Extension Factory Builder
18/11/2012 à 11:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacob Zuma proclame son innocence, le 7 avril 2009 devant la Haute Cour de Durban. Jacob Zuma proclame son innocence, le 7 avril 2009 devant la Haute Cour de Durban. © AFP

Le journal "Sunday Times" a fait dimanche de nouvelles révélations embarrassantes pour le président sud-africain Jacob Zuma, attestant des fortes pressions exercées pour que la justice renonce in extremis à le poursuivre pour corruption en 2009.

Le parquet sud-africain a tenté en vain de bloquer la parution de l'article et saisi en référé un tribunal de Pretoria qui en a finalement autorisé la publication tard samedi soir.

Inculpé en 2007 dans une vaste affaire de corruption autour d'un contrat public d'armement, dans laquelle un de ses conseillers a été condamné, M. Zuma avait été blanchi trois semaines avant le scrutin présidentiel du 22 avril 2009.

Selon le Sunday Times, qui s'est procuré 300 pages d'emails internes à la justice, mémos et minutes de réunions de l'époque, le magistrat instructeur, qui avait contre toute attente levé les charges pesant contre M. Zuma, a subi d'intenses pressions pour prendre cette décision.

"Ces documents posent des questions sur la raison pour laquelle le magistrat en charge du dossier à l'époque, Mokotedi Mpshe, a ignoré l'avis de sa hiérarchie et mis M. Zuma hors de cause, se fondant sur des enregistrements d'écoutes téléphoniques pour estimer qu'il était victime d'un complot", écrit le Sunday Times.

Au fil de ces documents, il apparaît selon le Sunday Times que ses supérieurs n'étaient pas d'accord, que les enquêteurs se sont sentis victimes d'un chantage, qu'ils ont relancé maintes fois M. Mpshe pour qu'il engage les poursuites et qu'à leurs yeux, sa décision de ne pas le faire souffre de vices juridiques majeurs.

Présidentielle de 2009

Le Sunday Times cite aussi les extraits d'un mémo adressé au parquet par l'avocat de M. Zuma insistant lourdement début 2009 pour un abandon des charges, invoquant un risque de perturber les élections ou de provoquer une crise constitutionnelle.

L'abandon des charges avait ouvert la voie à une élection sans encombre de M. Zuma, candidat de l'ANC après avoir évincé l'ancien président Thabo Mbeki à la tête du parti.

Personne n'a cependant jamais pu consulter in extenso le dossier ayant conduit le magistrat instructeur à prendre sa décision, notamment les mystérieuses écoutes téléphoniques, opportunément arrivées aux mains des avocats de M. Zuma et dont ils se sont servis pour prouver que la procédure était une manipulation d'un des principaux enquêteurs pour l'abattre politiquement.

M. Zuma, inculpé en décembre 2007 de corruption, fraude et racket, était soupçonné d'avoir sollicité des pots-de-vins auprès du groupe d'armement français Thales, alors qu'il était vice-président du pays (1999-2005).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption 'sans fondement'

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption "sans fondement"

La Fédération sud-africaine de football s’est exprimée jeudi au sujet des accusations de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2010. Une affaire dans laquelle sont inculpés des [...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et de partenaires de la Fifa. La[...]

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers