Extension Factory Builder
18/11/2012 à 11:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacob Zuma proclame son innocence, le 7 avril 2009 devant la Haute Cour de Durban. Jacob Zuma proclame son innocence, le 7 avril 2009 devant la Haute Cour de Durban. © AFP

Le journal "Sunday Times" a fait dimanche de nouvelles révélations embarrassantes pour le président sud-africain Jacob Zuma, attestant des fortes pressions exercées pour que la justice renonce in extremis à le poursuivre pour corruption en 2009.

Le parquet sud-africain a tenté en vain de bloquer la parution de l'article et saisi en référé un tribunal de Pretoria qui en a finalement autorisé la publication tard samedi soir.

Inculpé en 2007 dans une vaste affaire de corruption autour d'un contrat public d'armement, dans laquelle un de ses conseillers a été condamné, M. Zuma avait été blanchi trois semaines avant le scrutin présidentiel du 22 avril 2009.

Selon le Sunday Times, qui s'est procuré 300 pages d'emails internes à la justice, mémos et minutes de réunions de l'époque, le magistrat instructeur, qui avait contre toute attente levé les charges pesant contre M. Zuma, a subi d'intenses pressions pour prendre cette décision.

"Ces documents posent des questions sur la raison pour laquelle le magistrat en charge du dossier à l'époque, Mokotedi Mpshe, a ignoré l'avis de sa hiérarchie et mis M. Zuma hors de cause, se fondant sur des enregistrements d'écoutes téléphoniques pour estimer qu'il était victime d'un complot", écrit le Sunday Times.

Au fil de ces documents, il apparaît selon le Sunday Times que ses supérieurs n'étaient pas d'accord, que les enquêteurs se sont sentis victimes d'un chantage, qu'ils ont relancé maintes fois M. Mpshe pour qu'il engage les poursuites et qu'à leurs yeux, sa décision de ne pas le faire souffre de vices juridiques majeurs.

Présidentielle de 2009

Le Sunday Times cite aussi les extraits d'un mémo adressé au parquet par l'avocat de M. Zuma insistant lourdement début 2009 pour un abandon des charges, invoquant un risque de perturber les élections ou de provoquer une crise constitutionnelle.

L'abandon des charges avait ouvert la voie à une élection sans encombre de M. Zuma, candidat de l'ANC après avoir évincé l'ancien président Thabo Mbeki à la tête du parti.

Personne n'a cependant jamais pu consulter in extenso le dossier ayant conduit le magistrat instructeur à prendre sa décision, notamment les mystérieuses écoutes téléphoniques, opportunément arrivées aux mains des avocats de M. Zuma et dont ils se sont servis pour prouver que la procédure était une manipulation d'un des principaux enquêteurs pour l'abattre politiquement.

M. Zuma, inculpé en décembre 2007 de corruption, fraude et racket, était soupçonné d'avoir sollicité des pots-de-vins auprès du groupe d'armement français Thales, alors qu'il était vice-président du pays (1999-2005).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121118114829 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121118114829 from 172.16.0.100