Extension Factory Builder
17/11/2012 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Karim Wade arrive à la gendarmerie de Dakar, le 15 novembre 2012. Karim Wade arrive à la gendarmerie de Dakar, le 15 novembre 2012. © AFP

Le fils et ancien ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, Karim Wade, et six dignitaires de l'ancien régime dont quatre ex-ministres, soupçonnés d'enrichissement illicite, ont interdiction de quitter le Sénégal, a appris vendredi l'AFP de source proche de l'enquête.

"La décision concerne Karim Wade et les six (dignitaires) dont les dossiers ont été transmis à la gendarmerie pour enquête. Il leur est interdit de sortir du territoire", a affirmé cette source.

Karim Wade, qui a été entendu jeudi pendant dix heures d'affilée par les enquêteurs de la gendarmerie à Dakar, est en outre à "nouveau convoqué jeudi prochain", 22 novembre, a-t-elle ajouté.

Le fils Wade a été entendu par la section de recherches de la gendarmerie de Colobane, un quartier de Dakar, dans le cadre des enquêtes ouvertes par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Il avait déjà été entendu à deux reprises en juillet.

Son ancien ministère de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Energie, doté de gros budgets, lui avait valu d'être surnommé "Super ministre" ou "Ministre du ciel et de la terre".

Ancien conseiller de son père, Karim Wade a également occupé d'autres responsabilités, en particulier à la tête de l'Agence nationale de l'Organisation de la conférence islamique, chargée de grands travaux avant le sommet de l'OCI organisé en mars 2008 à Dakar.

"Dictature rampante"

Les quatre anciens ministres visés par les enquêtes sont Oumar Sarr, Abdoulaye Baldé, Madické Niang et Samuel Sarr, qui ont dirigé chacun plusieurs ministères différents.

Deux autres responsables, Tahibou Ndiaye, ex-directeur du cadastre, rattaché au ministère de l'Economie et des finances, et Doudou Diagne, ex-directeur de l'Urbanisme, sont également concernés.

"Aucune mesure de contrôle judiciaire n'a été légalement prise à l'encontre" des sept personnes visées et pour cette raison, "toute entrave à leur liberté d'aller et de venir constitue une inadmissible forfaiture par la violation d'une liberté constitutionnelle", a affirmé vendredi l'ex-parti au pouvoir, le Parti démocratique sénégalais (PDS), dans un communiqué transmis à l'AFP.

Le PDS estime que les personnes concernées "n'ont pas reçu notification" de la décision d'interdiction de sortie du territoire et dénonce des actes "préfigurant une dictature rampante".

La CREI, créée en 1981 par l'ancien président socialiste Abdou Diouf (1980-2000), en sommeil depuis des années, a été réactivée après l'élection en mars de Macky Sall qui a mis fin à douze ans de pouvoir d'Abdoulaye Wade.

Un dirigeant du PDS, Ousmane Ngom, avait annoncé mercredi que les dignitaires de l'ancien régime refuseraient désormais de répondre aux convocations des enquêteurs, ce qu'a ignoré Karim Wade en se présentant jeudi à la gendarmerie.

Ces ancien responsables s'estiment victimes d'une "chasse au sorcières" ouverte par le nouveau régime de Macky Sall.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Le groupe espagnol Pefaco s'apprête à racheter au groupe sénégalais Anfa ses deux casinos à Dakar, a appris "Jeune Afrique".[...]

Prolifération des sacs plastiques en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ?

Le Sénégal vient d'interdire les sacs plastiques fins sur son territoire. Le pays suit la voie de plusieurs de ses voisins en Afrique de l’Ouest qui ont déjà choisi, depuis quelques[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Souleymane Jules Diop : "L'Europe ne peut pas faire payer aux Africains les conséquences du chaos libyen !"

Depuis le début de l'année 2015, plus de 1 750 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée, dont de nombreux ressortissants du Sénégal. Une tragédie dans laquelle l'Europe[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Sénégal-Tchad : pour Hissène Habré, le compte à rebours a commencé

Les trois magistrats chargés de juger l'ancien président tchadien ont été nommés début avril, et le procès pourrait débuter en juin, à Dakar.[...]

Football : le Sénégalais Souleymane Diawara risque sept ans de prison

L’international sénégalais Souleymane Diawara est écroué depuis le 9 avril, avec un de ses frères, pour "extorsion de fonds en réunion" et "tentative[...]

Arachide : au Sénégal, Sifca lance la contre-offensive

Doublé par le groupe français Avril dans la reprise d'une partie des activités de Suneor, l'ivoirien Sifca envisage néanmoins un rapprochement stratégique avec le leader sénégalais[...]

France : pourquoi l'ex-international sénégalais Souleymane Diawara est en prison

L'ex-international sénégalais Souleymane Diawara a été écroué vendredi à la prison des Baumettes à Marseille après avoir été interpellé et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121117171717 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121117171717 from 172.16.0.100