Extension Factory Builder
01/12/2012 à 17:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pierre Moscovici, Daniel Kablan Duncan et Pascal Canfin, le 1er décembre à Abidjan. Pierre Moscovici, Daniel Kablan Duncan et Pascal Canfin, le 1er décembre à Abidjan. © AFP

La France a donné samedi le coup d'envoi d'une aide massive au développement de la Côte d'Ivoire, affichant un soutien appuyé même si des inquiétudes commencent à poindre à Paris sur la capacité d'Abidjan à en finir avec les tensions nées de le crise meurtrière de 2010-2011.

La France a donné samedi le coup d'envoi d'une aide massive au développement de la Côte d'Ivoire, affichant un soutien appuyé même si des inquiétudes commencent à poindre à Paris sur la capacité d'Abidjan à en finir avec les tensions nées de le crise meurtrière de 2010-2011.

Le ministres français de l'Economie et du Développement, Pierre Moscovici et Pascal Canfin, ont signé à Abidjan avec le gouvernement ivoirien un contrat de désendettement-développement (C2D) de 630 millions d'euros sur la période 2013-2015. Sur une durée de 15 à 20 ans, l'aide représentera en tout 2,85 milliards d'euros, une somme qui provient de la récente annulation quasi-totale de la dette ivoirienne à l'égard de Paris.

C'est une visite "symbolique" de "la nouvelle relation que nous voulons construire avec l'Afrique subsaharienne", sur la base de "valeurs" comme "le progrès social, la transparence, la bonne gouvernance et l'égalité", a déclaré Pierre Moscovici devant des journalistes.Ce C2D est "exceptionnel par son montant", a-t-il souligné.

Des projets précis sont identifiés: construction et réhabilitation d'écoles, d'hôpitaux et de tribunaux, aménagement des pistes rurales, assainissement de la métropole d'Abidjan...Soulignant que son pays était "quasiment en ruines" au sortir de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a remercié la France pour son soutien "sans cesse renouvelé".

Le contrat de développement a été préparé sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Durant son mandat, la France a joué un rôle décisif, en particulier militaire, dans l'installation en avril 2011 du chef de l'Etat Alassane Ouattara, à la fin de la crise qui l'opposait à son prédécesseur Laurent Gbagbo.

Mais, depuis, la France est parfois accusée d'une trop grande indulgence à l'égard de son ex-colonie. Or, l'ONU a dénoncé samedi des cas de torture et des détentions arbitraires, un signal d'alarme qui intervient après ceux d'ONG internationales accusant l'armée ivoirienne d'exactions massives.

"Nous sommes préoccupés par ce que nous pouvons lire dans ces rapports", a reconnu Pascal Canfin, tout en démentant que Paris soit "en retrait" sur la question des droits de l'Homme.

"Message de confiance"

Selon lui, la France sera "très attentive" sur "l'approfondissement de la réconciliation", encore très limitée, même s'il s'agit d'un "processus complexe". "Nous ne sommes pas là pour donner des leçons", a toutefois averti Pierre Moscovici après un entretien avec le président Ouattara.

Le Premier ministre ivoirien, dont le gouvernement a récemment reconnu de possibles "dérapages" de militaires, a fait valoir les avancées réalisées selon lui en matière de réconciliation et de sécurité. Et les responsables français ont surtout insisté à Abidjan sur leur "message de confiance". "Nous parions sur le développement de la Côte d'Ivoire", a lancé le ministre du Développement. "Dans ce moment important pour votre pays, de réconciliation et de redressement", "la France est à votre côté", a renchéri celui de l'Economie.

Leur délégation était d'ailleurs accompagnée par douze entreprises françaises, dont des PME, appelées par Pierre Moscovici à "passer à l'offensive" pour garder à la France, dans la "compétition" livrée face à la Chine notamment, son statut de premier partenaire commercial du pays, hors pétrole. Malgré cet optimisme affiché, des inquiétudes plus marquées commencent à s'exprimer à Paris.

Le Quai d'Orsay a appelé cette semaine les autorités ivoiriennes à faire "cesser sans délai toutes ces exactions" et à combattre "l'impunité quels que soient les auteurs de ces crimes". Selon une source diplomatique, la France est inquiète du "délitement progressif de la situation ivoirienne et des difficultés du président Alassane Ouattara à asseoir son autorité".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d'Ivoire

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d'Ivoire

D'ici à 2018, la Côte d'Ivoire devrait s'être dotée de 175 représentations diplomatiques. Résultat d'une réforme de la diplomatie à la fois ambitieuse et... économe.[...]

Livres : Houphouët par son docteur

Le médecin Edmond Bertrand publie ses carnets de souvenirs avec l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny.[...]

NSIA-Banque nationale du Canada, "une alliance de long terme"

La Banque Nationale du Canada a confirmé le 25 mars l'information publiée une dizaine de jours plus tôt par Jeune Afrique. Elle entre au capital de l'ivoirien NSIA, prenant 20,9% des parts.[...]

Msgr Paul Siméon Ahouanan : "Les Ivoiriens doivent apprendre à se pardonner pour avancer"

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a nommé le 24 mars l'archevêque métropolitain de Bouaké à la présidence de la nouvelle Commission nationale de réconciliation[...]

Côte d'Ivoire : investi par le RDR, Alassane Ouattara est officiellement candidat à sa réélection

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement désigné dimanche candidat du Rassemblement des républicains (RDR) à l'élection présidentielle d'octobre[...]

Côte d'Ivoire : le président Ouattara désigné dimanche candidat à sa succession

Le président ivoirien Alassane Ouattara sera investi dimanche par son parti comme candidat à la présidentielle d'octobre, une élection cruciale pour ce pays qui sort d'une décennie de crise [...]

La Guinée équatoriale doit-elle craindre la menace terroriste ?

Le chef de l'État de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, a affirmé jeudi disposer d'informations suffisantes pour craindre une attaque terroriste sur son sol.[...]

Côte d'Ivoire : première sortie pour Affi

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a effectué mercredi sa première tournée hors de Côte d’Ivoire depuis la levée des sanctions de l’ONU[...]

Côte d'Ivoire : vers un front anti-Ouattara des frondeurs du FPI et du PDCI ?

Après un long entretien avec Abou Drahamane Sangaré, Mamadou Koulibaly, président de Liberté et démocratie pour la République (Lider), a déclaré mercredi soir qu'une[...]

Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo, la prison, l'amnistie ou la CPI

Peu avant d'être condamnée à vingt ans de prison, l'ex-première dame de Côte d'Ivoire s'est dite prête à "pardonner", pour le bien du pays. Ouattara en fera-t-il[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121201171423 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121201171423 from 172.16.0.100