré, ndlr), c'est-à-dire le raz-de-marée électoral auquel nous avait habitués le CDP, est bel et bien révolue", a-t-il assuré.

"Il y a eu une double érosion du parti au pouvoir et de l'opposition classique au profit de l'UPC", a souligné Germain Nama, patron de l'hebdomadaire L'Evénement, interrogé par l'AFP.

Test électoral

Les législatives - couplées à des municipales dont les résultats seront proclamés plus tard - avaient doublement valeur de test.

Il s'agissait d'abord du dernier grand rendez-vous électoral avant 2015, terme normal du dernier mandat de Blaise Compaoré. Le chef de l'Etat garde le mystère sur ses intentions mais une partie de ses partisans le poussent à modifier la Constitution pour qu'il puisse se représenter. Certains le soupçonnent en revanche de vouloir passer le relais à son frère, devenu cette année le nouvel homme fort du CDP.

Ces élections étaient aussi les premières depuis les mutineries du premier semestre 2011 qui ont failli emporter le régime, sur fond de fortes contestations sociales. Les premiers procès de mutins ont commencé fin novembre.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121208111049 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121208111049 from 172.16.0.100