Extension Factory Builder
24/11/2012 à 10:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat israélien surveille une manifestation de jeunes palestiniens, à la frontière entre Gaza Un soldat israélien surveille une manifestation de jeunes palestiniens, à la frontière entre Gaza © AFP

Israël maintenait samedi des mesures de sécurité sévères au lendemain de la mort d'un Palestinien tué par l'armée israélienne dans la bande de Gaza, premier test pour la trêve entre Israël et le Hamas au pouvoir dans l'enclave palestinienne. L'accès de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, troisième lieu saint de l'Islam, a été notamment interdit aux Palestiniens de moins de 40 ans.

Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a dénoncé "une première violation israélienne de la trêve" entrée en vigueur mercredi à 19h00 GMT, précisant que l'Egypte, médiateur de l'accord, en serait saisie.

Anouar Abdelhadi Qdeih, 20 ans, a été tué et 19 autres Palestiniens blessés par les tirs de soldats israéliens dans le village de Khouzaa, à l'est de Khan Younès, a précisé à l'AFP un porte-parole des services d'urgences à Gaza, Adham Abou Selmiya. Selon des témoins, les soldats ont tiré à partir de leur position de Kissoufim sur un groupe de Palestiniens, des agriculteurs pour la plupart, qui tentaient de se rendre sur leurs terres situées près de la bande frontalière, dont l'armée interdit l'accès sous peine d'ouverture du feu. L'armée a affirmé que "quelque 300 Palestiniens qui tentaient de se rapprocher de la clôture de sécurité se sont livrés à des violences et ont endommagé la clôture".

"Les soldats ont procédé à des tirs de sommation mais les Palestiniens ont continué à se rapprocher et les militaires ont alors tiré en direction des jambes", a dit une porte-parole militaire, ajoutant que l'un des Palestiniens avait réussi à franchir la frontière avant d'être renvoyé de l'autre côté. Selon M. Abou Zouhri, "les tirs de l'occupant ont visé directement les agriculteurs qui retournaient sur leurs terres dans la zone frontalière et c'est la première violation israélienne de la trêve". Le Hamas "la suivra via le médiateur égyptien pour s'assurer qu'elle ne se reproduira pas".

Majorité de civils tués

Jeudi, six Palestiniens avaient été blessés dans des incidents de ce type à la frontière, selon les services d'urgences. Le député palestinien indépendant Moustapha Barghouthi a dénoncé dans un communiqué "une très grave violation du cessez-le-feu", appelant "les Etats-Unis et les pays qui ont contribué à le mettre en place à exercer une pression immédiate et efficace sur Israël". "Si ces actions ne sont pas arrêtées immédiatement, Israël prend un grave risque de faire s'effondrer cette trêve précaire", estimé M. Barghouthi, venu à Gaza de Cisjordanie en signe de solidarité.

Mercredi soir, dans l'heure qui avait suivi le cessez-le-feu, douze roquettes avaient été tirées contre le territoire israélien, sans faire de blessé, selon la police. D'autre part, un Palestinien est mort vendredi asphyxié après avoir "inhalé un gaz toxique" alors qu'il réparait avec trois autres hommes un tunnel endommagé par les raids israéliens durant l'offensive dans le secteur de Rafah (sud), a annoncé le ministère de la Santé du Hamas.

En Cisjordanie, l'armée israélienne poursuivait ses arrestations à la suite de manifestations, parfois violentes, de solidarité avec la bande de Gaza. Vendredi, elle a arrêté 28 Palestiniens, dont cinq députés du Hamas, après 55 la veille. L'armée a confirmé avoir arrêté quatre parlementaires du Hamas. Parmi eux, figure l'influent Mahmoud al-Ramahi, ancien secrétaire général du Conseil législatif, le Parlement palestinien, déjà arrêté à plusieurs reprises.

"Protéger le peuple"

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a appelé jeudi les groupes armés à respecter la trêve, conclue après huit jours d'hostilités qui ont coûté la vie à 166 Palestiniens, en majorité des civils, dont au moins 43 enfants et 13 femmes, et à six Israéliens, quatre civils et deux soldats. "Je demande à tous (...) d'agir conformément à l'accord", a dit M. Haniyeh. "Nous avons la grande responsabilité, en tant que gouvernement, de protéger notre peuple ainsi que cet accord, auquel l'occupant s'est engagé". En Israël, un sondage commandé par le quotidien Maariv à la veille de primaires du Likoud, principal parti de la coalition au pouvoir, a montré que 49% des personnes interrogées étaient en faveur d'une poursuite des frappes israéliennes contre 31% d'accord avec la trêve en vigueur.

A l'étranger, le président syrien Bachar al-Assad et le chef du Parlement iranien Ali Larijani, dont le pays soutient le Hamas, se sont félicités à Damas de "l'échec" de l'offensive israélienne sur Gaza, réaffirmant leur engagement aux côtés de la "résistance" à l'Etat hébreu, selon l'agence officielle Sana. De son côté, le département d'Etat américain a annoncé vendredi que la conférence prévue en décembre à Helsinki sur un Moyen-Orient sans armes nucléaires n'aurait pas lieu, en raison de la situation actuelle dans la région et de l'absence de consensus entre les pays concernés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Sahara occidental : le Conseil de sécurité de l'ONU va adopter une résolution modérée

Une résolution sur le Sahara occidental devrait être adoptée le 29 avril par le Conseil de sécurité de l'ONU. Selon des sources diplomatiques, celle-ci ne prévoira pas de système de[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Racisme : en Tunisie, Slah Mosbah ne veut plus être "le Noir de service"

Le chanteur Slah Mosbah, l'un des plus populaires de Tunisie, ne veut plus être "le Noir de service" qui cache une forêt de préjugés. À 55 ans, il songe même à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces