Extension Factory Builder
17/11/2012 à 17:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
ne affiche électorale du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). ne affiche électorale du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). © AFP

La campagne pour les législatives et municipales du 2 décembre s'est ouverte samedi au Burkina Faso, des élections qui auront valeur de test pour le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 25 ans mais qui a failli être emporté en 2011 par une crise sans précédent.

Quelque 4,3 millions d'électeurs sont appelés à participer à ces scrutins organisés pour la première fois ensemble dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.

Il s'agit des premières élections depuis la crise du premier semestre 2011: installé depuis le coup d'Etat de 1987, le régime Compaoré avait été confronté à des manifestations populaires et surtout à une vague de mutineries qui ont touché jusqu'à la garde présidentielle.

Le parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), est en pleine réorganisation. Plusieurs dignitaires ont été écartés de la direction au profit de l'ascension du frère cadet du président, François Compaoré.

François Compaoré brigue son premier poste électif à Ouagadougou. Il est surtout soupçonné, malgré ses démentis, de vouloir succéder au chef de l'Etat.

Blaise Compaoré, dont le dernier mandat s'achève en 2015, entretient toujours le mystère sur sa succession, refusant de dire s'il briguera ou non un nouveau bail après une modification éventuelle de la Constitution, réclamée par ses partisans.

127 sièges de députés

Cette année, 127 sièges de députés sont à pourvoir aux législatives, contre 111 auparavant.

Les électeurs se sont inscrits pour la première fois sur les listes via un recensement biométrique. C'était une revendication de l'opposition, qui a régulièrement accusé le pouvoir de fraudes lors des scrutins, comme lors de la présidentielle de 2010.

Dans un message radiotélévisé, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Me Barthélémy Kéré, a appelé les candidats et leurs partisans à "s'abstenir de tout comportement de nature à mettre en péril l'unité nationale".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : il faut "transformer l'essai"

Les Français disent souvent "que d'un mal peut naître un bien", tandis que chez les musulmans, on aime à se répéter le célèbre "il vous arrivera de mal accueil[...]

Burkina Faso : un certain malaise chez les amis de Blaise

Que vont devenir les anciens cadres du parti de Blaise Compaoré après la chute de leur mentor ? Les nouvelles forces politiques au pouvoir hésitent entre deux démarches.[...]

Burkina Faso : les civils au garde-à-vous ?

Depuis le départ de Blaise Compaoré, le pays, en pleine transition, s'est doté d'un exécutif bicéphale. À la présidence, Michel Kafando le diplomate ; à la primature,[...]

Burkina : 24 morts et 625 blessés dans l'insurrection populaire contre Blaise Compaoré

Selon un comité d'experts désigné par le Premier ministre Zida, 24 personnes sont mortes et 625 ont été blessées à travers le pays entre fin octobre et début novembre,[...]

Burkina : Moustapha Chafi, un nomade à découvert

Moustapha Chafi ne se mêlait pas de politique intérieure, mais ce conseiller de l'ombre a perdu, le 31 octobre, son principal protecteur en la personne de Blaise Compaoré.[...]

Gouvernement burkinabè : démission d'Adama Sagnon, compromis dans l'affaire Zongo

Sous pression de la société civile depuis hier, Adama Sagnon a démissioné mardi de son poste de ministre de la Culture dans le gouvernement de la transition. Ancien procureur sous la présidence[...]

Burkina Faso : Isaac Zida, toujours en première ligne

Peut-être le puissant général Diendéré tire-t-il des ficelles en coulisses. Mais le 31 octobre, c'est bien le lieutenant-colonel Zida qui a remplacé Compaoré au sommet[...]

Guillaume Soro : "Blaise Compaoré a évité le pire, et c'est le plus important"

L'ancien chef rebelle ivoirien a longtemps bénéficié des conseils et des largesses de son grand frère burkinabè. Aujourd'hui, Guillaume Soro réagit pour la première fois aux[...]

Burkina : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

À l'issue du premier conseil des ministres de son gouvernement, le lieutenant-colonel Isaac Zida a promis lundi de mener de nombreuses réformes et a désigné une cible : la corruption.[...]

Transition au Burkina : 4 militaires dans un gouvernement de 26 ministres

Le gouvernement de la transition a été annoncé dimanche au Burkina Faso. Au total, l'armée occupe quatre ministères clés. Le lieutenant-colonel Zida cumule notamment le poste de Premier[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces