Extension Factory Builder
23/11/2012 à 10:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président égyptien Mohamed Morsi, le 22 novembre 2012 au Caire. Le président égyptien Mohamed Morsi, le 22 novembre 2012 au Caire. © AFP

Le président islamiste égyptien Mohamed Morsi a décidé jeudi 22 novembre de renforcer considérablement ses pouvoirs, en particulier face à la justice, une annonce justifiée par la "défense" de la révolution de 2011 mais qui lui vaut d'être qualifié de "nouveau pharaon" par l'opposition.

Des manifestations rivales avaient lieu en soirée dans le centre du Caire pour appuyer ou dénoncer les décisions de M. Morsi, un ancien haut responsable des Frères musulmans élu président en juin 2012.

« Le président peut prendre toute décision ou mesure pour protéger la révolution », a annoncé le porte-parole de la présidence, Yasser Ali, en lisant une « déclaration constitutionnelle » à la télévision.

« Les déclarations constitutionnelles, décisions et lois émises par le président sont définitives et ne sont pas sujettes à appel » en attendant une nouvelle Constitution, a-t-il ajouté.

Ces décisions visent à « nettoyer les institutions » et « détruire les infrastructures de l'ancien régime », a-t-il ajouté en référence à l'époque du président Hosni Moubarak, déchu en février 2011 sous la pression de la rue.

Il a à cet égard demandé « de nouvelles enquêtes et jugements » dans les affaires de meurtres de manifestants lors de la révolte de 2011, faisant planer une menace sur certains hauts responsables militaires ou de la police, voire un nouveau procès pour M. Moubarak en détention à perpétuité.

Cette annonce survient au lendemain d'un accord de cessez-le-feu entre Israël et les groupes armés palestiniens de la bande de Gaza, pour lequel M. Morsi a joué un rôle important largement salué par la communauté internationale.

L'opposant Mohammed El Baradei, prix Nobel de la Paix, a accusé M. Morsi de se proclamer « nouveau pharaon d'Égypte ». « Aujourd'hui, Morsi a usurpé tous les pouvoirs. Un énorme coup porté à la révolution qui pourrait avoir d'épouvantables conséquences », a-t-il écrit sur Twitter.

Manifestations rivales

Des formations de l'opposition égyptienne ont dénoncé jeudi soir l'annonce du renforcement des pouvoirs de M. Morsi et ont appelé à des manifestations nationales de protestation.

« C'est un coup contre la légitimité (...) Nous appelons tous les Egyptiens à protester vendredi sur toutes les places d'Égypte », a déclaré Sameh Achour, chef du syndicat des avocats, lors d'une conférence de presse conjointe avec El Baradei et un autre opposant de poids, Amr Moussa.

Des centaines de manifestants en colère se sont rassemblés non loin de la place Tahrir pour dénoncer l'annonce du chef de l'État. « Nous n'avons pas mené une révolte pour remplacer un dictateur par un autre », a fustigé Khaled Ali.

À quelques kilomètres de là, des centaines de manifestants réunis devant le Palais de justice ont en revanche apporté leur soutien à M. Morsi.

« (Sa) décision va permettre de rendre justice aux martyrs et de contraindre les corrompus à rendre des comptes », s'est félicité Mahmoud Sultan.

M. Morsi cumule déjà les pouvoirs exécutif et législatif - la chambre des députés a été dissoute en juin -, et entretient des relations tendues avec une grande partie de l'appareil judiciaire.

Il a décidé jeudi de limoger le procureur général, Abdel Meguid Mahmoud, qu'il avait échoué à démettre de ses fonctions en octobre, et a désigné un autre juge, Talaat Ibrahim Abdallah, pour le remplacer pour quatre ans. M. Mahmoud avait été nommé sous M. Moubarak.

Du positif et du négatif

M. Morsi a également décidé qu'aucune instance judiciaire ne pouvait dissoudre la commission chargée de rédiger la future Constitution, critiquée par les milieux libéraux, laïques et l'église chrétienne copte, qui l'accusent d'être dominée par les islamistes.

Sa composition fait actuellement l'objet d'un recours devant la Haute cour constitutionnelle.

Il a aussi étendu de deux mois le mandat de cette commission, qui avait initialement jusqu'à mi-décembre pour présenter un projet de loi fondamentale pour remplacer celle en vigueur sous M. Moubarak.

« Il y a du positif et du négatif » dans ces annonces, a estimé Heba Morayef, de l'organisation Human Rights Watch. Les nouvelles enquêtes sur les meurtres commis durant la révolte anti-Moubarak « sont une bonne décision » et le procureur général hérité de l'ancien régime « devait changer », estime-t-elle.

« Le problème fondamental, qui menace l'État de droit et tout l'équilibre démocratique, c'est de donner une immunité à tous ses décrets en attendant qu'il y ait une nouvelle Constitution », ajoute-t-elle.

M. Morsi avait déjà renforcé son pouvoir en écartant en août le ministre de la Défense Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Le chef de l’État égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a effectué samedi une brève visite à Ryad pendant laquelle il s'est entretenu avec le roi Salmane d'Arabie saoudite alors que les deux pay[...]

Espagne : Sissi à Madrid, les défenseurs des droits de l'homme dénoncent la répression en Égypte

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a reçu jeudi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Une visite d'un jour mal accueillie par les défenseurs des droits de l'homme qui[...]

En Égypte, c'est "la restauration"

Peu d'entre vous le savent : les États-Unis ont tranquillement repris, il y a un mois, leur aide militaire de 1,3 milliard de dollars par an à l'Égypte.[...]

Égypte : rassemblement anti-voile place Tahrir, les femmes s'expriment

L’écrivain et journaliste égyptien Cherif Choubachy a appelé, le 6 avril, sur sa page Facebook, les femmes égyptiennes à retirer leur voile sur la place Tahrir le 1er mai. Un appel qui fait[...]

Rapprochement en cours entre la Côte d'Ivoire et l'Égypte

Snobée par certains poids lourds du continent, tels que l'Afrique du Sud et l'Angola, la Côte d'Ivoire a désormais les yeux tournés vers la République arabe d'Égypte, dont elle[...]

Égypte : Mohamed Morsi, sans l'auréole du martyr

Alors que le régime du maréchal Sissi éradique les Frères musulmans à tour de bras, le président déchu écope de vingt ans de prison. Une condamnation à mort[...]

Ligue arabe : réunion des chefs d'état-major, première étape vers une force conjointe ?

Une commission regroupant les chefs d'état-major des membres de la Ligue arabe a entamé mercredi au Caire les travaux destinés à mettre sur pied une force arabe conjointe. Fin mars, l'organisation[...]

Égypte : l'ancien président Mohamed Morsi condamné à vingt ans de prison

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, a été condamné mardi à vingt ans de prison. Il risquait la peine de mort.[...]

Égypte : verdict attendu pour Mohamed Morsi, qui risque la peine de mort

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, pourrait écoper de la peine de mort mardi pour "incitation au meurtre", plus de 20 mois après sa destitution par l'ex-chef de l'armée[...]

Égypte : 11 condamnés à mort pour des heurts lors d'un match de foot

Onze supporters ont été condamnés à la peine capitale dimanche en Égypte lors d'un nouveau procès des émeutes en 2012 à Port-Saïd. Elles avaient fait 74 morts dans un [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121123102328 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121123102328 from 172.16.0.100