Extension Factory Builder
11/11/2012 à 11:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une voiture de police à Conakry. Une voiture de police à Conakry. © Georges Gobet/AFP

La directrice nationale du Trésor public de Guinée, Aïssatou Boiro, a été assassinée dans la soirée du vendredi 9 novembre par un homme "en uniforme de l'armée guinéenne", dans un quartier résidentiel de Conakry, a appris samedi l'AFP de sources proches de sa famille et du ministère du Budget auquel elle était rattachée.

L'assassinat par balle, commis par un homme "en uniforme de l'armée guinéenne", s'est produit vers 21H00 (locales et GMT) dans le quartier chic de Kipé alors que Mme Boiro revenait du ministère du Budget, ont précisé ces sources.

Aïssatou Boiro a été à l'origine du démantèlement d'un réseau qui avait tenté en mai de détourner plus de 13 milliards de Francs guinéens (1,5 million d'euros) de la Banque centrale de la république de Guinée (BCRG) impliquant plusieurs cadres du Trésor public, du ministère des Finances et de la Banque centrale, indique-t-on de sources proches des milieux économiques et financiers à Conakry.

"Mme Boiro revenait du travail où elle avait participé à une réunion de cabinet au ministère du Budget. Son chauffeur était au volant de son véhicule. Il a été accosté par une autre voiture d'où sont sortis des hommes dont l'un était en uniforme de l'armée guinéenne", a déclaré la source proche de la famille.

"Règlement de comptes"

"C'est ce dernier qui a tiré sur elle alors qu'elle était au téléphone", a ajouté cette source. Les assaillants ont ensuite "tiré des coups de feu en l'air pour terroriser les passants avant de disparaître dans l'obscurité", a affirmé cette source.

L'assassinat a été confirmé par une source proche du ministère délégué au Budget, qui a précisé que Mme Boiro avait bien assisté à une réunion de cabinet au ministère de 19HOO à 20H00.

"L'assassinat de Mme Boiro n'est, ni plus ni moins, qu'un règlement de compte entre cadres guinéens", a affirmé cette source. Au moins neuf personnes ont été arrêtées à la suite du démantèlement du réseau qui avait tenté de détourner des fonds publics. Une autre est en fuite.

"Dynamique" et "incorruptible"

Décrite par ses collaborateurs interrogés par l'AFP comme une femme "courageuse", "dynamique" et "incorruptible", Mme Boiro, âgée de 58 ans, était mariée et mère de quatre enfants.

La Guinée, ex-colonie française à l'histoire marquée par la violence politico-militaire depuis son indépendance en 1958, est rongée par une corruption endémique. La lutte contre ce fléau est une des priorités affichée par Alpha Condé, premier président démocratiquement élu de Guinée, en novembre 2010.

Le chef de l'Etat était sorti indemne, en juillet 2011, d'une attaque à l'arme lourde de son domicile privé de Conakry. Une soixantaine de personnes au total, dont des militaires, avaient été arrêtées après cette attaque et la plupart poursuivies pour "attentat contre la sûreté de l'Etat" et "tentative d'assassinat" du chef de l'Etat.

Dix-sept des accusés ont été libérés en mars à la faveur d'un non-lieu. Deux sont décédés en détention, les autres demeurent en prison.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

Ebola : première campagne de vaccination à grande échelle en Guinée

Plus d’un an après le début de l’épidémie d’Ebola, une campagne de vaccination massive a été lancée lundi en Guinée. C'est la première[...]

Guinée : contre les appels à manifester de l'opposition, Alpha Condé prône le dialogue

L'opposition guinéenne rejette pour l'heure l'appel au dialogue du président Alpha Condé. Et conteste le nouveau calendrier électoral fixé par la Commission électorale nationale[...]

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar va se dérouler en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en[...]

Guinée : les leaders de l'opposition appellent à manifester contre le calendrier électoral

Réunis à Paris, les dirigeants des trois principaux partis d'opposition ont appelé mardi à manifester contre le calendrier électoral établi par le président guinéen, Alpha[...]

Guinée : ouverture d'une série de procès criminels à Nzérékoré

Deux procès se sont ouverts lundi 23 mars à Nzérékoré. Celui des drames de Womey, lors duquel des sensibilisateurs à Ebola avaient été massacrés, et celui des tueries[...]

Guinée : entre l'opposition et le pouvoir, le dialogue est-il rompu ?

La décision de l'opposition de suspendre sa participation aux travaux de l'Assemblée nationale fait notamment suite au choix de la Ceni d'organiser la présidentielle le 11 octobre 2015 et les[...]

Ebola, un an après, au-delà du défi humanitaire, le drame des enfants

Adama Coulibaly est directeur régional de Plan international pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Liberia a démarré le décompte des 42 jours sans aucun cas depuis le 5 mars. Si aucun[...]

Ismaïl Ould Cheikh Ahmed : "Contre Ebola, l'ultime étape est la plus difficile"

Ismaïl Ould Cheikh Ahmed est chef de la mission des Nations unies pour l'action d'urgence contre Ebola. Pour lui, l'urgence est de "traiter les poches de résistance dans les communautés qui[...]

Guinée : pouvoir-opposition, les cinq pommes de discorde

L’opposition guinéenne menace de se retirer de l’Assemblée nationale, de suggérer à ses trois représentants de quitter la Ceni et de reprendre à partir du 15 mars ses[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers