Extension Factory Builder
11/11/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les enquêteurs le 10 novembre 2012 au milieu des débris de l'avion algérien. Les enquêteurs le 10 novembre 2012 au milieu des débris de l'avion algérien. © Sylvain Thomas/AFP

Les corps des 6 personnes décédées vendredi dans le crash d'un avion de transport de fret militaire algérien en Lozère ont été tous été retrouvés, après la découverte des cadavres de deux victimes samedi en fin d'après-midi lors du relevage de la carlingue.

Quatre corps avaient été trouvés dès vendredi soir par les secours mais n'ont finalement pu être désincarcérés que samedi dans la journée.

"Les deux corps manquants viennent d'être retrouvés à l'intérieur de la carlingue", a indiqué samedi en fin d'après-midi le préfet de Lozère, Philippe Vignes, alors que s'achevaient les opérations de relevage de l'avion.

Selon le procureur de la République de Mende, Samuel Finielz, l'appareil avec six personnes à son bord, s'est probablement disloqué en plein vol, dispersant des débris sur 4 kilomètres autour du lieu du crash. La dislocation s'expliquerait par la rapidité de la chute, a également précisé le procureur, lors d'une conférence de presse à Trélans.

Témoins

Plusieurs témoins de la scène ont en effet fait état d'une chute très brève. Ainsi, Marc Coupin, qui réside à 200m du champ où a eu lieu le crash, raconte que tout s'est passé très vite. "On a entendu un très grand bruit, on est sorti pour voir et on a tout de suite compris que c'était un avion, mais ça a vraiment été très bref", dit-il.

"Nous avons entendu des déflagrations, puis nous sommes montés en haut du village et avons vu un avion en train de brûler", raconte quant à elle Marine Massabio, une autre habitante de cette commune d'une centaine d'habitants.

Le maire, Bertrand Cayrel, dit avoir entendu un "grand bruit" et "vu un panache de fumée", avant d'apercevoir l'appareil "tressauter".

Dans la matinée de samedi, les enquêteurs de la gendarmerie de l'Air ont localisé la boîte noire qui devrait livrer de précieuses informations sur les circonstances exactes de l'accident. Des enquêteurs du ministère de la Défense algériens sont également arrivés samedi sur les lieux rejoignant le consul d'Algérie à Montpellier Khaled Mouaki, présent dès vendredi.

Tests ADN

Enfin, des enquêteurs espagnols du constructeur de l'appareil, Airbus Military, filiale madrilène d'EADS, se sont rendus eux aussi en Lozère pour essayer de déterminer les causes du crash.

L'avion, un bimoteur de type CASA C-295, transportait une cargaison de papier fiduciaire pour la fabrication de billets pour la Banque d'Algérie et avait à son bord cinq militaires et un représentant de la Banque d'Algérie.

D'importants moyens de police et de gendarmerie avaient été déployés dès vendredi pour retrouver les 6 victimes et les éléments de l'appareil disloqué.

L'identification pourrait prendre du temps, puisqu'il faut effectuer des tests ADN sur les proches des victimes pour confirmer l'identité des cadavres.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : la pique du Hic

Algérie : la pique du Hic

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleine dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de ces [...]

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka,[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121111150831 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20121111150831 from 172.16.0.100