Extension Factory Builder
02/12/2012 à 17:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hommage au dissident libyen Mansour al-Kikhia (portrait), le 2 décembre 2012 à Tripoli. Hommage au dissident libyen Mansour al-Kikhia (portrait), le 2 décembre 2012 à Tripoli. © AFP

La Libye a rendu hommage dimanche à un farouche opposant à Mouammar Kadhafi qui n'avait plus donné signe de vie depuis sa disparition au Caire en 1993. Le corps de Mansour al-Kikhia a été retrouvé, dix-neuf ans plus tard dans une villa des services de renseignement de l'ex-régime.

La Libye a rendu hommage dimanche à un farouche opposant à Mouammar Kadhafi qui n'avait plus donné signe de vie depuis sa disparition au Caire en 1993. Le corps de Mansour al-Kikhia a été retrouvé, 19 ans plus tard dans une villa des services de renseignement de l'ex-régime. M. al-Kikhia doit être enterré lundi dans sa ville natale de Benghazi, dans l'est de la Libye, selon les autorités.

Mohamed al-Megaryef, le président de l'Assemblée nationale et Ali Zeidan, le chef du gouvernement, qui avaient côtoyé Mansour al-Kikhia durant les années d'exil, ont salué la mémoire de ce "militant" des droits de l'Homme, au cours d'une cérémonie rendant hommage au "martyr de la liberté" en présence de sa famille, de hauts responsables libyens et des représentants du corps diplomatique à Tripoli.

"Les valeurs et principes de justice, de démocratie, de tolérance et coexistence pacifique pour lesquels il a milité sont mis en oeuvre en Libye grâce à la révolution du 17 février" qui a provoqué la chute du régime de Mouammar Kadhafi, a déclaré M. Megaryef, visiblement ému. M. Zeidan a rappelé de son côté que M. al-Kikhia avait fondé la Ligue libyenne des droits de l'Homme et a été enlevé au moment où il représentait cette organisation dans une réunion au Caire, le 10 décembre 1993.

Au cours de la cérémonie, les orateurs ont lancé des appels pour que les responsables de l'enlèvement de M. al-Kikhia en Libye et en Egypte soient traduits devant la justice.

Aucun signe de vie depuis sa disparition en 1993

Selon son frère Mahmoud, la dépouille de Mansour al-Kikhia a été découverte mi-octobre dans une morgue à l'intérieur d'une villa à Tripoli, qui appartenait aux services de renseignement militaires du régime Kadhafi. "L'analyse de l'ADN a prouvé que le corps retrouvé est compatible avec celui des frères et des fils de Mansour al-Kikhia", a-t-il affirmé.

Il a précisé que c'est Abdallah al-Senoussi, ex-chef de renseignements sous Mouammar Kadhafi actuellement emprisonné par les nouvelles autorités, qui "a reconnu l'enlèvement de Mansour et indiqué par la même occasion le lieu où se trouvait sa dépouille". Né en 1931 à Benghazi, al-Kikhia avait entamé une carrière de diplomate sous la monarchie. Ambassadeur à Paris puis à Alger, il était devenu le représentant de la Libye auprès des Nations unies en 1965.

Kadhafi le nomma ministre des Affaires étrangères en 1972. Huit ans plus tard, revenu à ses fonctions onusiennes, il quittait l'ancien "Guide" et passait à l'opposition. Durant les années 1990, Mouammar Kadhafi avait lancé une campagne visant à liquider plusieurs opposants dans des pays arabes et occidentaux.

Après l'enlèvement de Mansour al-Kikhia, les services de renseignement libyens avaient été pointés du doigt et une implication du régime égyptien fut évoquée, mais en l'absence de preuves, la disparition de cet opposant est restée un mystère. Mohamed al-Mufti, beau-frère de Mansour al-Kikhia qui a participé à l'identification du corps, a affirmé avoir "reconnu Mansour au premier coup d'oeil bien que le long séjour dans la morgue ait modifié les traits du visage", a-t-il dit.

M. al-Mufti a précisé qu'avant sa mort, al-Kikhia avait été emprisonné durant quatre ans. Citant des révélations faites aux autorités par Abdallah al-Senoussi, M. al-Mufti a précisé que Kadhafi n'a pas cherché à enterrer le corps durant toutes ces années, après que des "charlatans lui ont conseillé de ne pas l'enterrer pour qu'il ne subisse pas le même sort"

"Bien que la mort de Mansour semble naturelle étant donné qu'il était malade avant son emprisonnement (...) des doutes subsistent", a-t-il dit.
Mahmoud al-Kikhia a souligné de son côté que des traces de coups de couteau ont été constatées sur la poitrine du défunt.
"Un nouveau rapport médico-légal sera établi pour expliquer les causes du décès", a-t-il dit.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès gé[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

La Libye demande la levée de l'embargo sur les armes aux Nations unies

Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères, a demandé mercredi à l'ONU de lever l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de mieux lutter contre les groupes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121202171145 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121202171145 from 172.16.0.100