Extension Factory Builder
17/11/2012 à 17:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
ne affiche électorale du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). ne affiche électorale du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). © AFP

La campagne pour les législatives et municipales du 2 décembre s'est ouverte samedi au Burkina Faso, des élections qui auront valeur de test pour le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 25 ans mais qui a failli être emporté en 2011 par une crise sans précédent.

Quelque 4,3 millions d'électeurs sont appelés à participer à ces scrutins organisés pour la première fois ensemble dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.

Il s'agit des premières élections depuis la crise du premier semestre 2011: installé depuis le coup d'Etat de 1987, le régime Compaoré avait été confronté à des manifestations populaires et surtout à une vague de mutineries qui ont touché jusqu'à la garde présidentielle.

Le parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), est en pleine réorganisation. Plusieurs dignitaires ont été écartés de la direction au profit de l'ascension du frère cadet du président, François Compaoré.

François Compaoré brigue son premier poste électif à Ouagadougou. Il est surtout soupçonné, malgré ses démentis, de vouloir succéder au chef de l'Etat.

Blaise Compaoré, dont le dernier mandat s'achève en 2015, entretient toujours le mystère sur sa succession, refusant de dire s'il briguera ou non un nouveau bail après une modification éventuelle de la Constitution, réclamée par ses partisans.

127 sièges de députés

Cette année, 127 sièges de députés sont à pourvoir aux législatives, contre 111 auparavant.

Les électeurs se sont inscrits pour la première fois sur les listes via un recensement biométrique. C'était une revendication de l'opposition, qui a régulièrement accusé le pouvoir de fraudes lors des scrutins, comme lors de la présidentielle de 2010.

Dans un message radiotélévisé, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Me Barthélémy Kéré, a appelé les candidats et leurs partisans à "s'abstenir de tout comportement de nature à mettre en péril l'unité nationale".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en Afri[...]

Élections : la carte interactive de la biométrie en Afrique

En Afrique comme ailleurs, les élections riment parfois avec fraudes ou, tout au moins, soupçons de votes multiples, de bourrages d'urnes et de manipulations en tous genres... Alors, pour réconcilier les[...]

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Les conséquences de l'adoption du nouveau code électoral burkinabè - qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré - sont[...]

Burkina Faso : l'affaire Thomas Sankara, chronique d'un déni de justice

Alors que l'enquête vient d'être relancée par la justice militaire du Burkina, retour sur dix-huit années de blocages judiciaires autour de l'assassinat de Thomas Sankara.[...]

Présidentielle burkinabè : la veuve de Sankara, dernière chance des sankaristes ?

Les mouvements sankaristes burkinabè tenteront-ils un coup de poker, en désignant la veuve de Thomas Sankara candidate à la présidentielle d’octobre ? Ou le coup de théâtre se[...]

Burkina : Mariam Sankara bientôt de retour à Ouagadougou ?

Selon plusieurs sources, Mariam Sankara se rendra dans les prochaines semaines au Burkina.[...]

Burkina : trois ex-ministres de Compaoré sortent de prison, un autre y entre

Selon des sources judiciaires et sécuritaires burkinabè, trois anciens ministres de Blaise Compaoré, interpellés pour des malversations présumées, ont été remis mardi en[...]

Burkina Faso : Djibrill Bassolé, ou l'art du rebond

À Ouagadougou, les ambitions présidentielles de l'ancien ministre ne sont un secret pour personne. Rencontre avec un homme qui a presque réussi à faire oublier qu'il avait été un[...]

Burkina Faso : deux anciens ministres de Blaise Compaoré déférés au parquet

Jérôme Bougouma, ex-ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité, et Salif Kaboré, ex-ministre des Mines et de l’Énergie, ont été[...]

Burkina Faso : le nouveau code électoral promulgué, le camp Compaoré vent debout

Le chef de l'Etat burkinabè Michel Kafando a promulgué vendredi un nouveau code électoral controversé, excluant de la présidentielle et des législatives d'octobre les partisans du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121117173821 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121117173821 from 172.16.0.100