Extension Factory Builder
18/11/2012 à 16:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra, le 20 septembre 2012 à Paris. Le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra, le 20 septembre 2012 à Paris. © AFP

Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a jugé dimanche à Ouagadougou le dialogue "inévitable" avec Ansar Eddine, l'un des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, et la rébellion touareg du MNLA, deux mouvements "maliens".

"Le dialogue est inévitable, les gens qui composent le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) ou Ansar Eddine sont nos compatriotes, ce sont des Maliens" même si certains ne trouvent pas leurs positions "défendables", a-t-il dit après un entretien avec le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur pour la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

M. Diarra a souhaité que les conditions d'un dialogue soient réunies "le plus rapidement possible".

Il ne s'est toutefois pas avancé sur un calendrier et n'a pas dit quand Bamako comptait installer la structure promise pour le dialogue, alors que parallèlement se prépare une intervention armée africaine pour aider le Mali à rétablir son unité.

"Paix durable"

Selon le chef du gouvernement malien de transition, le futur dialogue, censé aboutir à une "paix durable" et une société traitant à égalité les "communautés ethniques", permettra de distinguer "les revendications légitimes" de celles qui ne le sont pas.

Ces discussions ne concerneront pas "les terroristes et les narcotrafiquants" qui pour "la plupart ne sont pas des citoyens maliens", a-t-il insisté.

Le nord du Mali est occupé depuis avril par les islamistes d'Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam), mouvement essentiellement composé de Touareg maliens, et les jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), groupe très impliqué dans le trafic de drogue.

Ansar Eddine et le MNLA, rébellion touareg, laïque et favorable à l'autodétermination du Nord malien (mais où elle a été évincée par les islamistes) négocient actuellement avec M. Compaoré. Après leurs premières discussions directes sous l'égide du médiateur, les deux groupes ont fait vendredi une offre de dialogue à Bamako pour sortir de la crise.

Ansar Eddine a fait d'importantes concessions cette semaine, annonçant notamment renoncer à imposer dans tout le Mali la charia (loi islamique) - que les islamistes armés appliquent avec une extrême rigueur -, sauf dans son fief du Kidal (nord-est).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un attentat-su[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Mali : ce qu'il faut savoir de la libération de l'otage néerlandais Sjaak Rijke

Le Néerlandais Sjaak Rijke, retenu en otage par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré lundi à l'aube lors d'une opération des forces spéciales[...]

Un otage néerlandais libéré par l'armée française au Mali

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais détenu par le groupe islamiste Aqmi lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121118162233 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121118162233 from 172.16.0.100