Extension Factory Builder
02/12/2012 à 10:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une Algérienne vote à Alger lors des législatives du 10 mai 2012. Une Algérienne vote à Alger lors des législatives du 10 mai 2012. © AFP

Les élections locales de jeudi en Algérie ont confirmé la suprématie des partis nationalistes au pouvoir et le déclin des islamistes, qui ont enregistré leur plus mauvais score électoral depuis le premier scrutin pluraliste en 1990.

Les élections locales de jeudi en Algérie ont confirmé la suprématie des partis nationalistes au pouvoir et le déclin des islamistes qui ont enregistré leur plus mauvais score électoral depuis le premier scrutin pluraliste en 1990. Le recul des islamistes en Algérie tranche avec la situation dans plusieurs pays de la région qui ont enregistré une montée en puissance de ce mouvement, notamment en Egypte et en Tunisie où il est parvenu au pouvoir à l'issue des révoltes de 2011.

Alors que le taux de participation était le principal enjeu du scrutin, il a été faible (44,27 % des quelques 21 millions d'électeurs), même s'il est légèrement en hausse par rapport à celui des législatives de mai dernier (43,1%). "Ce qui n'était qu'une tendance lors des dernières législatives vient de se confirmer de manière frappante lors de ces locales. Les Algériens ont donc signifié, de manière claire, leurs refus catégorique de l'islamisme politique", estimait samedi le quotidien L'Expression.

Les partis islamistes ont accusé un net recul par rapport aux élections locales de 2007. Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) avec ses alliés de "l'Alliance de l'Algérie verte" n'ont obtenu la majorité absolue que dans dix communes alors qu'en 2007, le MSP, seul, avait conquis 16 municipalités.
Aux législatives, les islamistes qui espéraient profiter du souffle du Printemps arabe, n'avaient obtenu que 61 sièges sur 462.

A l'issue de ce deuxième scrutin organisé depuis les réformes politiques mises en oeuvre en avril 2011 par le président Abdelaziz Bouteflika pour parer à une contagion du Printemps arabe, le Front de libération nationale (FLN, présidentiel) a remporté la majorité aux assemblées communales (mairies) et aux assemblées départementales.

L'ancien parti unique, déjà large vainqueur des législatives, a obtenu la majorité absolue dans 159 municipalités sur les 1.541 que compte le pays, selon les résultats officiels annoncés vendredi. Il a également obtenu une confortable majorité relative dans 832 communes qu'il pourra gérer qu'avec le soutien d'éventuels alliés.

Le FLN compte sur des alliances avec le Rassemblement national démocratique de l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia et le Front des forces socialistes (FFS) du l'opposant historique Hocine Aït Ahmed, a indiqué son secrétaire général Abdelaziz Belkhadem.  Le parti "ambitionne de présider dans environ 1.000 communes", a-t-il dit.

Il devance le RND qui a fait une percée électorale en s'assurant le contrôle de 132 communes, contre 107 en 2007. Le RND, deuxième force politique représentée à l'Assemblée nationale, a également remporté la majorité relative dans 215 assemblées communales.

Le FLN et le RND sont suivis par la révélation de ce scrutin, le Mouvement populaire algérien (MPA) qui obtenu 6% des sièges en s'assurant une majorité absolue dans 12 communes. Ce parti dirigé par le ministre de l'Environnement Amara Benyounès a obtenu son agrément dans le cadre des réformes politiques initiées par M. Bouteflika.

Les partis d'opposition du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition laïque) et du FFS ont obtenu la majorité absolue dans 13 et 11 municipalités, principalement dans leur fief en Kabylie (à l'est d'Alger). Après l'instauration du multipartisme en 1989, le Front islamique du salut (FIS, dissous) avait remporté haut la main les premières élections locales pluralistes en juin 1990.

Le FIS a failli rééditer son score aux élections législatives de décembre 1991, annulées par les militaires en janvier 1992 alors qu'il était en passe de remporter le scrutin. Cette décision a plongé l'Algérie dans une guerre civile qui a fait près de 200.000 morts, selon des sources officielles.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie - Maroc : 20 après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Algérie - Maroc : 20 après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de s[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex