Extension Factory Builder
13/11/2012 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'islamiste Abou Qatada, le 17 avril 2012 à Londres. L'islamiste Abou Qatada, le 17 avril 2012 à Londres. © Miguel Medina/AFP

Énorme revers pour le gouvernement britannique. L'islamiste Abou Qatada a remporté, lundi 12 novembre, à Londres, un nouvel appel contre son extradition vers la Jordanie, qui le réclame pour la préparation présumée d'attentats. Il a obtenu sa remise en liberté mardi sous conditions, dernier rebondissement d'un long marathon judiciaire.

La justice britannique a donné raison lundi au Jordanien de 51 ans, présenté un temps comme le chef spirituel d'Al-Qaïda en Europe, en acceptant son appel. Des témoignages obtenus sous la torture pourraient être utilisés lors de son procès en Jordanie, empêchant un jugement équitable, a justifié la Commission spéciale des recours concernant l'immigration, une instance britannique chargée des dossiers sensibles liés à la sécurité nationale.

Quelques heures après avoir accepté son appel lundi, la justice britannique a aussi ordonné sa libération conditionnelle, dès mardi. Ces décisions représentent un énorme revers pour le gouvernement britannique, qui s'efforce d'extrader Abou Qatada depuis une décennie. Londres a immédiatement fait part de son "complet désaccord" avec l'acceptation de l'appel d'Abou Qatada et annoncé son intention d'obtenir "le droit de faire appel".

"Le gouvernement jordanien a donné de nombreuses assurances au gouvernement britannique sur la bonne tenue du procès de Qatada" en Jordanie, a rappelé la ministre de l'Intérieur britannique Theresa May. "C'est profondément insatisfaisant qu'Abou Qatada n'ait pas encore été expulsé vers la Jordanie. Il a un lien de longue date avec Al-Qaïda", a-t-elle affirmé devant la Chambre des Communes. La presse britannique a critiqué la décision judiciaire de libérer Abou Qatada, The Daily Telegraph (droite) estimant qu'il s'agissait "d'une parodie de justice".

"Mollesse" du juge

"Encore une fois, le religieux extrémiste - considéré comme une menace grave pour la sécurité nationale - a mis en lumière les limites de l'Etat britannique pour décider de qui peut et qui ne peut pas rester à l'intérieur du pays", écrit le quotidien dans son éditorial. Le tabloïd populaire The Sun s'en est pris à la "mollesse" du juge John Mitting, tandis que le Daily Mirror publie une photo du Jordanien sous-titrée "il se moque de nous". Abou Qatada, qui vit au Royaume-Uni depuis 1993 où il était arrivé avec un passeport falsifié, a toujours nié tout lien avec Al-Qaïda.

Abou Qatada a passé l'essentiel de ces dix dernières années en prison au Royaume-Uni, où il n'a jamais été condamné.

La Jordanie souhaite le rejuger dans deux affaires liées à la préparation présumée d'attentats dans ce pays, qui lui ont valu d'être condamné par contumace à la prison à perpétuité assortie de travaux forcés en 1998, et à 15 ans de prison en 2000. Abou Qatada, qui a passé l'essentiel de ces dix dernières années en prison au Royaume-Uni où il n'a jamais été condamné, doit quitter mardi la prison de haute sécurité de Long Martin (centre de l'Angleterre), mais il sera soumis à des conditions très strictes.

Il ne sera autorisé à quitter son domicile qu'entre 08H00 et 16H00, il devra porter un bracelet électronique et sera interdit d'accès à l'internet et de contacter certaines personnes. Ses avocats ont dénoncé ces derniers mois "la plus longue période de détention administrative à (leur) connaissance dans l'histoire britannique moderne".

Torture

En demandant la libération de son client, Edward Fitzgerald avait déclaré: "c'en est assez. Cela dure depuis de nombreuses années maintenant." "Il n'y a pas de perspective d'expulsion dans un temps raisonnable, en fait à ce jour, il n'y a pas de perspective d'expulsion." Le Royaume-Uni tente depuis dix ans de renvoyer Abou Qatada dans son pays, mais son extradition, de recours en appels, s'est transformée en un véritable marathon judiciaire. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait dans un premier temps bloqué son extradition, faisant déjà valoir que des preuves obtenues sous la torture pourraient être retenues contre lui lors de son procès en Jordanie.

Mais le gouvernement jordanien a assuré qu'il aurait droit à un nouveau procès équitable s'il était extradé. Et la CEDH a finalement donné en mai son feu vert à l'extradition. La décision de justice de lundi est une déconvenue pour le gouvernement britannique qui avait obtenu il y a un mois une victoire dans un autre dossier fleuve d'extradition: au terme de huit ans de bataille judiciaire, il avait réussi à expulser le prêcheur islamiste radical Abou Hamza avec quatre co-accusés vers les Etats-Unis où il a été inculpé d'activités terroristes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121113092525 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121113092525 from 172.16.0.100