Extension Factory Builder
01/12/2012 à 17:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pierre Moscovici, Daniel Kablan Duncan et Pascal Canfin, le 1er décembre à Abidjan. Pierre Moscovici, Daniel Kablan Duncan et Pascal Canfin, le 1er décembre à Abidjan. © AFP

La France a donné samedi le coup d'envoi d'une aide massive au développement de la Côte d'Ivoire, affichant un soutien appuyé même si des inquiétudes commencent à poindre à Paris sur la capacité d'Abidjan à en finir avec les tensions nées de le crise meurtrière de 2010-2011.

La France a donné samedi le coup d'envoi d'une aide massive au développement de la Côte d'Ivoire, affichant un soutien appuyé même si des inquiétudes commencent à poindre à Paris sur la capacité d'Abidjan à en finir avec les tensions nées de le crise meurtrière de 2010-2011.

Le ministres français de l'Economie et du Développement, Pierre Moscovici et Pascal Canfin, ont signé à Abidjan avec le gouvernement ivoirien un contrat de désendettement-développement (C2D) de 630 millions d'euros sur la période 2013-2015. Sur une durée de 15 à 20 ans, l'aide représentera en tout 2,85 milliards d'euros, une somme qui provient de la récente annulation quasi-totale de la dette ivoirienne à l'égard de Paris.

C'est une visite "symbolique" de "la nouvelle relation que nous voulons construire avec l'Afrique subsaharienne", sur la base de "valeurs" comme "le progrès social, la transparence, la bonne gouvernance et l'égalité", a déclaré Pierre Moscovici devant des journalistes.Ce C2D est "exceptionnel par son montant", a-t-il souligné.

Des projets précis sont identifiés: construction et réhabilitation d'écoles, d'hôpitaux et de tribunaux, aménagement des pistes rurales, assainissement de la métropole d'Abidjan...Soulignant que son pays était "quasiment en ruines" au sortir de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a remercié la France pour son soutien "sans cesse renouvelé".

Le contrat de développement a été préparé sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Durant son mandat, la France a joué un rôle décisif, en particulier militaire, dans l'installation en avril 2011 du chef de l'Etat Alassane Ouattara, à la fin de la crise qui l'opposait à son prédécesseur Laurent Gbagbo.

Mais, depuis, la France est parfois accusée d'une trop grande indulgence à l'égard de son ex-colonie. Or, l'ONU a dénoncé samedi des cas de torture et des détentions arbitraires, un signal d'alarme qui intervient après ceux d'ONG internationales accusant l'armée ivoirienne d'exactions massives.

"Nous sommes préoccupés par ce que nous pouvons lire dans ces rapports", a reconnu Pascal Canfin, tout en démentant que Paris soit "en retrait" sur la question des droits de l'Homme.

"Message de confiance"

Selon lui, la France sera "très attentive" sur "l'approfondissement de la réconciliation", encore très limitée, même s'il s'agit d'un "processus complexe". "Nous ne sommes pas là pour donner des leçons", a toutefois averti Pierre Moscovici après un entretien avec le président Ouattara.

Le Premier ministre ivoirien, dont le gouvernement a récemment reconnu de possibles "dérapages" de militaires, a fait valoir les avancées réalisées selon lui en matière de réconciliation et de sécurité. Et les responsables français ont surtout insisté à Abidjan sur leur "message de confiance". "Nous parions sur le développement de la Côte d'Ivoire", a lancé le ministre du Développement. "Dans ce moment important pour votre pays, de réconciliation et de redressement", "la France est à votre côté", a renchéri celui de l'Economie.

Leur délégation était d'ailleurs accompagnée par douze entreprises françaises, dont des PME, appelées par Pierre Moscovici à "passer à l'offensive" pour garder à la France, dans la "compétition" livrée face à la Chine notamment, son statut de premier partenaire commercial du pays, hors pétrole. Malgré cet optimisme affiché, des inquiétudes plus marquées commencent à s'exprimer à Paris.

Le Quai d'Orsay a appelé cette semaine les autorités ivoiriennes à faire "cesser sans délai toutes ces exactions" et à combattre "l'impunité quels que soient les auteurs de ces crimes". Selon une source diplomatique, la France est inquiète du "délitement progressif de la situation ivoirienne et des difficultés du président Alassane Ouattara à asseoir son autorité".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le 'miracle' économique à l'épreuve

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121201171423 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121201171423 from 172.16.0.100