Extension Factory Builder
17/11/2012 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rafik Abdessalem (g) s'entretient avec membre du Hamas à Gaza, le 17 novembre 2012. Rafik Abdessalem (g) s'entretient avec membre du Hamas à Gaza, le 17 novembre 2012. © AFP

Le ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Abdessalem a appelé la communauté internationale samedi à "arrêter l'agression israélienne flagrante" contre Gaza, lors d'une visite de solidarité dans le territoire palestinien gouverné par le Hamas.

M. Abdessalem, membre du parti islamiste Ennahda qui gouverne la Tunisie, est le deuxième haut responsable arabe en deux jours à se rendre à Gaza, au lendemain de la visite du Premier ministre égyptien Hicham Qandil, dont le pays est dirigé par les Frères musulmans.

"Notre message à la communauté internationale est que l'agression israélienne flagrante contre notre peuple à Gaza doit cesser", a déclaré le chef de la diplomatie tunisienne à l'AFP, sur le site du siège du gouvernement du Hamas, détruit samedi matin par les bombardements israéliens.

"Cette agression n'est plus acceptable ni légale, selon quelque norme que ce soit", a-t-il ajouté, appelant la Ligue arabe, qui doit tenir samedi une réunion d'urgence au Caire, à agir.

Des responsables avait affirmé que le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, devait recevoir M. Abdessalem après avoir accueilli la veille M. Qandil, sans préciser où ni quand, alors que les dirigeants du mouvement islamiste adoptaient des consignes de prudence face aux frappes israéliennes.

Le ministre tunisien est arrivé vers 10H00 (08H00) GMT par le terminal de Rafah, à la frontière avec l'Egypte.

Huit Palestiniens ont été tués samedi matin par des frappes israéliennes à Gaza, ce qui porte le bilan des hostilités entre Israël et les groupes armés de Gaza à 41 morts, 38 Palestiniens et trois Israéliens, depuis le lancement mercredi de l'opération "Pilier de défense", avec l'assassinat d'Ahmad Jaabari, chef des opérations militaires du Hamas.

"Solidarité de la Tunisie"

La présidence tunisienne avait annoncé vendredi la visite de M. Abdessalem.

"Une délégation officielle de haut niveau présidée par le ministre des Affaires étrangères et en présence du directeur de cabinet de la présidence sera envoyée demain (samedi) à Gaza", selon le communiqué de la présidence.

Le président de la République Moncef Marzouki s'est entretenu avec M. Haniyeh, et a exprimé la "solidarité de la Tunisie avec la lutte du peuple palestinien" avant de dénoncer "une agression barbare de l'aviation israélienne".

M. Marzouki a aussi réclamé une "réunion d'urgence du Conseil de sécurité" de l'ONU et l'adoption de "sanctions nécessaires contre Israël".

Ennahda, qui dirige la coalition au pouvoir en Tunisie, avait appelé à manifester vendredi en soutien à Gaza.

La Tunisie entretient des relations étroites avec les Palestiniens et a accueilli notamment de 1982 à 1994 le quartier général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers