Extension Factory Builder
17/11/2012 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rafik Abdessalem (g) s'entretient avec membre du Hamas à Gaza, le 17 novembre 2012. Rafik Abdessalem (g) s'entretient avec membre du Hamas à Gaza, le 17 novembre 2012. © AFP

Le ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Abdessalem a appelé la communauté internationale samedi à "arrêter l'agression israélienne flagrante" contre Gaza, lors d'une visite de solidarité dans le territoire palestinien gouverné par le Hamas.

M. Abdessalem, membre du parti islamiste Ennahda qui gouverne la Tunisie, est le deuxième haut responsable arabe en deux jours à se rendre à Gaza, au lendemain de la visite du Premier ministre égyptien Hicham Qandil, dont le pays est dirigé par les Frères musulmans.

"Notre message à la communauté internationale est que l'agression israélienne flagrante contre notre peuple à Gaza doit cesser", a déclaré le chef de la diplomatie tunisienne à l'AFP, sur le site du siège du gouvernement du Hamas, détruit samedi matin par les bombardements israéliens.

"Cette agression n'est plus acceptable ni légale, selon quelque norme que ce soit", a-t-il ajouté, appelant la Ligue arabe, qui doit tenir samedi une réunion d'urgence au Caire, à agir.

Des responsables avait affirmé que le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, devait recevoir M. Abdessalem après avoir accueilli la veille M. Qandil, sans préciser où ni quand, alors que les dirigeants du mouvement islamiste adoptaient des consignes de prudence face aux frappes israéliennes.

Le ministre tunisien est arrivé vers 10H00 (08H00) GMT par le terminal de Rafah, à la frontière avec l'Egypte.

Huit Palestiniens ont été tués samedi matin par des frappes israéliennes à Gaza, ce qui porte le bilan des hostilités entre Israël et les groupes armés de Gaza à 41 morts, 38 Palestiniens et trois Israéliens, depuis le lancement mercredi de l'opération "Pilier de défense", avec l'assassinat d'Ahmad Jaabari, chef des opérations militaires du Hamas.

"Solidarité de la Tunisie"

La présidence tunisienne avait annoncé vendredi la visite de M. Abdessalem.

"Une délégation officielle de haut niveau présidée par le ministre des Affaires étrangères et en présence du directeur de cabinet de la présidence sera envoyée demain (samedi) à Gaza", selon le communiqué de la présidence.

Le président de la République Moncef Marzouki s'est entretenu avec M. Haniyeh, et a exprimé la "solidarité de la Tunisie avec la lutte du peuple palestinien" avant de dénoncer "une agression barbare de l'aviation israélienne".

M. Marzouki a aussi réclamé une "réunion d'urgence du Conseil de sécurité" de l'ONU et l'adoption de "sanctions nécessaires contre Israël".

Ennahda, qui dirige la coalition au pouvoir en Tunisie, avait appelé à manifester vendredi en soutien à Gaza.

La Tunisie entretient des relations étroites avec les Palestiniens et a accueilli notamment de 1982 à 1994 le quartier général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de moyens[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex