Extension Factory Builder
11/11/2012 à 10:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les dirigeants de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire à Abuja, le 11 novembre 2012. Les dirigeants de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire à Abuja, le 11 novembre 2012. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Le président nigérian Goodluck Jonathan a affirmé dimanche à Abuja que l'option militaire contre les islamistes armés était nécessaire au Mali pour éviter des "conséquences dommageables" pour l'ensemble de l'Afrique, en ouverture d'un sommet extraordinaire des dirigeants africains.

Mis à jour à 15h32.

Les responsables des quinze pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), ainsi que d'autres pays africains dont la Mauritanie et l'Algérie, doivent approuver un projet qui sera transmis au Conseil de sécurité de l'ONU, via l'Union africaine, avant la fin novembre.

"Cette intervention s'appuiera sur une résolution de l'ONU (...) pour chasser les rebelles et les anarchistes qui ont transformé le nord du pays en une zone de non-droit. Nous devons le faire pour éviter des conséquences dommageables, non seulement pour le Mali mais pour l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique tout entière", a-t-il déclaré.

Le nord du Mali est occupé depuis plus de sept mois par des groupes islamistes armés. Le projet que doivent valider les dirigeants africains, finalisé vendredi à Abuja par les ministres de la Défense et des Affaires étrangères ouest-africains, prévoit le déploiement d'une force de 5.500 soldats qui inclurait des ressortissants de pays africains hors Cédéao, selon une source au sein de l'organisation.

Le président ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao, a demandé de son côté une intensification des efforts pour parvenir à une solution négociée qui pourrait permettre une intervention militaire mieux ciblée pour frapper les "terroristes".

"Nous devons accélérer la résolution de la crise au Mali et au Sahel , a-t-il déclaré. "La marche vers une solution politique négociée nous permettra de conduire une intervention militaire apaisée et de mieux identifier les cibles et les terroristes à combattre. "

Dialogue privilégié

L'Algérie, acteur régional clé et traditionnellement hostile à toute intervention, est représentée par Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines. La Mauritanie, autre voisin du Mali qui a pour le moment refusé de participer à une intervention, a envoyé son ministre des Affaires étrangères, Hamady Ould Hamady. La Libye est aussi représentée, selon un porte-parole de la Cédéao.

Le Maroc, quant à lui, est représenté par Youssef El Amrani, ministré délégué aux Affaires étrangères. Vendredi, les ministres ouest-africains réunis à Abuja avaient souligné que le dialogue restait l'option favorite dans la résolution de la crise malienne, mais que les discussions ne seraient pas "sans fin".

"Il faut maintenir la pression au maximum avec une montée en puissance du plan d'intervention militaire. Tout le monde souhaite que l'intervention ne vise que les terroristes ( ...) notre option préférée reste le dialogue", a déclaré à l'AFP avant le sommet, le représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Saïd Djinit.

De leur côté, les Européens soutiennent les initiatives régionales africaines, mais ont jusqu'à présent affirmé qu'ils n'enverraient pas de troupes destinées à combattre sur le sol malien, que l'option militaire ne devait être envisagée qu'en "dernier ressort", mais qu'ils étaient prêts à un soutien logistique et d'encadrement.

Le président français François Hollande a réaffirmé dimanche que la France n'interviendrait pas directement au Mali mais aurait "le devoir" d'être aux côtés des Africains s'ils décidaient d'une opération militaire pour chasser les groupes islamistes armés du nord du pays.

Soutien de l'Europe

Les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de cinq pays européens - France, Allemagne, Italie, Pologne et Espagne - doivent se réunir jeudi prochain à Paris pour discuter de la mise sur pied d'une mission européenne d'entraînement des forces africaines au Mali, qui compterait au moins 200 soldats.

Le Mali, pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, est plongé dans le chaos depuis le coup d’État militaire qui a renversé en mars 2012 le président Amadou Toumani Touré. Profitant de l'anarchie, des rebelles Touareg alliés à des shamanistes ont pris le contrôle du Nord désertique.

Trois groupes islamistes contrôlent entièrement ce vaste territoire depuis la fin juin: Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Ils y imposent la charia (loi islamique) avec rigueur: lapidations de couples non mariés, amputations de présumés voleurs, coups de fouets au buveurs d'alcool et aux fumeurs. Ils y commettent aussi de nombreuses exactions.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers