Extension Factory Builder
18/11/2012 à 11:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacob Zuma proclame son innocence, le 7 avril 2009 devant la Haute Cour de Durban. Jacob Zuma proclame son innocence, le 7 avril 2009 devant la Haute Cour de Durban. © AFP

Le journal "Sunday Times" a fait dimanche de nouvelles révélations embarrassantes pour le président sud-africain Jacob Zuma, attestant des fortes pressions exercées pour que la justice renonce in extremis à le poursuivre pour corruption en 2009.

Le parquet sud-africain a tenté en vain de bloquer la parution de l'article et saisi en référé un tribunal de Pretoria qui en a finalement autorisé la publication tard samedi soir.

Inculpé en 2007 dans une vaste affaire de corruption autour d'un contrat public d'armement, dans laquelle un de ses conseillers a été condamné, M. Zuma avait été blanchi trois semaines avant le scrutin présidentiel du 22 avril 2009.

Selon le Sunday Times, qui s'est procuré 300 pages d'emails internes à la justice, mémos et minutes de réunions de l'époque, le magistrat instructeur, qui avait contre toute attente levé les charges pesant contre M. Zuma, a subi d'intenses pressions pour prendre cette décision.

"Ces documents posent des questions sur la raison pour laquelle le magistrat en charge du dossier à l'époque, Mokotedi Mpshe, a ignoré l'avis de sa hiérarchie et mis M. Zuma hors de cause, se fondant sur des enregistrements d'écoutes téléphoniques pour estimer qu'il était victime d'un complot", écrit le Sunday Times.

Au fil de ces documents, il apparaît selon le Sunday Times que ses supérieurs n'étaient pas d'accord, que les enquêteurs se sont sentis victimes d'un chantage, qu'ils ont relancé maintes fois M. Mpshe pour qu'il engage les poursuites et qu'à leurs yeux, sa décision de ne pas le faire souffre de vices juridiques majeurs.

Présidentielle de 2009

Le Sunday Times cite aussi les extraits d'un mémo adressé au parquet par l'avocat de M. Zuma insistant lourdement début 2009 pour un abandon des charges, invoquant un risque de perturber les élections ou de provoquer une crise constitutionnelle.

L'abandon des charges avait ouvert la voie à une élection sans encombre de M. Zuma, candidat de l'ANC après avoir évincé l'ancien président Thabo Mbeki à la tête du parti.

Personne n'a cependant jamais pu consulter in extenso le dossier ayant conduit le magistrat instructeur à prendre sa décision, notamment les mystérieuses écoutes téléphoniques, opportunément arrivées aux mains des avocats de M. Zuma et dont ils se sont servis pour prouver que la procédure était une manipulation d'un des principaux enquêteurs pour l'abattre politiquement.

M. Zuma, inculpé en décembre 2007 de corruption, fraude et racket, était soupçonné d'avoir sollicité des pots-de-vins auprès du groupe d'armement français Thales, alors qu'il était vice-président du pays (1999-2005).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le weekend dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directeur de cabinet au ministère des T&[...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers